Courrier

Une bouffée d’air frais

Un changement salutaire après un gouvernement pour qui tout le monde était fin, sauf les francophones considérés fermés et racistes. Un gouvernement à notre écoute. Je trouve aussi que les médias ont un regard accentué sur l’environnement avec la CAQ alors qu’ils étaient bien indulgents envers le gouvernement précédent. Qui se souvient même du nom de la ministre de l’Environnement avant l’arrivée de la CAQ ?

— Pierre Rousseau, Québec

Ne jugeons pas tout de suite

Certains journalistes mettent déjà un doute sur la capacité de la CAQ à remplir ses engagements. Donnons-lui le temps d’agir et on pourra critiquer ou analyser objectivement, après au moins une année de mandat.

— Michel Buies

Plus de mordant

Je pense que M. Legault devrait être un peu plus mordant dans le dossier des signes religieux en ne baissant pas les bras sur le hijab pour les enseignants avec la clause grand-père. Cela porterait à confusion dans le milieu de l’éducation. Aussi, c’est complètement incompréhensible que le crucifix demeure à l’Assemblée nationale. La laïcité de l’État n’est pas une machine à deux vitesses : oui pour les catholiques et non pour les autres ! C’est rafraîchissant d’avoir un nouveau gouvernement après ce long et ténébreux parcours des libéraux, mais l’incohérence des décisions de la CAQ pourrait lui coûter cher. La majorité des Québécois n’a pas voté pour des compromis.

— Francine Roy

Une attitude positive

En 100 jours, le gouvernement de la CAQ a su imposer son programme politique par son attitude positive face aux électeurs et aux autres partis de l’opposition. Un exemple ? La reconnaissance comme partis officiels du Parti québécois et de Québec solidaire, même si ceux-ci n’ont pas obtenu le nombre d’élus et de suffrages requis.

Un autre exemple ? Le dépôt du projet de loi exigeant les deux tiers des membres de l’Assemblée nationale pour la nomination du directeur de la Sûreté du Québec, de l’UPAC et du directeur des poursuites criminelles et pénales.

Cette confiance dans le processus démocratique représentante une rupture par rapport à l’attitude de collusion et de corruption de l’ancien gouvernement libéral. Par ailleurs, le ton utilisé par le nouveau premier ministre suscite un climat de paix sociale que nos voisins ontariens et américains devraient nous envier, eux qui vivent une dérive de confrontation perpétuelle à cause de dirigeants politiques immatures et inaptes à gouverner.

— Jean Baillargeon, expert-conseil en communication et développement stratégique

Bien chanceux

François Legault est bien chanceux d’avoir reçu en héritage un tel magot et toutes les mesures mises en place par le gouvernement précédent. Ça lui enlève bien des maux de tête. L’économie va bien, en plus. Il n’a pas trop souffert de l’impatience de la population à réclamer plus de promesses tellement il s’est avancé en campagne électorale. On pourra compter sur l’opposition pour le lui rappeler.

— Lise St-Laurent

Le reflet du Québec

Un gouvernement axé sur les besoins de la société québécoise. Après les 100 premiers jours, j’ai l’impression que ce gouvernement centriste, nationaliste, fédéraliste, un peu laïque, familial, pour l’égalité de l’homme et de la femme, reflète ce que nous sommes. Même si nous avons l’impression d’un retour en arrière, enfin, il est agréable d’avoir un gouvernement fier du Québec tel qu’il est !

— Robert Larocque, Saint-Bruno-de-Montarville

La santé, toujours aussi pénible

On ne voit pas d’amélioration au niveau des services de la santé. Toujours aussi pénible d’avoir un rendez-vous dans une clinique ou d’avoir un médecin de famille. Il faut vraiment rester en santé.

— Roch Vallières

Équipe motivée et compétente

Ouf ! Que ça fait du bien de ne pas entendre parler de corruption pour le moment… ça reviendra, mais on va profiter de ce répit. De plus, c’est bon de ne plus sentir la très grande arrogance de certains politiciens disparus de la carte. Par contre, beaucoup de personnes sont trop exigeantes vis-à-vis de ce nouveau gouvernement. Il faut lui donner un peu de temps pour bien maîtriser ses dossiers et analyser les actions à prendre, la meilleure stratégie à appliquer. Cette nouvelle équipe semble motivée et compétente. À nous aussi de nous montrer à la hauteur de cette équipe et de faire notre part d’efforts dans les changements voulus en étant plus responsables et autonomes plutôt que, comme le dit l’expression, « regarder passer la parade ».

— Pauline Daoust, Sherbrooke

Voyons voir

La CAQ avait toutes les solutions dans l’opposition. Maintenant qu’elle est au pouvoir, elle doit nous prouver qu’elle est apte à gouverner le Québec. Le temps des « on verra » est terminé.

— Nicole Loranger

Ils commencent à reculer

Je suis satisfait, mais ils ont commencé à reculer sur certains dossiers. J’espère que le gouvernement va se ressaisir et faire ce pour quoi il a été élu, sans essayer de plaire à tout prix aux groupes de pression et aux médias.

— Christian Boily, Rouyn-Noranda

Air frais

C’est une bouffée d’air frais longtemps souhaitée. J’espère que de bons coups d’accélérateur seront donnés en éducation, en santé, mais aussi en environnement.

— Louis Barré, Pointe-Claire

Confiance

Étant donné la période de l’année, les résultats espérés sont assez probants. Laissons le temps et la chance à M. Legault et à son équipe de mettre en œuvre son programme. Je suis confiant que les résultats seront au rendez-vous.

— Roland Pelletier

Courrier

Bonne lancée et grands défis

Compte tenu de la période nécessaire pour le transfert des pouvoirs, la mise en place des nouveaux cabinets ministériels, la prise de connaissance des dossiers, l’apprentissage avec les hauts fonctionnaires et la période des Fêtes, j’estime qu’à ce jour, pour ce gouvernement formé majoritairement d’élus qui n’ont jamais été au pouvoir, il est agréable de constater l’efficacité de celui-ci.

La franchise, la transparence et l’humanité de M. Legault sont appréciées par la population. Il corrige rapidement et efficacement ses erreurs. Le véritable test pour ce gouvernement aura lieu durant la prochaine année. Il est à souhaiter que M. Legault tienne ses engagements avec une certaine fermeté tout en corrigeant, au besoin, les erreurs de parcours. La population est souvent prête à pardonner l’erreur lorsqu’elle est avouée et corrigée.

Il y a beaucoup d’attentes de la part de la population envers ce nouveau gouvernement qui n’est pas lié par l’héritage libéral ou péquiste. Dans cette période d’instabilité politique internationale, la population a besoin de reprendre confiance dans ses institutions politiques démocratiques. Je crois que le nationalisme pondéré et serein de ce gouvernement est sain et représente les valeurs communes de la grande majorité des Québécois, attachés à la laïcité de l’État et de ses institutions.

— Jean-Paul Bertrand

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.