Marché des joueurs autonomes dans la NFL

Feu vert pour négocier

Officiellement, c’est à partir de demain à 16 h que les équipes de la NFL pourront faire signer des contrats à des joueurs autonomes. Les négociations sont toutefois permises depuis hier. Voici 10 des joueurs qui feront sauter la banque au cours des prochains jours.

NICK FOLES

Est-ce que Nick Foles fait partie de l’élite des quarts-arrières de la NFL ? Non. Mais une équipe peut certainement viser les grands honneurs avec lui, la preuve étant bien sûr le Super Bowl qu’il a gagné il y a un peu plus d’un an. Ses succès ne se limitent pas aux éliminatoires. Il a réussi 61,6 % de ses passes et totalisé 68 touchés contre 33 interceptions en saison. Ancien joueur de basket, Foles possède une certaine agilité même s’il mesure 6 pi 6 po. Âgé de 30 ans, il devrait avoir plusieurs bonnes saisons devant lui. Selon l’Associated Press, il aurait même déjà accepté une offre des Jaguars de Jacksonville pour quatre saisons et 88 millions US.

Le’VEON BELL

Les équipes désireuses d’ajouter un joueur de talent comme Le’Veon Bell seront nombreuses, mais celle qui l’embauchera prendra un gros risque. En cinq saisons avec les Steelers de Pittsburgh, Bell a touché au ballon à 1541 reprises ! C’est énorme. Il a également subi deux blessures sérieuses à un genou, a été suspendu deux fois (marijuana), et son attitude n’a pas toujours été exemplaire. C’est sans parler du fait que les équipes évitent normalement de consentir des salaires élevés à des demis offensifs. Bell serait à la recherche d’un contrat qui compterait une somme minimale de 50 millions garantie.

GOLDEN TATE

Arrivé dans la NFL en 2010, Golden Tate jouera probablement pour sa quatrième équipe différente en septembre prochain. À l’exception d’Antonio Brown, les receveurs de plus de 30 ans comme Tate obtiennent rarement de gros contrats. Mais parmi tous les ailiers espacés disponibles, Tate représente probablement la valeur la plus sûre. Il est cependant plus efficace sur des jeux de courtes passes, de sorte qu’il correspond davantage au prototype d’un deuxième receveur que d’un premier. Reste à voir si une équipe acceptera de le payer comme un receveur numéro un.

RANDALL COBB

Le style de jeu de Randall Cobb est très similaire à celui de Golden Tate. Pas très imposant physiquement, il est habile pour trouver les ouvertures dans les défenses adverses. En contrepartie, il n’est pas le plus rapide et explosif, et ne réussit plus beaucoup de longs jeux (moyenne de 10,2 verges par attrapé depuis 2015). Cobb pourrait certainement aider une équipe, mais dans un rôle de soutien. L’autre élément dont il faut tenir compte dans le cas de Cobb est son historique de blessures. Il n’a disputé tous les matchs des Packers de Green Bay qu’à deux reprises en huit ans et en a raté 11 depuis 2016.

TEVIN COLEMAN

Les équipes qui espèrent embaucher Le’Veon Bell mais qui n’y parviendront pas pourront se tourner vers Tevin Coleman. Puisqu’il a partagé le travail avec Devonta Freeman chez les Falcons d’Atlanta lors de ses quatre premières saisons, Coleman n’a pas été utilisé à profusion, contrairement à Bell. Il n’a totalisé que 620 touches, environ 40 % du total de Bell. À 6 pi 1 po et 210 lb, Coleman possède un bon gabarit et est un porteur de ballon robuste. Il peut également contribuer par la voie des airs (90 attrapés à ses trois dernières saisons).

TREY FLOWERS

Selon les informations qui circulaient hier, Trey Flowers pourrait signer l’un des plus riches contrats de l’histoire pour un joueur défensif cette semaine. Récemment opéré à une épaule, Flowers a réussi 21 sacs en carrière et jamais plus de 7,5 au cours d’une même saison. Il faut dire que l’ailier défensif est également solide contre la course et qu’il n’a que de 25 ans. Comme c’est souvent le cas avec leurs joueurs autonomes, Bill Belichick et les Patriots de la Nouvelle-Angleterre semblent toutefois avoir jugé que le prix pour retenir les services de Flowers était trop élevé. ESPN a rapporté hier que Flowers signerait un contrat de cinq saisons avec les Lions de Detroit.

C.J. MOSLEY

C.J. Mosley a été un premier choix en 2014, un an après que Ray Lewis eut pris sa retraite. En grande partie grâce au jeu de Mosley, la transition de la défense des Ravens de Baltimore s’est relativement bien déroulée à la suite des départs de Lewis et d’Ed Reed. Mosley n’a raté que trois matchs en cinq saisons et a été nommé au Pro Bowl à quatre reprises. Certains analystes estiment que le jeu du secondeur intérieur laisse à désirer en couverture de passe, mais Mosley est un joueur polyvalent. Ses statistiques en carrière l’attestent : 579 plaqués, 6 échappés provoqués, 6 échappés recouvrés, 8,5 sacs et 9 interceptions.

JUSTIN HOUSTON

Depuis qu’il a signé son contrat de six ans d’une valeur de 101 millions, en 2015, Justin Houston a beaucoup ralenti. Le secondeur a totalisé 43 sacs dans les trois saisons entre 2012 et 2014, mais seulement 30 dans les quatre suivantes. Houston a fêté ses 30 ans en janvier et devrait donc disputer quelques saisons de plus, mais à quel genre de production peut-on s’attendre de sa part ? Les Chiefs ont préféré le libérer plutôt que de devoir le payer 15 millions la saison prochaine, une décision logique puisqu’ils ont désigné Dee Ford comme joueur de franchise. Secondeur extérieur comme Houston, Ford touchera 15,4 millions la saison prochaine.

NDAMUKONG SUH

Lorsqu’il est motivé, Ndamukong Suh est encore capable d’être une force au milieu d’une ligne défensive. La stratégie des Rams de Los Angeles de lui avoir donné un contrat d’une seule saison l’an dernier était donc bien avisée. Suh a été particulièrement bon dans les matchs éliminatoires des Rams. Bien que Sheldon Richardson soit un autre candidat intéressant pour les équipes qui seront à la recherche d’un plaqueur de premier plan, Suh devrait profiter du fait que le groupe disponible est plutôt maigre afin d’obtenir un autre gros contrat.

TYRANN MATHIEU

C’est probablement à la position de demi de sûreté que l’on trouve le plus grand nombre de joueurs autonomes de qualité. Earl Thomas, Landon Collins, Adrian Amos, Ha Ha Clinton-Dix, LaMarcus Joyner, Tashaun Gipson et Glover Quin sont tous des joueurs qui ont brillé à un moment ou à un autre de leur carrière. La différence avec Tyrann Mathieu, c’est qu’il peut également être utilisé comme demi de coin au besoin. Celui qui est surnommé le « Honey Badger » n’a disputé qu’une seule saison à Houston, et elle ne passera pas à l’histoire. Les Chiefs de Kansas City lui auraient déjà offert un contrat de trois saisons d’une valeur de 42 millions US, selon l’Associated Press.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.