République démocratique du Congo

1905

La fièvre hémorragique d’Ebola a tué 1905 personnes depuis le début d’une nouvelle épidémie, il y a un an, en République démocratique du Congo. Les autorités sanitaires congolaises ont aussi précisé que 844 patients s’étaient rétablis. — Agence France-Presse

Syrie

Les forces prorégime progressent vers la ville clé de Khan Cheikhoun

Les forces du régime syrien ont repris hier de nombreux villages et se rapprochent de la ville clé de Khan Cheikhoun qu’elles veulent encercler, selon une ONG. La majeure partie de la province d’Idlib ainsi que des segments de celles voisines d’Alep, Hama et Lattaquié échappent toujours au contrôle du président de la Syrie, Bachar al-Assad, huit ans après le début de la guerre. Cette zone, dominée par le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham (ex-branche syrienne d’Al-Qaïda), mais qui abrite aussi quelques groupes rebelles, est la cible depuis la fin d’avril de bombardements quasi quotidiens du régime et de son allié russe. Depuis des jours, les forces prorégime ont avancé aux dépens des djihadistes et des rebelles. « L’objectif est d’encercler Khan Cheikhoun et d’atteindre l’autoroute », a affirmé à l’AFP le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, Rami Abdel Rahmane. Les combats sont toutefois acharnés. Depuis la nuit de mercredi à hier, les combats ont tué 24 djihadistes et rebelles, et 20 combattants prorégime. Du côté des civils, aucune mort n’a été signalée hier. 

— Agence France-Presse

Italie

Milan interdit provisoirement les trottinettes électriques

Milan a décidé d’interdire l’activité des sociétés proposant la location de trottinettes électriques, en attendant une signalétique précisant les règles d’usage de ce type de transport, ont rapporté hier les médias italiens. Un décret du 4 juin prévoit que les trottinettes peuvent circuler en Italie seulement dans les zones piétonnes, sur les voies dédiées aux piétons et bicyclettes, ainsi que dans les zones où la vitesse est limitée à 30 km/h. Un premier opérateur de trottinettes en partage avait vu le jour dans la capitale économique italienne en octobre 2018. Depuis le printemps, six autres sociétés l’ont imité, à l’image de la tendance dans de nombreuses villes européennes. Fin juillet, la ville de Milan s’était livrée à des essais de réglementation dans les zones piétonnes, y autorisant les trottinettes à la vitesse de 6 km/h et interdisant d’utiliser les trottoirs (sous peine d’une amende de 26 euros). Un piéton a toutefois subi des fractures après avoir été percuté par une trottinette dans une zone piétonne. Le parquet de Milan est en outre en train d’enquêter sur les différents opérateurs du marché pour voir s’ils sont en règle.

— Agence France-Presse

Tensions entre les Corées

Pyongyang tire de nouveau des « projectiles non identifiés »

La Corée du Nord a tiré aujourd’hui deux « projectiles non identifiés » qui se sont abattus en mer, a annoncé l’état-major interarmes de la Corée du Sud, un lancement qui est le sixième du genre en trois semaines.

L’état-major sud-coréen a indiqué que ces projectiles avaient été tirés depuis les environs de Tongchon, une ville de la province de Kangwon, située dans le sud-est de la Corée du Nord. Selon le militaire, ils étaient tombés dans la mer de l’Est, également appelée mer du Japon.

« L’armée observe la situation au cas où il y aurait d’autres lancements », a ajouté l’état-major sud-coréen.

« Un avertissement solennel »

Il s’agit du sixième essai effectué par Pyongyang depuis le 25 juillet. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a déclaré début août que ces tirs constituaient « un avertissement solennel » adressé à la Corée du Sud et aux États-Unis en raison des manœuvres militaires conjointes menées par ces deux pays.

La Commission pour la réunification pacifique du pays, une institution du pouvoir nord-coréen, a annoncé dans un communiqué publié aujourd’hui que Pyongyang rejetait les déclarations faites hier par le président sud-coréen, Moon Jae-in, sur le processus de paix dans la péninsule.

Dans un discours prononcé à l’occasion de l’anniversaire de la libération de la Corée de l’occupation japonaise (1910-1945), M. Moon avait déclaré que son objectif était d’« atteindre la paix et l’unification d’ici 2045 », bien que le mandat présidentiel unique pour lequel il a été élu se termine en 2022.

« Rien à discuter »

Mais la commission nord-coréenne a accusé Séoul d’être responsable du gel actuel des discussions intercoréennes et de la non-application de « la déclaration historique de Panmunjom ».

Cette déclaration avait été adoptée lors d’une rencontre impromptue de M. Kim avec le président des États-Unis, Donald Trump, à Panmunjom, dans la zone démilitarisée qui sépare les deux Corées.

Les deux hommes avaient alors décidé la reprise prochaine des discussions sur l’arsenal nucléaire nord-coréen, mais cette annonce ne s’est pas concrétisée jusqu’à présent.

La Corée du Nord a exclu dans le communiqué publié aujourd’hui une reprise prochaine des pourparlers avec la Corée du Sud. « Nous n’avons plus rien à discuter avec les autorités sud-coréennes et nous n’avons aucune intention de nous réunir de nouveau avec elles », déclare le document.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.