Oser prendre son temps

Le rasage à l’ancienne

À une époque pas si lointaine, où il n’y avait ni rasoirs électriques ni cartouches jetables à six lames, le rasage était un rituel masculin nécessitant concentration, patience et minutie. À vouloir précipiter les choses, on risquait de se retrouver avec une vilaine coupure en pleine figure. Si vous cherchez à prendre une pause et à faire le vide, pourquoi ne pas vous offrir un rasage dont grand-papa serait fier ? Voici comment.

Préparer

La chaleur est essentielle pour ouvrir les pores de la peau, obtenir un rasage de plus près et réduire l’irritation. On peut appliquer une serviette d’eau bien chaude ou simplement se raser en sortant de la douche.

Mousser

À l’aide d’un blaireau mouillé, on fait mousser la pastille de savon à barbe – directement dans l’emballage ou dans un petit bol – par des mouvements circulaires et vigoureux jusqu’à ce qu’on obtienne une crème épaisse et onctueuse. On applique ensuite la crème sur le visage, toujours avec des mouvements circulaires.

Raser

Comme le poids du rasoir fait déjà une grosse partie du travail, il suffit d’appliquer très peu de pression en suivant le sens du poil. On vise un angle de 30 à 45 degrés environ. Plutôt que de chercher à tout raser d’un seul geste, on donne une série de petits coups, délicats et précis, en repassant plusieurs fois au même endroit.

Étirer

Tout au long du rasage, on étire la peau pour qu’elle soit bien tendue et pour faciliter le travail. Pour les joues, on tourne la tête en direction opposée, en étirant la peau avec les doigts. Pour les lèvres, on fait les grimaces nécessaires. Pour le cou – la zone la plus délicate – , on relève la tête et on tire à nouveau avec les doigts.

Rincer

Le rituel se conclut en s’aspergeant le visage d’eau fraîche et en appliquant un après-rasage au parfum glorieusement viril.

Rasoir de sûreté

Ce type de rasoir emploie des lames interchangeables à double tranchant. Contrairement au rasoir droit, seule une partie de la lame est dénudée, évitant les blessures graves.

Blaireau

Cette brosse est utilisée pour mousser et appliquer le savon à barbe. Si l’instrument porte ce nom, c’est qu’il était traditionnellement fait de poils de blaireau. Aujourd’hui, on en trouve également en soies de sanglier ou en poils synthétiques.

Serviette chaude

L’application de chaleur permet d’adoucir la peau et d’en ouvrir les pores, pour obtenir un rasage plus en profondeur et réduire l’irritation. C’est une bonne pratique à conserver pour tout rasage, pas seulement pour la méthode à l’ancienne.

Savon à barbe

Au contact du blaireau humide, le savon à barbe mousse pour donner une crème épaisse et propice au rasage. Il est économique – une seule pastille peut facilement durer plus d’une année – et produit très peu de déchets.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.