Jouera, jouera pas ?

Roger Federer n’a pas décidé s’il allait disputer la saison sur terre battue

Melbourne — Roger Federer, qui a volontairement fait l’impasse sur les deux derniers tournois de Roland-Garros, n’a « toujours pas arrêté de décision » quant à la saison sur terre battue, a-t-il déclaré à Melbourne, en marge des Internationaux de tennis d’Australie.

« Je n’ai pas changé ma préparation par rapport à la terre battue, j’ai fait une préparation normale. La question, c’était plus de voir comment réagirait mon corps après les vacances. Est-ce qu’il me permettrait de faire toutes les séances, de travailler aussi dur que je voulais ? J’ai pu le faire, j’ai même pu travailler un peu plus dur que ce que j’avais imaginé. J’en suis sorti fort », a expliqué le Suisse aux 20 couronnes records en Grand Chelem, double tenant du trophée à Melbourne.

« Je n’ai pas basé en quoi que ce soit ma préparation sur la terre battue. Je n’ai toujours pas arrêté de décision définitive à ce sujet. Ce que je peux dire, c’est que ma préparation s’est super bien passée. Ça s’est peut-être un petit peu vu déjà à la Coupe Hopman », compétition par équipe mixte où il s’est imposé au début de janvier, a-t-il ajouté.

En novembre à Bercy, Federer avait déclaré n’avoir « aucune idée » sur les chances du public français de le revoir à Paris.

« Triste »

Le Suisse, qui a fêté ses 37 ans en août, n’a pas joué sur la terre battue parisienne depuis 2015. L’année suivante, il a déclaré forfait, touché au dos. En 2017 et en 2018, il a choisi d’y renoncer pour ménager son corps et privilégier sa préparation pour Wimbledon.

Avant le coup d’envoi des Internationaux d’Australie, Federer a aussi fait part de ses sentiments sur l’annonce surprise de la retraite imminente d’Andy Murray, terrassé par sa hanche droite.

« Son corps a pris la décision, malheureusement. J’étais déçu, triste et un peu choqué de savoir qu’on allait le perdre », a-t-il dit à propos du Britannique de 31 ans, ancien numéro un mondial.

« Il a gagné tout ce qu’il voulait gagner. Il peut être incroyablement fier de tout ce qu’il a accompli. »

— Roger Federer, à propos d’Andy Murray

« On a grandi ensemble depuis les tournois juniors. Son anniversaire est une semaine avant le mien. […] Bien sûr, le voir autant en difficultés et souffrir autant, c’est très triste et ça me fait mal en tant qu’ami de longue date, collègue et rival », a réagi à son tour l’actuel numéro un mondial, le Serbe Novak Djokovic.

Comme Murray contre l’Espagnol Roberto Bautista (23e), Federer entrait en lice la nuit dernière à Melbourne, face à l’Ouzbek Denis Istomin (99e).

« Je joue du bon tennis. J’ai confiance dans le fait que mon adversaire devra probablement livrer une bonne performance pour me battre, c’est toujours une pensée agréable », a-t-il expliqué.

Internationaux d’Australie

Sharapova expéditive

La Russe Maria Sharapova s’est qualifiée pour le deuxième tour des Internationaux d’Australie en ne laissant aucun jeu (6-0 et 6-0) à la Britannique Harriet Dart, issue des qualifications. La joueuse de 31 ans, aujourd’hui 30e mondiale, a passé à peine 63 minutes sur le court. Elle affrontera au deuxième tour la Suédoise Rebecca Peterson (64e), tombeuse de la Roumaine Sorana Cirstea en deux manches de 6-4 et 6-1. Le dernier sacre de Sharapova en Grand Chelem remonte à 2014 au tournoi de Roland-Garros.

— Agence France-Presse

Nadal se rassure

Rafael Nadal s’est rassuré pour son retour en compétition officielle quatre mois après son abandon aux Internationaux des États-Unis : l’Espagnol a écarté l’Australien James Duckworth, bénéficiaire d’une invitation, en trois manches de 6-4, 6-3 et 7-5 au premier tour. Nadal, qui avait déclaré forfait avant le tournoi de Brisbane au début de janvier à cause d’une légère élongation à la cuisse gauche, n’a pas semblé emprunté dans ses déplacements. Le Majorquin de 32 ans n’était plus apparu sur le circuit depuis septembre, touché au genou droit.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.