Justice

QU’EST-CE QUE LE SYNDROME D’ASPERGER ?

Il s’agit d’un trouble neurologique du spectre de l’autisme, marqué par des problèmes d’adaptation sociale. Les Asperger n’ont cependant pas de retard de langage, comme c’est parfois le cas chez les autres autistes.

Traits 

Mauvaise perception des signes corporels d’autrui, du langage non verbal, des blagues et des règles sociales. Ces traits entraînent souvent leur marginalisation ou leur stigmatisation par leur entourage de travail.

Intérêts souvent obsessionnels pour des sujets pointus, pour lesquels ils acquièrent beaucoup de connaissances. Leurs sujets de prédilection sont la musique, les arts, les insectes, les plans de métro, les ordinateurs, les mathématiques.

Intelligence normale ou supérieure à la moyenne.

Ont souvent un visage peu expressif et un ton monocorde.

Leur état les rend parfois dépressifs ou suicidaires.

Source : Fédération québécoise de l’autisme

Justice

Le « combat contre la discrimination » du Dr Le Blanc

Le Dr Richard Le Blanc a du mal à regarder son interlocuteur dans les yeux. Son regard fuit vers le sol. Un trait typique des Asperger, un syndrome du spectre de l’autisme caractérisé par des difficultés à tisser des relations sociales. Ça ne l’empêche pas d’être hématologue. 

Grand, mince et d’apparence calme, l’homme de 58 ans n’a pas mis les pieds au département d’hémato-oncologie du CHUS depuis le 23 mars 2012. Mais ses problèmes avec l’univers médical, en apparence liés à ses traits autistes, ont commencé bien avant. 

C’est sur le tard que Richard Le Blanc a décidé de devenir médecin. Titulaire d’un doctorat en physique mathématique et professeur associé en génétique humaine à McGill, il s’est lancé dans la médecine à l’âge de 33 ans.

À l’époque, le diagnostic d’autisme n’avait toujours pas été officiellement posé. Après avoir franchi toutes les étapes de sa formation avec brio, il a été écarté d’un poste dans sa spécialité en greffe de moelle osseuse à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, puis a atterri au département d’hémato-oncologie du CHUS en juin 2004. 

« C’était un département qui était complètement dysfonctionnel, et ce, bien avant l’arrivée du Dr Le Blanc », dit le Dr André Plante, qui a été chargé de réformer le département d’hémato-oncologie lors d’une tutelle, en 2010. 

Rapidement, des conflits ont éclaté entre le Dr Le Blanc et certains de ses collègues médecins, qu’il jugeait paresseux et dont l’éthique, estimait-il, n’était pas irréprochable. Il voulait forcer le département à adopter des pratiques plus rigoureuses pour la tenue de dossiers, améliorer l’accessibilité aux services et diminuer le temps de réponse aux demandes de consultation, qui pouvaient dépasser 12 mois.

Il a notamment écrit une lettre au sous-ministre adjoint, en 2011, l’exhortant à agir pour améliorer la situation. 

« Le Dr Le Blanc est un médecin extrêmement disponible et efficace. Je dirais que ses compétences sont supérieures à la moyenne. Il donnait son numéro de téléavertisseur à certains patients. Je l’ai vu descendre à lui seul des listes d’attente de plusieurs mois. Mais c’est vrai qu’il peut être casse-pieds », admet le Dr Plante. 

« C’est un gars qui se bat avec acharnement pour des questions de principe. Je lui ai déjà dit : Richard, parfois, il faut que tu apprennes à te fermer la gueule. Il n’accepte pas de perdre une bataille quand il croit qu’il y a eu injustice. » 

— Le Dr André Plante

Le Dr Réjean Hébert, ancien ministre de la Santé qui a été doyen de la faculté de médecine du CHUS, décrit le Dr Le Blanc comme « un homme extrêmement compétent, mais qui a de sérieux problèmes de relations interpersonnelles ». Il n’a pas voulu faire plus de commentaires.

Durant son parcours, le Dr Le Blanc a aussi croisé un autre futur ministre de la Santé : Gaétan Barrette, qui a supervisé son externat en radiologie entre 1994 et 1995. Ce dernier l’a décrit comme un « externe aux idées bien arrêtées » qui a participé de façon « minimale » à un stage en réorganisation dont il était « manifestement insatisfait », lit-on dans un rapport d’évaluation qui nous a été fourni. Les commentaires des autres professeurs sont tous élogieux. 

EXEMPLAIRE AVEC LES PATIENTS

Quoi qu’il en soit, avec ses patients, tout indique que le Dr Le Blanc agissait de façon exemplaire. Une pétition signée par 683 patients (et proches de ceux-ci) a été déposée par le médecin lorsque le conflit avec ses collègues s’est aggravé au point que quatre d’entre eux ont réclamé sa destitution. 

À l’été 2011, sous pression, la direction du CHUS lui a demandé de prendre une année sabbatique. Le Dr Le Blanc a alors obtenu un congé de maladie pour trouble d’adaptation à son travail. Se doutant qu’il souffrait d’autisme, il a entrepris des démarches pour obtenir un diagnostic officiel à l’été 2012. Le diagnostic d’Asperger a été confirmé par au moins quatre spécialistes depuis. 

Mais en 2013, le CHUS a fait faire une contre-expertise psychiatrique du Dr Le Blanc. Le rapport d’expertise, que La Presse a pu consulter, tire des conclusions extrêmement sévères à l’endroit du médecin. Le psychiatre expert y minimise l’importance du trouble autiste du Dr Le Blanc, le décrit comme un être potentiellement dangereux et le juge inapte au travail. 

Le Dr André Plante, qui a été patron du médecin autiste pendant la tutelle, jure qu’il n’est pas violent. « Je l’ai vu très en colère contre des collègues, mais je peux vous assurer que sur le plan professionnel, il avait de bonnes raisons de l’être », indique-t-il. 

« Le Dr Le Blanc s’est fait tasser de façon presque mafieuse par certains de ses collègues. La médecine, c’est très politique. Il y a de la collusion, des guerres de pouvoir. Richard a été très malhabile là-dedans », ajoute le Dr Plante, refusant de donner plus de détails. 

« Chose certaine, il aurait mérité d’être mieux soutenu », croit-il. 

En plus d’éprouver des problèmes de relations interpersonnelles, les Asperger ont généralement du mal à saisir les rouages des organisations dans lesquelles ils évoluent. 

« Il m’a fallu 10 ans pour comprendre que j’étais pris au milieu d’un gros jeu politique. J’étais même incapable de le détecter. »

— Le Dr Richard Le Blanc 

Aujourd’hui, son dossier se trouve entre les mains de l’avocat Jean-Pierre Ménard, qui défend les victimes d’erreurs médicales. 

Le médecin spécialiste voudrait reprendre du service. Il réclame l’équivalent de ce qu’il a perdu en salaire et différents accommodements pour lui permettre de composer avec ses traits autistes dans l’exercice de sa profession. Mais surtout, il veut faire annuler le verdict sévère posé en 2013 par le psychiatre expert du CHUS. 

« C’est un combat contre la discrimination que je mène, soutient le Dr Le Blanc. La direction du CHUS a décidé de médicaliser un problème qui était à la base administratif. C’est très malhonnête comme façon de faire », soutient-il. 

La direction du CHUS a refusé de commenter. « Le Dr Le Blanc a choisi de s’adresser aux tribunaux, ce que nous respectons. Nous réservons nos communications pour le processus judiciaire en cours », a fait savoir sa directrice des communications, Jacinthe Ouellette. 

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.