En vedette

À la carte

Le Montréal gastronomique se réinvente sans cesse. Ouvertures de restaurants, nouveaux menus, chefs qui changent d’enseigne, événements… Chaque semaine, notre journaliste vous présente ce qu’il ne faut pas manquer pour bien boire et bien manger.

Party de cuisine à Verdun

La rue Wellington, à Verdun, Sophie Bergeron et le chef Joseph D’Alleva connaissent bien. Sophie y a ouvert en 2012 Wellington, un « apportez-votre-vin » qui fonctionne toujours très bien et où Joseph, dit Joey, a aussi travaillé. Les deux étaient aussi derrière le Balconville, petit pub de quartier campé dans la même rue qui a dû fermer inopinément, l’hiver dernier, à la suite d’un dégât d’eau majeur, à la grande tristesse des propriétaires… et de leur clientèle.

Mais parce que les mauvaises nouvelles côtoient souvent les bonnes, c’est le jour même du dégât d’eau que le tandem avait pris la décision de se lancer dans un nouveau projet. Ainsi est né, au début d'octobre, toujours dans la même rue, le Rita. Pourquoi Rita ? « C’est le nom de nos grands-mères, à Joey et à moi. Cela nous est donc venu naturellement. Joey est d’origine italienne, moi, québécoise, et on avait envie de créer un bistro italien, mais en utilisant des produits les plus locaux possible », explique Sophie.

Que ce soit en Italie ou au Québec, la table est rassembleuse, et le concept du resto s’est cristallisé autour de l’idée du party de cuisine, avec un endroit convivial, chaleureux et sans prétention où les photos des familles des proprios couvrent les murs. À table, on déguste évidemment de la pizza cuite dans le four napolitain, des pâtes fraîches et aussi des antipasti et contorni (légumes d’accompagnement), le tout appuyé par une jolie carte de vins tout en fraîcheur.

Avec son design invitant, son espace éclairé et ses propriétaires ultrasympathiques, il est vraiment difficile de ne pas tomber sous le charme de Rita !

3681, rue Wellington, Verdun (Montréal)

À découvrir

Quand cuisine et art font bon ménage

Il y a un petit nouveau dans le Village depuis quelques mois. Vous aurez peut-être remarqué son espace épuré et lumineux, avec ses toiles accrochées au mur, en vous baladant rue Sainte-Catherine Est récemment. Annoncé comme un mariage entre « arts et bouffe », Pavillon se veut à la fois un restaurant offrant une cuisine de marché saisonnière axée sur les produits d’ici et un espace événementiel voué à la culture sous toutes ses formes. Le projet est mené par deux amies de longue date, Caroline Castell Pagé, issue du milieu culturel, et la chef Sarah Pelletier (La Tannerie, Les Canailles), appuyées par le sommelier Urial Madran Cyr, qui signe une carte des vins dynamique misant sur les importations privées. « On voulait s’installer dans le Village parce qu’on trouvait qu’il y avait beaucoup de potentiel et une clientèle ouverte à une nouvelle offre comme la nôtre dans le quartier », explique Caroline. Une vraie bouffée d’air frais pour le Village, à découvrir pour le lunch ou en soirée (et bientôt pour le brunch du dimanche !). 

1650, rue Sainte-Catherine Est

Actualités

Choco chic

Avec État de choc’, on a affaire à une incarnation réellement réfléchie, créative et actuelle de la chocolaterie. Ici, la précieuse cabosse est mise en valeur dans un bel espace lumineux et minimaliste. Mais le plus beau travail de valorisation du chocolat, il se fait dans l’atelier vitré de Stéphanie Bélanger. Elle y prépare lingots, barres (café caramel, carré aux dattes, etc.) et minitablettes (maïs piment, cari blanc, sapin érable, etc.) avec les meilleurs ingrédients, dont des chocolats de couverture « bean-to-bar » québécois, comme ceux de Monarque, de Qantu, de Chaleur B et, bientôt, de Palette de bine. En plus des créations vraiment inusitées de Stéphanie, on trouve à la boutique les tablettes et les petits pots d’artisans « amis ». La mise en valeur du chocolat passera également par des ateliers de dégustation et de création. État de choc’, c’est une équipe de réelles passionnées. Aux côtés de la chocolatière, on trouve la présidente fondatrice Maud Gaudreau, la « chocologue » Marie Lepaux et la responsable du marketing Céline Lecerf. 

— Ève Dumas, La Presse

6466, boulevard Saint-Laurent, Montréal

Ouverture

Rôtisserie nouveau genre dans Rosemont

L’est du quartier Rosemont a malheureusement des allures de désert alimentaire pour les amateurs de bonne cuisine. C’est pourquoi nous étions très curieux de découvrir Mon Petit Poulet, une nouvelle rôtisserie qui occupe l’ancien local de Coq Express. C’est un projet du restaurateur David Bellerose-Rovny (Meatmarket, L’Appartement, Mon Petit Marché) et de la chef Sue-Helen Boucher (L’Appartement, MTL Bar). Les complices sont tombés sur le local en cherchant un espace pour Mon Petit Traiteur, le service traiteur de Mon Petit Marché. « On a vu le potentiel de ce diamant brut », lance David. Beaucoup de travaux, de recherches et de discussions plus tard, la rôtisserie dite « artisanale » a ouvert ses portes, au début d'octobre. La recette de poulet rôti a été préparée minutieusement : de style « adobo », il est saumuré avant d’être rôti dans les rôtissoires au gaz de l’endroit, ce qui lui donne son goût unique. Tout est frais et fait maison, dans une formule gourmande décadente de luxe : pensez hot chicken au poulet frit avec pain brioché et « grits » au fromage en grain ou burger avec peau de poulet croustillante et oignons caramélisés au houblon. À déguster sur place (bientôt, un permis d’alcool proposera une courte liste de vins et de bières) ou pour emporter. 

2343, boulevard Rosemont, Montréal

Au calendrier

Markina accueille Kim Thúy

Situé à Saint-Bruno-de-Montarville, le resto-boutique Markina organise une soirée gourmande spéciale en compagnie de l’écrivaine Kim Thúy pour souligner ses deux ans d’existence, le 13 novembre. Les convives pourront y déguster avec l’écrivaine trois recettes tirées du livre Le secret des Vietnamiennes, en accord avec trois vins choisis par la sommelière Michelle Bouffard. Cet événement lance une série d’activités à venir au cours des prochains mois et qui allieront culture et gastronomie. Prix : 65 $ par personne, réservations à info@markina.ca.

Repas à six mains au Hoogan et Beaufort

Le chef Marc-André Jetté, le sommelier François Chartier et le chef pâtissier de Cacao Barry, Andrès Lara, sont de bons amis. Et, pour leur plus grand plaisir (et le nôtre), ils se réunissent l’espace d’une soirée, au Hoogan et Beaufort, pour un repas à six mains qui s’annonce fort délicieux. Les deux chefs proposeront un menu cinq services de leur cru, pensé en accord avec des vins importés en privé par François Chartier. À ne pas manquer, le 15 novembre, entre 18 h et 22 h 30. Prix : 125 $, taxes et services en sus, réservation au 514 903-1233 ou à info@hooganetbeaufort.com

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.