Cet avis de décès
a été partagé à partir de La Presse+

Édition du 16 octobre 2021

Avis de décès

Lapointe, Jacques

Lapointe, Jacques

Montréal 1942 - 2021

À Montréal, le 21 avril 2021, est décédé Jacques Lapointe, professeur de biochimie, fils de feu Thérèse Gascon et de feu Roland Lapointe. Marié en premières noces à feu Louise Lafontaine, il laisse dans le deuil leur fils Mathieu (Martine Maltais-Trottier), ses frères et sœurs Marie, Suzanne (Gilles Brodeur), Jean-Marc (Line Bumaylis) et Yves (Mireille Brizard); son beau-fils Louis Dessureault (Julie Turgeon) et sa belle-fille Geneviève Dessureault (Pierre Blais), ses petits-enfants Florence, Julia et Raphaël, ainsi que son ex-épouse Yolande Ricard; ses neveux et nièces; ses tantes Michelle et Denise Gascon et toute la famille Gascon, qu’il aimait tant; ses amis et confrères de classe du Collège André-Grasset (1961), dont Michel Moisan et Jean Léveillé; et ses collègues et anciens étudiants de biochimie à l’Université Laval et ailleurs dans le monde.

Né à Montréal dans le quartier Villeray, Jacques Lapointe a mené une longue et brillante carrière scientifique à titre de professeur et chercheur en biochimie, à l’Université Laval (Québec). Après avoir complété un baccalauréat en physique (1964) et puis une maîtrise en biophysique (1966) à l’Université de Montréal, il a obtenu son doctorat en biophysique moléculaire et biochimie de l’université Yale en 1971. Après un postdoctorat à l’Université libre de Bruxelles, il a rejoint le Département de biochimie de l’Université Laval en 1973, où il enseignera pendant près de 40 ans. Prolifique dans sa production scientifique, il a écrit ou collaboré à près d’une centaine d’articles savants. Comme le rappelle son collègue le professeur Sheng-Xiang Lin, il a ainsi « contribué à la connaissance du mécanisme de la biosynthèse des protéines, et plus particulièrement à celle des aminoacyl-tRNA synthetases, les partenaires clés de ce processus biologique fondamental. Il a découvert des mécanismes de ces enzymes, particuliers au monde bactérien, qui ont des potentialités d’applications thérapeutiques. » Pédagogue attentif et soucieux, Jacques Lapointe était aussi très engagé dans l’enseignement et la formation des chercheurs. Fort apprécié de ses étudiants, il a fait figure de mentor pour plusieurs d’entre eux, dont certains sont devenus professeurs à leur tour. Après sa retraite en 2012, il a reçu en 2014 le titre de professeur émérite, venu couronner cette fructueuse carrière.

Une cérémonie intime à sa mémoire a eu lieu à Montréal au début de juin au Centre funéraire Côte-des-Neiges, dans le contexte des restrictions sanitaires liées à la covid-19. Malgré l’impossibilité de rassembler tous ceux et celles qui auraient voulu honorer sa mémoire, Jacques a aussi reçu un très bel hommage de ses anciens collègues et étudiants de l’Université Laval et d’ailleurs.

La famille remercie chaleureusement l’équipe médicale des soins intensifs de l’Hôpital général de Montréal pour leurs soins exceptionnels prodigués avec dévouement et professionnalisme.

Ceux qui aimeraient faire un don en la mémoire de Jacques sont invités à le faire auprès de la Fondation de l’Université Laval, en contribuant au Fonds pour l’enseignement et la recherche (FER) de la Faculté des sciences et de génie – Département de biochimie, de microbiologie et de bio-informatique (fonds no 9146).