Station de métro Côte-Vertu

La ligne orange aura bientôt droit à son « mini-prolongement »

Après cinq ans de travaux, l’heure d’ouverture approche pour le garage Côte-Vertu de la Société de transport de Montréal (STM), qui permettra une hausse marquée du service aux heures de pointe. Des tunnels ont aussi commencé à y être excavés, pour un éventuel prolongement de la ligne orange vers Bois-Franc.

« On peut dire aujourd’hui que les travaux sont achevés à 99 %. Il reste quelques tests de l’équipement, mais on prévoit être pleinement fonctionnels en août prochain, puis entamer toutes les activités en septembre », a expliqué la directrice de projets à la STM, Leila Brïtel, lors d’une visite médiatique vendredi.

À terme, le nouveau garage évalué à près de 500 millions permettra de « relâcher plus de trains sur la ligne orange et le reste du réseau », le matin et en fin de journée. Jusqu’à 25 % de wagons de plus pourraient ainsi être mis sur les rails, pour faire passer leur fréquence de 2 minutes et demie à 2 minutes, un avantage pour la STM alors que doivent s’amorcer les travaux du prolongement de la ligne bleue, qui attirera encore plus d’usagers.

C’est le cinquième garage de ce genre ouvert par la société de transport, après ceux d’Henri-Bourassa, d’Angrignon, de Montmorency et d’Honoré-Beaugrand. De 10 à 12 trains pourront être entretenus ou nettoyés dans ce garage, qui se trouve à 20 mètres sous terre, près de la station de métro Côte-Vertu.

Des « amorces » vers Bois-Franc

Près des stations d’entretien, au sixième sous-sol, deux larges trous ont commencé à être excavés dans le béton, a pu constater La Presse. « Ce sont des amorces en vue d’un éventuel prolongement vers Bois-Franc. Le chemin est déjà commencé. Ce n’est pas un projet qui est finalisé, il y a encore du temps avant qu’il voie le jour, mais on voulait quand même prévoir le coup pour le futur », a dit Mme Brïtel.

Rien n’est encore confirmé du côté politique pour le prolongement vers Bois-Franc. Le mois dernier, le ministre des Transports, François Bonnardel, avait annoncé la création d’un « bureau de projet » pour étudier un éventuel prolongement de la ligne orange vers Laval, depuis Côte-Vertu. Des recommandations seront faites par ce bureau. Le plan préliminaire de la STM prévoit toutefois deux stations : d’abord, la station Poirier, au coin de la rue Poirier et du boulevard Marcel-Laurin, puis la station Bois-Franc, qui pourrait ensuite se connecter au REM.

« On va attendre de voir les études, mais on veut un raccordement à la station REM, ça, c’est le minimum. Et après ça, on va voir ce qui va être proposé par l’ARTM », a dit la mairesse Plante. « Jusqu’à Bois-Franc, c’est sûr que c’est quelque chose qui se discute », a ajouté la ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau, disant ne pas pouvoir « annoncer quoi que ce soit aujourd’hui ».

Au total, le garage Côte-Vertu a coûté 492,3 millions de dollars. Il a surtout été financé par Québec et Ottawa. Les premiers travaux avaient commencé il y a maintenant cinq ans, en 2017. « Il s’agit d’un gain majeur pour les usagers du transport collectif », a insisté Mme Rouleau, en qualifiant le garage de « cathédrale du transport collectif ».

« Pour assurer la mobilité à Montréal, tous les efforts comptent. Voir le résultat final ici, c’est vraiment très impressionnant. […] Ça augure bien pour le reste des projets : la ligne bleue et, éventuellement, la ligne rose. »

– Valérie Plante, mairesse de Montréal

Un large tunnel de raccordement de 650 mètres a été creusé entre le garage et l’extrémité de la ligne orange, afin de relier le réseau au garage. Trois autres bâtiments ont aussi été construits en surface, deux servant de sorties de secours et de poste de ventilation mécanique, le troisième donnant accès à l’atelier d’entretien mécanique. « On aime dire qu’on a construit un prolongement ici. On a quand même construit 1,5 km de tunnel », a lancé la directrice générale par intérim de la STM, Marie-Claude Léonard.

Cet été, sept stations de métro seront accessibles gratuitement les fins de semaine, au centre-ville et près du Vieux-Montréal, du 24 juin au 5 septembre prochain. Mme Plante a estimé vendredi que l’approche de la gratuité dans le transport collectif était « intéressante ». « Le transport collectif doit être perçu comme une solution de société. Tant et aussi longtemps que ça demeure une responsabilité seulement des villes, on peut difficilement envisager ce genre de perspective à plus long terme », a-t-elle toutefois nuancé.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.