Le rouge disparaît de la carte

Pour la première fois en huit mois, le Québec n’a enregistré aucun nouveau décès lié à la COVID-19 dimanche. Signe que la situation épidémiologique continue de s’améliorer dans la province, Montréal et Laval passent au palier d’alerte orange ce lundi.

Le passage en zone orange se concrétise ce lundi pour les régions de Montréal et de Laval. Des MRC de l’Estrie, de Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent effectuent le même changement de teinte, éliminant le rouge du paysage québécois.

« Jusqu’à présent, le plan de déconfinement fonctionne. On doit continuer de suivre les mesures et de se faire vacciner », a affirmé le ministre de la Santé, Christian Dubé, sur Twitter.

Dans ces régions, les élèves du 3e, 4e et 5e secondaire pourront retourner à l’école à temps plein. Les activités parascolaires pourront également reprendre progressivement en groupe-classe.

Les salles de gym accueilleront à nouveau des clients, tout comme les salles à manger des restaurants. Un maximum de deux personnes par table, accompagnées, s’il y a lieu, de leurs enfants d’âge mineur, sera autorisé ; les occupants d’une même résidence privée peuvent aussi s’asseoir à la même table.

Enfin, les spas pourront rouvrir leurs zones intérieures, tandis que les lieux de culte pourront accueillir jusqu’à 100 personnes, à l’exception des mariages et des funérailles qui seront limités à 25 personnes.

Depuis deux semaines, Montréal et Laval n’affichaient plus un taux de propagation justifiant le niveau d’alerte rouge, soit 10 cas par 100 000 habitants.

Le premier ministre du Québec, François Legault, avait toutefois affirmé rester « prudent » en laissant ces deux régions en rouge un peu plus longtemps.

La Mauricie, le Centre-du-Québec, le Saguenay–Lac-Saint-Jean ainsi qu’une partie du Bas-Saint-Laurent passent pour leur part en zone jaune lundi.

Du vert apparaît également sur la carte. L’Abitibi-Témiscamingue, la Côte-Nord et le Nord-du-Québec sont désormais au plus faible palier d’alerte dès ce lundi 7 juin.

Le bilan s’allège

Ce changement de palier survient au moment où la province a rapporté 179 cas de COVID-19 dimanche et n’a enregistré aucun nouveau décès. Il s’agit de la première fois en huit mois que la province ne déplore aucun décès lié à la COVID-19. Un décès survenu en Mauricie–Centre-du-Québec a d’ailleurs été retiré du bilan, n’étant finalement pas lié au coronavirus.

La moyenne quotidienne des décès calculée sur une semaine se chiffre à trois par jour. Il s’agit de la moitié du nombre observé la semaine dernière.

Depuis la dernière semaine, la province recense en moyenne 246 cas par jour. La tendance est ainsi à la baisse de 35 % sur une semaine. Au total, 371 767 Québécois ont été atteints du virus à ce jour.

Le gouvernement du Québec a rapporté trois personnes de moins aux soins intensifs, pour un total de 61 personnes s’y trouvant.

Ce sont aussi neuf hospitalisations de moins qui ont été recensées dans les 24 dernières heures. Le nombre de personnes dans les hôpitaux a diminué de 90 en une semaine, soit 25 %.

C’est Montréal qui rapporte le plus de cas supplémentaires, avec 57. Suit la région de Chaudière-Appalaches, qui recense 20 infections supplémentaires au virus, et la Montérégie, qui déplore 19 nouveaux cas.

L’Estrie indique que 17 infections additionnelles ont été recensées sur son territoire, Laval enregistre 13 infections et la Capitale-Nationale, 10.

Vers l’administration des deuxièmes doses

La cadence de la vaccination se poursuit, alors que le ministère de la Santé indique que 84 670 injections supplémentaires ont été administrées. Ce sont 5,5 millions de Québécois qui ont reçu au moins une première dose de vaccin, soit 64,4 % de la population. C’est toutefois 6,6 % des habitants de la province qui ont reçu deux injections, soit 562 000 Québécois.

La Santé publique a annoncé jeudi que l’espace entre les deux doses de vaccin passerait de 16 à 8 semaines, devançant ainsi les rendez-vous pour une seconde injection. Depuis dimanche soir, les personnes de 80 ans et plus peuvent devancer leur rendez-vous pour la deuxième dose.

– Avec Pierre-André Normandin, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.