Redoux pour Igloofest

Après une hibernation forcée de deux ans, Igloofest animera de nouveau l’hiver montréalais avec quatre week-ends de musique électronique au Vieux-Port. La star australienne Flume lancera les festivités du 15e anniversaire de l’évènement, ce jeudi soir, en attendant la visite des Kavinsky, Tiësto et Eli & Fur.

Mercredi soir, Flume était déjà à Montréal pour faire des tests de son en vue de la soirée d’ouverture qui marque le retour en grand d’Igloofest. « Après deux ans d’attente, nous sommes fébriles », lance Nicolas Cournoyer, l’un des fondateurs d’Igloofest, qui se réjouit « du week-end doux avec de la neige » qui se profile à l’horizon du Vieux-Port de Montréal.

Surtout qu’Igloofest peut enfin célébrer son 15e anniversaire.

Parmi les têtes d’affiche attendues pendant les 12 soirées de musique électronique en plein air prévues jusqu’au 11 février, du jeudi au samedi, il y a Bob Moses, Eli & Fur, Olan, Kavinsky, Nora En Pure, Yotto, Josh Wink, Ben Böhmer et le rappeur belge Hamza. Le talent montréalais brillera aussi de mille feux avec les Tiga, CRi, Black Tiger Sex Machine et autres TDJ.

Est-ce qu’une star comme Tiësto aurait accepté il y a 15 ans de se produire dehors en plein hiver dans le Vieux-Port de Montréal comme il le fera le 10 février ? « C’est la première fois qu’on l’invite », répond Nicolas Cournoyer.

Si la réputation d’Igloofest n’est plus à faire, convaincre des musiciens et des DJ internationaux de se produire dans le froid humide des abords du Saint-Laurent n’était pas une mince affaire pendant les premières années d’Igloofest.

Nicolas Cournoyer se souvient encore du test de son de la formation portugaise Buraka Som Sistema en 2012. Ce n’est que là que ses membres ont compris qu’ils allaient monter sur scène… dehors.

Finalement, João Barbosa a déclaré que ça avait été l’une des prestations les plus mémorables de sa formation. Il avait pour l’occasion demandé aux spectateurs de s’agenouiller et de bondir en même temps. Un souvenir inoubliable pour Nicolas Cournoyer.

En 2019, Four Tet a quant à lui pleinement mérité le titre du « guerrier du froid » en se produisant sous la barre des -20 °C. Buraka Som Sistema et Four Tet auront compris que c’est la rudesse de l’hiver qui rend Igloofest si magique. Une équipe de MétéoMédia a déjà mesuré un écart de 9 °C entre la piste de danse de l’Igloofest et l’entrée du site… « L’effet pingouin », dit Nicolas Cournoyer.

Vivre l’hiver

Cofondé par Pascal Lefebvre, Michel Quintal, Nicolas Cournoyer et Louis-David Loyer, Igloofest est le pendant hivernal du Piknic Électronik (qui a par ailleurs connu une saison record de 178 000 personnes l’an dernier).

En approchant la trentaine au début des années 2000, les quatre amis ont voulu répandre la musique électronique au-delà des after hours associés aux substances illicites. « Rendre ça plus accessible et changer les préjugés », résume Nicolas Cournoyer.

Piknic Électronik est né en 2003, puis Igloofest, en 2007, avec seulement deux soirées au programme. « Il y avait 2000 personnes par soir », se souvient Nicolas Cournoyer. C’était assez pour faire naître le fameux « concours de one piece », « l’esprit de carnaval » et le mantra de « vivre l’hiver au lieu de le subir ».

« L’idée était d’arrêter de chialer contre la météo. »

— Nicolas Cournoyer

Plus sérieusement, Nicolas Cournoyer rappelle qu’il manquait cruellement d’offre culturelle extérieure en hiver en 2007.

Les années ont passé et Igloofest a fini par attirer quelque 85 000 personnes sur quatre week-ends.

Igloofest Québec

En pleine adolescence à Montréal, Igloofest tiendra un premier week-end officiel de festivités à Québec du 2 au 4 mars avec Diplo, Mistress Barbara, Claptone, DJ Boring et Alexa Borzyk. « On avait déjà fait des soirées, mais la volonté d’installer une antenne à Québec est là depuis longtemps, explique Nicolas Cournoyer. On fait le pari d’aller chercher des gens de l’est de la province. »

Québec est pratiquement la seule grande ville où Igloofest peut s’exporter, souligne-t-il. À Toronto, il ne fait pas assez froid et le risque de pluie est trop élevé.

Est-ce que les changements climatiques inquiètent la bande d’Igloofest ?

« L’hiver est là pour de bon, mais ce à quoi on fait face, ce sont les écarts de température. »

— Nicolas Cournoyer

Avec les redoux qui se sont multipliés, disons qu’Igloofest a abandonné « les bars et les châteaux de glace ». « On n’a jamais annulé une soirée », souligne toutefois Nicolas Cournoyer.

Soirées après-ski

Sauf quelques petits changements sur le site, le terrain de jeu d’Igloofest sur son site du Vieux-Port demeure essentiellement le même qu’en 2019. Grande nouveauté : les 27 soirées « après-ski » avec des prestations intérieures présentées notamment à la Société des arts technologiques, au Centre Phi et à l’Auberge Saint-Gabriel. Dans la nuit du 11 au 12 février, l’after party des artistes du label d’Anjunadeep à la SAT fera partie des sept soirées du projet pilote de la Ville de Montréal permettant la vente d’alcool après 3 h du matin.

Voir qu’un CRi remporte le Félix de la révélation de l’année en 2021 et que Trois-Rivières a aussi un festival hivernal de musique électronique – l’ArtikFest !, à la mi-février –, c’est signe que la musique électronique n’est plus confinée dans la niche qu’elle occupait en 2007, et c’est très certainement en partie grâce à Nicolas Counoyer et sa bande.

Celui-ci ne cache pas que l’annulation d’Igloofest à la dernière minute – avec 60 000 billets vendus – avait été difficile pour ses troupes, l’an dernier.

Cette année, leur cœur est enfin à la fête pour tout un anniversaire.

Kavinsky

On doit à Kavinsky Nightcall, chanson qui plantait si bien l’univers nocturne du film Drive, mettant en vedette Ryan Gosling. Ce sera une première visite à Igloofest pour le maître français du synthwave qui a lancé en 2022 l’album Reborn.

26 janvier, à 22 h (après Dabeull et Heidy P.)

Black Tiger Sex Machine et Apashe

Black Tiger Sex Machine et Apashe, artistes montréalais de Kannibalen Records, se produisent dans de grands amphithéâtres du monde entier. Ils font la fierté de Montréal à l’international et leurs prestations cinématographiques sont toujours de grande intensité.

4 février, à 22 h 30 (après Moore Kismet, Sam Lamar et PØPTRT)

CRi et la bande d’Anjunadeep

Révélation au Gala de l’ADISQ en 2021 et hôte d’un grand spectacle extérieur l’été dernier au Festival de jazz de Montréal, la star locale de la musique életronique CRi se produira avec ses copains du label Anjunadeep : Ben Böhmer, Eli & Fur, OLAN et Yotto. D’abord à l’extérieur sur le site d’Igloofest, puis à la SAT jusqu’au petit matin.

11 février, à 21 h 30

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.