Procès de Derek Chauvin

« Le mettre à plat ventre avec un genou sur le cou pendant aussi longtemps était simplement injustifié. »

— Richard Zimmerman, le policier le plus expérimenté de la police de Minneapolis, a livré vendredi un témoignage accablant au procès de l’agent Derek Chauvin, ne jugeant « absolument pas nécessaire » la force « mortelle » utilisée pour maîtriser l’Afro-Américain George Floyd, le 25 mai 2020.

Accord sur le nucléaire iranien

Washington et Téhéran discuteront par l’entremise des Européens

Les États-Unis et l’Iran ont accepté, vendredi, d’entamer la semaine prochaine, à Vienne, de premières négociations indirectes, par l’intermédiaire des Européens, pour tenter de sauver l’accord international sur le nucléaire iranien. Le gouvernement américain « a accepté de participer à des discussions » avec les Européens, les Russes et les Chinois pour discuter d’un « retour mutuel » dans l’accord par Washington et Téhéran, a déclaré le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price. « Nous ne nous attendons pas à des discussions directes entre les États-Unis et l’Iran à ce stade du processus, mais les États-Unis restent ouverts à cette possibilité », a-t-il précisé. C’est une visioconférence entre les signataires encore membres du texte (Chine, Russie, Allemagne, France, Royaume-Uni et Iran), organisée vendredi par l’Union européenne en l’absence des Américains, qui a débloqué le processus. L’ex-président des États-Unis Donald Trump avait claqué la porte en 2018 de cet accord clé et avait rétabli toutes les sanctions contre Téhéran. Son successeur, Joe Biden, s’est dit prêt à revenir dans l’accord, à condition que l’Iran tienne ses engagements nucléaires. Les dirigeants iraniens disent aussi vouloir revenir dans les clous, mais seulement si les États-Unis lèvent d’abord les sanctions qui asphyxient leur économie.

— Agence France-Presse

Attaques au Mozambique

Le site gazier de Total à l’arrêt après l’évacuation des employés

Le groupe français Total a évacué tout le personnel de son site gazier dans le nord-est du Mozambique, neuf jours après l’attaque djihadiste dans la ville voisine de Palma, et le projet de plusieurs milliards d’euros était vendredi à l’arrêt complet. « Total a pris la décision d’évacuer l’ensemble du personnel. À cet instant, toutes les installations sont vacantes », a affirmé vendredi une source militaire. Le 24 mars, des groupes armés ont attaqué Palma, ville portuaire de 75 000 habitants, tuant des dizaines de civils, de policiers et de militaires. Le raid soigneusement préparé, lancé à seulement quelques kilomètres du mégaprojet gazier, sur la péninsule d’Afungi, a été revendiqué par le groupe armé État islamique. Des rebelles ont été repérés ces derniers jours à proximité du site de Total, selon une source de sécurité. La future exploitation gazière, qui devait être opérationnelle d’ici 2024, est désormais sous la protection de l’armée mozambicaine. Depuis plusieurs jours, les militaires tentent de reprendre Palma, tombée aux mains des rebelles dans la nuit du 26 au 27 mars. Les groupes armés, connus localement sous le nom d’Al-Shabab (« les jeunes » en arabe), ravagent la province du Cabo Delgado depuis plus de trois ans.

— Agence France-Presse

Mexique

Huit corps décapités découverts au Michoacán

Huit corps décapités portant des traces de balles ont été retrouvés sur une route de campagne dans l’État mexicain de Michoacán, dans l’ouest du pays, où opèrent des bandes criminelles liées au trafic de drogue, a annoncé vendredi le parquet local. La police et les experts médicolégaux, alertés par un appel téléphonique, « ont localisé les corps sans vie de huit hommes, qui présentaient des blessures produites, apparemment, par des projectiles d’armes à feu, ainsi que des mutilations », a indiqué le bureau du procureur général dans un communiqué. Les corps ont été abandonnés dans une zone montagneuse et peu peuplée de la municipalité d’Aguililla, où des attaques du Cartel de Jalisco nouvelle génération ont été signalées ces derniers jours. Une source au sein du bureau du procureur général, qui a demandé à ne pas être identifiée, a déclaré que les victimes avaient été décapitées. Plus de 300 000 personnes ont été tuées au Mexique depuis décembre 2006, moment auquel le gouvernement fédéral a déclenché une opération militaire antidrogue controversée. Les experts estiment notamment que la mobilisation de l’armée a abouti à fragmenter les cartels en cellules plus petites et plus violentes. — Agence France-Presse

France

Le maintien des élections locales en juin est « privilégié »

Le gouvernement français a confirmé qu’il privilégiait le maintien en juin des élections régionales et départementales, selon un rapport au Parlement que l’AFP s’est procuré vendredi. « Le comité de scientifiques ne recommande pas de manière claire et explicite un report des élections convoquées les 13 et 20 juin. À ce stade, c’est donc le scénario du maintien des élections aux dates prévues qui est privilégié par le gouvernement », selon ce rapport. Les nouvelles mesures de restrictions pour lutter contre l’épidémie de COVID-19 annoncées mercredi par le président Emmanuel Macron et celles « relatives à l’accélération de la vaccination devraient avoir pour effet d’améliorer la situation sanitaire à l’échéance du mois de juin », fait valoir le gouvernement. « Le premier ministre a transmis le rapport aux formations politiques. Elles doivent donner leur position avant jeudi soir prochain. Il y aura ensuite un débat au Parlement », a précisé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal dans le journal Le Figaro. La quasi-totalité des formations politiques se sont dites jusqu’ici favorables au maintien en juin de ces élections, initialement prévues pour mars. — Agence France-Presse

Taïwan

Au moins 50 morts dans un déraillement de train

Hualien — Au moins 50 personnes ont perdu la vie vendredi dans le déraillement d’un train bondé à l’intérieur d’un tunnel dans l’est de Taïwan, le pire accident ferroviaire sur cette île depuis des décennies.

Selon les autorités, l’accident a été causé par un engin de chantier qui, après avoir glissé d’un talus, a heurté le train qui s’apprêtait à entrer sous un tunnel près de la ville de Hualien, sur le littoral.

« Il y avait un engin de chantier qui n’avait pas été garé correctement et a glissé jusqu’à la voie ferrée », a déclaré aux journalistes Tsai Ding-hsien, le responsable de la police du comté de Hualien.  

Son conducteur « est soupçonné de n’avoir pas assez serré le frein à main et donc le véhicule a glissé de 20 mètres », a quant à lui expliqué à la presse Feng Hui-sheng, le vice-directeur du service des chemins de fer de Taïwan.

Des photos prises sur place par des médias montrent l’arrière d’un camion à plateau jaune couché sur le côté, à proximité du train. 

L’Agence des chemins de fer de Taïwan a fait état d’au moins 50 morts et de 146 passagers hospitalisés.  

Une survivante, citée par la chaîne de télévision TVBS, a raconté que certains des passagers pris au piège pleuraient en appelant à l’aide, tandis que d’autres étaient inconscients.

« Beaucoup étaient comprimés sous les sièges », a dit la femme qui n’a pas été identifiée.

La présidente Tsai Ing-wen s’est rendue dans un centre de secours d’urgence à Taipei, la capitale, où elle a déploré le « grand nombre » des victimes.

L’accident s’est produit sur la ligne ferroviaire orientale de Taïwan.  

Amas de tôles

Sur le site internet du journal local UDN, on peut voir l’avant du train, à l’intérieur du tunnel, qui n’est plus qu’un amas de tôles.  

Sur des images de la Croix-Rouge taïwanaise, des sauveteurs munis de casques et de lampes marchent sur le toit du train accidenté à l’intérieur du tunnel pour atteindre les survivants.

Les sauveteurs ont travaillé pendant des heures pour arriver jusqu’aux personnes emprisonnées dans le tunnel, utilisant des scies pour les extraire à travers des tôles déformées.  

En milieu d’après-midi, il n’y avait plus personne dans les wagons, selon les autorités, mais les secouristes demeuraient sur place, ont constaté des journalistes de l’AFP.  

Les personnes ayant pris place à l’arrière du train semblent avoir été relativement épargnées.  

Ce train, qui transportait environ 480 personnes et comportait huit wagons, reliait Taipei à la ville de Taitung, située dans le sud-est de l’île.

L’accident s’est produit au premier jour de la fête annuelle du nettoyage des tombes, un long week-end férié au cours duquel les routes et les voies ferrées de Taïwan sont généralement bondées.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.