Israël

800

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a annoncé lundi la construction de 800 logements dans des colonies de Cisjordanie occupée, quelques jours avant l’investiture du président désigné américain, Joe Biden, critique à l’égard de la colonisation israélienne. Cette décision doit toutefois encore franchir plusieurs étapes bureaucratiques avant d’être validée et elle peut aussi être contestée en justice. (AFP)

Crash d’un Boeing en Indonésie

L’équipage n’a pas émis de signal de détresse

L’équipage du Boeing qui s’est abîmé au large de l’Indonésie avec 62 personnes à bord n’a pas envoyé de signal de détresse avant de tomber en mer, a indiqué un responsable de l’enquête lundi alors que les plongeurs recherchent les restes de l’avion et les boîtes noires. Un enregistrement des communications de l’équipage avec les contrôleurs aériens révèle des dialogues de routine et aucun échange avant que le Boeing 737-500 de Sriwijaya Air ne plonge en mer de quelque 10 000 pieds en moins d’une minute samedi, a indiqué Nurcahyo Utomo, enquêteur de l’agence indonésienne de sécurité des transports (NTSC). « Il n’y a pas mention d’une situation d’urgence ou de quelque chose de ce type », a-t-il expliqué à l’Agence France-Presse. Les données préliminaires suggèrent que l’avion était « très probablement » intact quand il a touché l’eau. « Mais nous ne savons pas à ce stade ce qui a causé l'accident », a insisté l’enquêteur. Les 62 passagers et membres d’équipage du vol à moitié plein étaient indonésiens. Dix enfants étaient à bord, dont trois âgés de moins de 3 ans.

— Agence France-Presse

France

Les Champs-Élysées seront transformés en jardin

L’avenue la plus célèbre de Paris, les Champs-Élysées, va bénéficier d’une cure de jouvence verte pour se transformer en « jardin extraordinaire » avant les Jeux olympiques de 2024, a annoncé la maire de la capitale française, Anne Hidalgo. « Pour les Champs-Élysées, nous allons refaire la place de la Concorde avant les Jeux olympiques, puis la totalité de l’avenue ensuite », pour créer un « jardin extraordinaire », a déclaré dimanche la maire socialiste au Journal du Dimanche. Cette prise de position est la concrétisation d’un projet lancé à l’été 2018 par le Comité Champs-Élysées, qui réunit les acteurs culturels et économiques de l’avenue (musées, théâtres, cinémas, foncières, enseignes et commerces indépendants). Ce plan s’inscrit dans la continuité des efforts d’Anne Hidalgo pour créer de nouveaux espaces verts dans la capitale française, dont les élégantes places et les boulevards bordés d’arbres sont souvent envahis de véhicules. La maire est notamment à l’origine de la construction de nouvelles infrastructures pour vélos et scooters électriques.

— Agence France-Presse

Europe

La classe politique condamne la mise au ban numérique de Trump

La classe politique française a condamné lundi le bannissement de Donald Trump des réseaux sociaux, dans la foulée de l’occupation du Capitole par ses partisans. Le ministre de l’Économie a affirmé que « le peuple souverain », « les États » et « la justice » étaient les seuls légitimes pour établir « la régulation des géants du numérique », estimant que leur régulation ne pouvait « pas se faire par l’oligarchie numérique elle-même ». D’autres responsables européens ont dénoncé cette décision, la chancelière de l’Allemagne, Angela Merkel, jugeant la mesure « problématique », et le commissaire européen Thierry Breton exprimant notamment sa « perplexité ». Le gouvernement français avait tenté de légiférer en 2020 pour réguler la haine en ligne. Le Conseil constitutionnel a rejeté en juin cette tentative, jugeant qu’elle portait atteinte à la liberté d’expression. Du côté de l’opposition, les protestations étaient également unanimes. À contre-courant, la députée européenne de gauche Aurore Lalucq a pour sa part remercié Twitter, « pour une fois ».

— Agence France-Presse

Vatican

Le pape officialise des fonctions déjà exercées par des femmes

Le pape François a inscrit officiellement lundi dans le droit de l’Église catholique certaines fonctions déjà occupées depuis longtemps par des femmes laïques lors de services, mais l’ordination des femmes n’est toujours pas à l’ordre du jour. En 2019, lors d’un synode consacré à l’Amazonie, les évêques de la région avaient préconisé de donner aux femmes laïques davantage de fonctions reconnues explicitement par l’Église, appelées « ministères », afin d’officialiser leur contribution essentielle pour propager la foi dans des zones reculées en manque de prêtres. La modification du « droit canon » de l’Église catholique reconnaît désormais aux femmes deux fonctions précises lors de célébrations liturgiques, qu’elles exercent souvent déjà avec l’aval des évêques : le ministère de « la Parole », qui consiste à lire l’Évangile, et le ministère de « l’Acolytat », une assistance à l’autel. Jusqu’à présent, le droit spécifiait dans sa version de 1983 que ces deux mandats pouvaient être confiés à des « laïcs hommes ». La référence aux hommes est désormais rayée.

— Agence France-Presse

Italie

Début d’un « maxi-procès » contre des centaines de mafieux

Des centaines de membres présumés de la redoutée Ndrangheta calabraise, la plus puissante des mafias italiennes, vont être jugés à partir de mercredi dans le cadre d’un « maxi-procès » qui devrait durer plus de deux ans.

Au total, 355 accusés – parmi lesquels des dirigeants politiques, des fonctionnaires des policiers et des hommes d’affaires –, 900 témoins et 400 avocats seront entendus dans une enceinte installée spécialement pour accueillir ce procès hors normes, le plus important depuis trois décennies, au cœur de la Calabre, la plus pauvre des régions italiennes gangrénée par la mafia.

Pour révéler les secrets du clan Mancuso et de ses associés, 58 témoins à charge ont accepté de briser l’omerta, la loi du silence.

Au cours d’une récente audience préliminaire, il a fallu pas moins de trois heures pour lire les noms des accusés, au premier rang desquels figurent le chef Luigi Mancuso, qui a déjà passé près de vingt ans en prison, mais aussi des dizaines d’autres dotés de surnoms dignes d’un film de Hollywood : « Le loup », « P’tit gros », « Blondinet », « Petite chèvre » …

Ce procès est aussi interprété comme une démonstration de force de l’État au cœur du territoire de la Ndrangheta, qui contrôle les flux de cocaïne dans toute l’Europe.

Au centre des débats figurera le plus célèbre procureur antimafia de la péninsule, Nicola Gratteri, qui vit sous escorte policière depuis plus de 30 ans. La vie de ce Calabrais de 62 ans est un combat pour anéantir « cette Ndrangheta asphyxiante ».

Par ses proportions, ce procès n’est dépassé que par le premier maxi-procès de 1986-1987 à Palerme contre la Cosa Nostra sicilienne, à l’issue duquel 338 accusés furent condamnés. Les juges Giovanni Falcone et Paolo Borsellino furent ensuite assassinés par la mafia.

Selon Federico Varese, professeur de Criminologie à l’Université d’Oxford, ce procès est significatif de par le nombre de membres de la classe politiques, d’entrepreneurs et de fonctionnaires qui aident la mafia à fonctionner.

« Cela montre qu’en dehors de l’organisation criminelle il y a une part de la société qui est complice et l’aide », a-t-il expliqué à l’AFP. « C’est choquant de voir qu’un groupe criminel est à ce point enraciné dans une région qu’il faut traduire en justice des centaines de personnes. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.