DÉCRYPTAGE

Le « culot » du nouveau maire de New York

New York — Quelques jours après son élection à la mairie de New York, en novembre dernier, Eric Adams a fait une apparition sur le plateau du Late Show de Stephen Colbert. Quand l’animateur de CBS a noté que le nouvel élu avait célébré sa victoire dans une des boîtes de nuit les plus courues de Manhattan, le maire désigné s’est empressé de le corriger.

Il n’avait pas seulement fêté à Zero Bond, comme l’avaient révélé les médias, mais également dans deux autres boîtes populaires, Casa Cipriani et Sugar Hill.

« [New York] est une ville de vie nocturne. Je dois tester le produit, a-t-il déclaré en riant. Nous avions l’habitude d’être l’endroit le plus cool du monde. Nous sommes tellement ennuyeux maintenant. »

À en juger par sa première semaine complète à la mairie de New York, Eric Adams n’entend pas être lui-même ennuyeux. La métropole américaine n’aura probablement jamais été témoin de pareille entrée en scène. En fait, comme l’a remarqué une journaliste du New York Times, le successeur de Bill de Blasio sera peut-être le maire de New York le plus divertissant depuis Jimmy Walker, dit le Beau James, qui a dû démissionner en raison d’un scandale de corruption en 1932.

Cette comparaison, faut-il préciser, a été établie avant même que ne soient annoncées en catimini deux nominations soulevant de troublantes questions sur le plan de l’éthique.

L’une d’elles concerne un ancien haut dirigeant du NYPD impliqué dans l’un des plus importants scandales de corruption ayant entaché la police new-yorkaise au cours des dernières années.

L’autre concerne le petit frère d’Eric Adams.

Mais commençons par le début de cette première semaine plutôt que par la fin. Une semaine ponctuée de gestes symboliques et de déclarations mémorables.

Métro, vélo et mot

Premier geste symbolique : Eric Adams prend le métro pour se rendre au travail à l’amorce de sa première journée complète comme 110e maire de New York. Du haut de la plateforme de la ligne J, où il est entouré de journalistes, il aperçoit une bagarre impliquant trois hommes sur le trottoir.

L’ancien capitaine du NYPD ne fait ni une ni deux. Il sort son téléphone portable, compose le 911 et décrit l’incident qui se déroule dans une rue de Brooklyn, l’arrondissement dont il a été président avant d’être élu maire.

Quand l’opérateur du 911 lui demande de s’identifier, il répond : « Adams, le maire Adams. »

Les médias se délectent de cette histoire, qui semble illustrer la volonté du démocrate de 61 ans de mater la criminalité à New York.

Deuxième geste symbolique : vêtu d’un costume de ville et coiffé d’un casque, Eric Adams enfourche un Citi Bike, équivalent new-yorkais du BIXI, pour se rendre à ses premiers rendez-vous de sa deuxième journée à la mairie.

Les médias ne ratent pas l’occasion de rappeler que le nouveau maire a promis d’ajouter 450 km de pistes cyclables protégées d’un bout à l’autre de New York.

Tout baigne, jusqu’à ce qu’Eric Adams commence à discourir. Lors de sa toute première conférence de presse, il suscite un malaise en employant le mot swagger pour parler de l’attitude qu’il se targue de posséder et qui a fait défaut à New York, selon lui, face à la COVID-19.

Le mot est souvent employé pour dénoter un air arrogant, une démarche arrogante, voire une fanfaronnade. On le traduira pour le moment par « audace », question de donner la chance au coureur.

« Quand un maire a de l’audace, sa ville a de l’audace », a dit Eric Adams, s’adressant aux journalistes. « Nous avons laissé les gens nous rabaisser à tel point que nous n’avons fait que nous complaire dans la COVID[-19]. C’est tout ce que nous avons fait et nous avons cessé de croire. Nous sommes une ville qui a de l’audace. »

De mal en pis

Dans une ville où près de 36 000 personnes sont mortes de la COVID-19 et où le variant Omicron provoque ces jours-ci une explosion de contaminations et d’hospitalisations, le mot swagger a sonné comme une fausse note aux oreilles de nombreux New-Yorkais.

Mais Eric Adams ne faisait que s’échauffer. Le surlendemain, il a employé une autre formulation plus ou moins heureuse en demandant aux entreprises de ne pas retarder le retour au bureau de leurs employés, dont dépendent de nombreux New-Yorkais qui ne peuvent travailler à distance.

« Mes travailleurs peu qualifiés [low-skilled workers], mes cuisiniers, mes laveurs de vaisselle, mes messagers, mes cireurs de chaussures, ceux qui travaillent chez Dunkin’ Donuts, ils n’ont pas les compétences scolaires pour s’asseoir dans les bureaux de direction. »

— Eric Adams, maire de New York

De nombreux progressistes new-yorkais, dont Alexandria Ocasio-Cortez, qui a elle-même été serveuse, ont protesté. « L’idée que n’importe quel emploi est “low skill” est un mythe perpétué par les riches pour justifier des conditions de travail inhumaines, peu ou pas de soins de santé et de bas salaires », a tweeté la représentante démocrate de New York.

Mais les controverses les plus sérieuses étaient à venir.

Vendredi, dans une tribune publiée par le Daily News, Philip Banks, ami et confident du nouveau maire, a annoncé sa propre nomination en tant qu’adjoint au maire chargé de la sécurité publique. L’ancien numéro deux du NYPD a démissionné de ce poste en 2014 alors qu’il faisait l’objet d’une enquête fédérale qui a mené à l’inculpation d’autres hauts responsables policiers pour avoir accepté des voyages et d’autres cadeaux en retour de faveurs.

Il a notamment nié avoir eu des relations sexuelles avec des prostituées lors de deux voyages gratuits en République dominicaine.

Les journaux ont par ailleurs découvert le même jour qu’Eric Adams avait nommé son frère cadet au poste d’adjoint à la nouvelle cheffe du NYPD, Keechant Sewell. Bernard Adams, 56 ans, était un simple sergent lorsqu’il a quitté le NYPD en 2006. Il occupait depuis juillet 2021 le poste de directeur adjoint des opérations pour le stationnement et le transport du centre médical de l’Université Virginia Commonwealth.

Son nouvel emploi lui vaudra un salaire annuel de 240 000 $.

Il y a un autre mot pour traduire swagger : « culot ».

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.