Musique

Cœur de pirate fait l’acquisition de Dare To Care

C’est officiel, la musicienne Cœur de pirate est désormais propriétaire de la maison de disques qui l’a vue naître, Dare To Care Records, six mois après la tempête qui a ébranlé l’entreprise. Alors que le changement de garde est tout juste amorcé, l’annonce faite mercredi laisse tout de même certains détails en suspens.

« Aujourd’hui, je vous annonce que j’ai fait l’acquisition de l’étiquette Dare To Care Records, a écrit Cœur de pirate (Béatrice Martin) dans une publication Instagram, en début de journée mercredi. C’est un tout nouveau chapitre de la maison de disques qui s’écrit à compter d’aujourd’hui et je suis fière de porter le flambeau. »

L’auteure-compositrice-interprète de 31 ans a ajouté que cette entreprise qui « a fait grandir de nombreux artistes d’ici » lui a permis de devenir ce qu’elle est aujourd’hui.

C’est dans des termes semblables qu’elle parlait de la maison de disques et de gérance Dare To Care en août dernier, alors qu’elle annonçait son intention d’acquérir ce géant de la musique au Québec. Avec cette étiquette depuis ses débuts, en 2008, la chanteuse disait vouloir éviter que Dare To Care dépérisse en raison des tourments qu’elle a traversés.

« Ma priorité sera de veiller au bien-être des artistes et des employés, tout en contribuant au développement des différents projets de notre riche scène musicale. »

— Cœur de pirate, dans un message Instagram mercredi, également relayé sur la plateforme de la maison de disques

« Le travail qui m’attend est grand et j’ai bien hâte de vous annoncer de belles nouvelles au courant des prochaines semaines. »

Nouveau C.A., même équipe

Béatrice Martin, en reprenant les rênes de Dare To Care, devient ainsi présidente et directrice artistique de l’entreprise. L’équipe présentement en place chez Dare To Care poursuivra le maintien des activités en collaboration avec l’équipe de direction, indique la maison de disques dans un communiqué diffusé mercredi. « Un nouveau conseil d’administration viendra aussi jouer un rôle en matière de gouvernance, ajoute-t-on. Celui-ci sera présidé par Nicolas Martin, chef des opérations chez Cœur de pirate inc. »

Dans une entrevue accordée l’été dernier au chroniqueur Patrick Lagacé, Béatrice Martin expliquait que des partenaires l’appuyaient dans l’offre de rachat proposée à son ancien agent. L’identité de ces partenaires et leurs rôles n’ont pas encore été dévoilés, et on ignore également à l’heure actuelle entre quelles mains tombera la gestion administrative de l’entreprise.

Jan-Fryderyk Pleszczynski, président par intérim nommé pour prendre le relais du fondateur Éli Bissonnette en plein cœur de la tourmente, restera en poste durant quelques semaines « pour assurer une transition fluide ». Une fois la transaction conclue, il se joindra ensuite au conseil d’administration.

S’il est évident que Béatrice Martin souhaite être actrice de changement, on ne sait pas encore quelles réformes elle compte mener au sein de l’entreprise d’une vingtaine d’employés. Ni elle ni les représentants de Dare To Care n’ont souhaité répondre aux questions de La Presse pour l’instant.

Simon Boiteau, de l’agence de relations publiques Tact, nous a laissé savoir que des annonces sont à prévoir dans les prochaines semaines et qu’il sera alors possible de s’entretenir avec les personnes concernées pour en savoir plus sur l’avenir de la maison de disques.

« Une formidable artiste extrêmement compétente »

En juillet dernier, Éli Bissonnette avait quitté ses fonctions de président après avoir reconnu qu’il avait abusé de son autorité et qu’il était au courant des rumeurs d’inconduites sexuelles visant Bernard Adamus. Ce dernier venait d’être dénoncé sur les réseaux sociaux et d’être lâché séance tenante par Dare To Care. Les employés de Dare To Care s’étaient alors exprimés pour se dissocier d’Éli Bissonnette et évoquer leur désir de voir la boîte survivre malgré « les erreurs de deux individus ».

Ce souhait est maintenant exaucé. Cœur de pirate prend la barre de l’entreprise qui représente notamment, avec sa petite sœur francophone Grosse Boîte, des artistes comme Jean Leloup, Fanny Bloom, Fred Fortin, Evelyne Brochu, Jimmy Hunt et Maude Audet.

Émile Bilodeau, également avec l’étiquette, a écrit en réaction à l’annonce sur Instagram que « les employés de DTC […] ainsi que les artistes de ce catalogue héritent d’une formidable artiste extrêmement compétente comme directrice artistique à la présidence de cette compagnie ! »

Une nouvelle page

Alors que la transition en est encore à ses balbutiements, il n’a pas été possible de recueillir les impressions d’autres artistes de l’étiquette. Si l’annonce a été faite auprès des musiciens avant d’être rendue publique, la nouvelle propriétaire doit encore s’asseoir avec eux et discuter de la suite des choses, nous dit-on. « On veut laisser la nouvelle atterrir », a indiqué Simon Boiteau, de Tact.

On ignore donc si Les sœurs Boulay, qui avaient rompu leurs liens de gérance avec Dare To Care dans la foulée de l’affaire Bernard Adamus, comptent réintégrer la maison de disques. Ou encore de quelle façon seront gérées les affaires de Cœur de pirate en ce qui a trait à sa propre carrière musicale, elle qui avait aussi mis fin à son contrat lorsque le scandale a éclaté.

La direction que prendra l’entreprise reste à découvrir, mais il y a fort à parier que l’équipe de Dare To Care pousse un soupir de soulagement à la suite de cette acquisition, compte tenu de la précarité de sa situation il y a tout juste six mois.

« C’est une nouvelle page très excitante qui s’écrit aujourd’hui pour Dare To Care Records avec l’annonce du rachat de l’étiquette de disques montréalaise par Béatrice Martin », a indiqué la maison de disques dans son communiqué.

« Portée par un nouveau souffle, l’équipe de Dare To Care Records poursuivra son travail auprès des artistes qui sont au cœur des activités de la maison depuis les deux dernières décennies, tout en travaillant à définir les orientations qui permettront d’assurer le développement et l’exploration de nouveaux univers créatifs. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.