Condos Solstice Montréal

Un univers de raffinement au cœur de la métropole

Avec son architecture unique qui défie la gravité et son emplacement entre fleuve et montagne, Solstice Montréal deviendra une icône du paysage urbain montréalais. Dans ces espaces de vie éblouissants, le raffinement et l’art se côtoient. Ce projet immobilier ambitieux d’esprit hôtel-boutique est déjà en construction pour une occupation en 2022.

Il faudra faire vite pour mettre la main sur les dernières unités. Grâce à une mise en marché soignée, 90 % des appartements terrasses (penthouses) ont trouvé preneur, et 85 % des condos se sont vendus en moins de 18 mois.

Patrick Moreau, directeur des ventes pour le projet, se réjouit des occasions d’investissement du Solstice Montréal et de la mixité de la clientèle : « On y trouve autant des professionnels du centre-ville que des gens en télétravail, faisant désormais la route campagne-centre-ville; une tendance en croissance depuis la pandémie », dit-il.

Au cœur du centre-ville

Au coin de la rue de la Montagne et de l’avenue des Canadiens-de-Montréal, Solstice Montréal a le centre-ville à ses pieds. À moins de 300 mètres, on peut rejoindre la station de métro Lucien-L’Allier, la gare Centrale et le futur Réseau express métropolitain (REM), qui offrira bientôt un accès direct à l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau.

Quartier des affaires, restaurants, universités, commerces, salles de spectacle, rues animées pendant la saison des festivals : le Solstice occupe un emplacement convoité près de tout ce qui fait battre le cœur des Montréalais.

Architecture distinctive

Si la plupart des projets immobiliers de luxe s’avèrent interchangeables d’une ville à l’autre, le Consortium QMD-Ménard s’est permis d’avoir de grandes ambitions pour le Solstice : en faire une marque, une signature reconnaissable dans le ciel montréalais.

Inspirés de l’élégance des gratte-ciel de Manhattan, les développeurs se sont joints aux talents d’une équipe entièrement montréalaise ayant à cœur de créer un environnement en adéquation avec la métropole. Ils ont sélectionné la pierre, le cuivre et le chêne, à l’image des gares et des églises qui ont façonné le patrimoine bâti de la ville. En fin de compte, Solstice Montréal incarne l’adresse de prestige pour les amoureux de Montréal.

Grand art

Dans le lobby se trouve Efflorescence, signée Pascale Girardin, une céramiste québécoise dont les œuvres magnifient des lieux prestigieux comme le Saks Fifth Avenue (New York), le Caesars Forum (Las Vegas) et le chic magasin Printemps (Paris). Délicat et raffiné, l’assemblage flottant et virevoltant de gouttes, de feuilles et de fleurs d’une blancheur apaisante rappelle la beauté et la vulnérabilité de la végétation sauvage qui ceinture notre métropole.

Le monde d’après

Selon un sondage effectué pour l’agence d’architecture Gensler auprès de résidents de grandes métropoles, les gens ont soif de contacts sociaux. Historiquement, dans les mois qui suivent les pandémies, une effervescence se fait sentir : tout le monde sort, s’amuse et se divertit. Le centre-ville retrouvera alors sa pleine mesure.

Solstice Montréal se situe au cœur de ce que sera la renaissance culturelle montréalaise, selon Benjamin Sternthal :

« Un projet intemporel pour un mode de vie urbain exceptionnel. La livraison des unités étant prévue pour l’an prochain, ce sera le moment idéal pour profiter à plein de cette période qui promet d’être enivrante. »

Des unités lumineuses

Le projet a été conçu pour ne présenter aucune perte d’espace et faciliter la circulation, tandis que les normes élevées d’isolation assurent l’intimité des occupants. De plus, la forme ingénieuse de la tour à six coins offre des vues spectaculaires de tous les côtés.

La fenestration du plancher au plafond procure aux intérieurs une lumière naturelle à profusion, complice du bien-être quotidien. Le soir, l’ambiance feutrée et les lumières de Montréal se transforment en un spectacle devant lequel personne ne reste indifférent.

Aires communes exceptionnelles

Au troisième étage, on trouvera un centre d’affaires, le salon des propriétaires ainsi que le cellier et sa salle de dégustation. Le quatrième étage rassemblera la piscine, le sauna, le spa thermal et les studios de yoga et d’exercice.

Michel Guilbault, vice-président du Consortium QMD-Ménard, est particulièrement fier de la promenade est-ouest qui relie la rue Lucien-L’Allier à l’avenue des Canadiens-de-Montréal : « Elle rappelle la High Line de New York et deviendra un legs important pour tous les Montréalais. On y trouve une œuvre d’art sphérique de Vanessa Harden et David Gardener, illuminée comme le solstice, pour le plaisir de tous. »

« L’art a une influence directe sur la qualité de vie des occupants. Les propriétaires sont bercés par l’œuvre Efflorescence, qui sera aussi visible de la rue. »

- Benjamin Sternthal, directeur du développement du projet

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.