Villa lavalloise d’un sénateur haïtien

Pas de signe de corruption, selon les autorités

Le sénateur haïtien Rony Célestin, qui faisait l’objet d’une enquête à la suite de l’achat d’une somptueuse villa de 4,25 millions à Laval, vient d’être lavé par les autorités de son pays de tout soupçon de corruption en lien avec ses investissements au Canada, a appris La Presse. Il songe maintenant à présenter sa candidature pour succéder au président Jovenel Moïse, assassiné la semaine dernière.

Rony Célestin et sa conjointe, diplomate au consulat d’Haïti à Montréal, avaient acheté la propriété au bord de l’eau peu avant Noël dernier, sans hypothèque et sans avoir vendu une autre maison qu’ils possédaient déjà à Laval. Cette manifestation de richesse alors qu’Haïti s’enfonçait dans la crise avait valu un flot de critiques au couple, au point que la conjointe de M. Célestin avait été placée sous la protection d’une agence de sécurité privée au Québec.

Lorsque La Presse avait publié un reportage à ce sujet en février, l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) d’Haïti s’était immédiatement saisie du dossier et avait déclenché une enquête sur les sources de la fortune du sénateur et de la diplomate. Le but était de vérifier s’ils avaient indûment profité de leurs fonctions pour s’enrichir.

« Dès qu’il y a une augmentation douteuse du patrimoine, les personnes intéressées sont invitées à venir s’expliquer », avait déclaré le directeur général de l’ULCC, MHans Ludwig Joseph.

Contrat de plusieurs millions

Or, l’enquête a été complétée récemment et l’ULCC a jugé qu’il n’y avait aucun signe d’enrichissement illicite dans les finances du couple. Le sénateur a notamment fourni la documentation attestant un contrat de plusieurs millions de dollars entre l’une de ses entreprises privées et le gouvernement haïtien, relativement au commerce d’essence. De quoi se payer une villa et bien d’autres choses encore.

« Les informations financières obtenues peuvent justifier une acquisition de cette envergure », a confirmé l’ULCC à La Presse, jeudi, après analyse des sources de revenu légales du couple. L’organisme précise toutefois que les époux devront tenir à jour leur déclaration de patrimoine, tel qu’exigé par la loi haïtienne, à l’avenir.

MAlexandre Bergevin, avocat montréalais qui jouit de nombreux contacts en Haïti et qui représente Rony Célestin, affirme que son client n’avait jamais senti le besoin de s’étendre publiquement sur ses activités commerciales jusqu’à maintenant.

« Vu le contexte politique actuel, la mort du président [Moïse] et les fausses informations qui circulent, c’est mon devoir de défendre la réputation de mon client. »

– MAlexandre Bergevin, avocat montréalais qui représente Rony Célestin

MBergevin affirme que le contrat relatif au marché de l’essence est un contrat public obtenu en bonne et due forme, sans lien avec le poste de sénateur de son client. Il affirme que ce dernier était entrepreneur bien avant de se lancer en politique et que sa conjointe a aussi fait beaucoup d’argent dans l’import-export avec la Chine. Par ailleurs, l’autre résidence du couple à Laval a été vendue récemment.

Un des rares élus restants

La nouvelle tombe alors que M. Célestin pourrait être appelé à jouer un rôle critique. Le politicien fait partie des 10 derniers élus conservant leur place au sein du Parlement haïtien. Il a signé avec la majorité de ses collègues une motion proposant que le président du Sénat, Joseph Lambert, remplace le président assassiné Jovenel Moïse, dans l’immédiat.

Mais M. Célestin jauge aussi ses appuis personnels et songe à se lancer lui-même dans la course à la présidence lorsque des élections seront organisées.

Rony Célestin appartient au parti PHTK, le parti de feu Jovenel Moïse. Il a été élu pour un mandat de sept ans en 2017, mais par la suite, un blocage politique a empêché la tenue d’élections, et la quasi-totalité des autres parlementaires ont terminé leur mandat sans pouvoir être réélus ou remplacés.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.