Dans la tête d’Anna.com

Dans la tête de la jeune Catherine

La youtubeuse Catherine Francoeur, 26 ans, a vendu 30 000 exemplaires de sa trilogie pour adolescents Elsie, publiée à La Bagnole. Pendant la première vague de COVID-19, son amoureux Jay Machalani, membre des Forces armées canadiennes, a servi en CHSLD. Catherine en a profité pour écrire le premier tome d’une nouvelle série pour préados, Dans la tête d’Anna.com. Rencontre en quatre points.

Elsie à la télé

D’abord, une bonne nouvelle : la série Elsie, de Catherine Francoeur, vient d’obtenir du financement pour être adaptée en série télévisée. Elsie suit une ado qui achète un jeu de Ouija pour tenter de prendre contact avec une vieille amie décédée, dont elle était très proche. « Il faut aimer le paranormal et les esprits », précise l’autrice.

« Quand j’ai appris qu’il y avait de l’intérêt pour une série télé, j’étais vraiment excitée, commente Catherine. C’est un rêve. J’ai grandi en lisant des livres et en regardant les adaptations par la suite, avec Harry Potter et Hunger Games, les classiques. » La trilogie fantastique pour ados Les Maudits, publiée par Edith Kabuya aux éditions de Mortagne, a aussi reçu du financement de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), en collaboration avec le Fonds des médias du Canada (FMC), pour une adaptation télé.

Banale adolescence

Avec Dans la tête d’Anna.com, le ton est plus réaliste. C’est l’histoire d’Annabelle, une élève de 3e secondaire dont l’existence est trop banale à son goût. L’inspiration vient, bien sûr, de la véritable adolescence de Catherine – et de tant d’autres… « Je trouvais tellement ma vie plate quand j’avais 14 ans, acquiesce la jeune femme, qui a grandi à Terrebonne. Je rêvais d’avoir des choses intéressantes à raconter, mais non. J’allais à l’école, je retournais à la maison et je voyais mes amis. C’est tout. »

À 17 ans, Catherine a lancé sa chaîne YouTube, qui compte aujourd’hui plus de 850 000 abonnés. Annabelle, quant à elle, écrit un blogue. « On peut voir dans le livre ses échanges de messages texte, ses recherches Google, illustre l’autrice. Le roman est ancré dans l’ère technologique. »

Embellir la réalité

Le hic, c’est qu’Annabelle enjolive la réalité, pour attirer les lecteurs. « Elle prend des éléments qui lui sont arrivés et elle les romance, explique Catherine. Par exemple, elle rencontre un garçon, Hugo, à l’école. Dans le blogue, elle écrit : “Le plus beau garçon de l’école est tombé à mes pieds.’’ Elle voudrait que sa vie soit un film. »

Évidemment, ça va mal finir. « Je ne veux pas que ce soit moralisateur, fait valoir Catherine. J’ai prévu minimum neuf tomes. Annabelle va vieillir, et au fil du temps elle va avoir des bâtons dans les roues. Quand tu racontes n’importe quoi sur l’internet, tu ne peux pas t’attendre à ce que personne ne le découvre. »

Une échappatoire

Catherine sait que la pandémie est difficile à vivre pour les ados. « Moi, je m’entends super bien avec mes parents, dit-elle. Mais je me remets dans ma peau d’adolescente de 14-15 ans, et être tout le temps avec mes parents, sans pouvoir voir mes amis… C’est sûr que ce n’est pas toujours évident. »

Son personnage d’Annabelle vit dans un monde sans coronavirus, où les ados font des partys d’Halloween et écument les boutiques en gang. « Avec mes vidéos YouTube et mon livre, j’essaie d’offrir une petite échappatoire, souligne Catherine. Il faut se changer les idées et penser à autre chose. »

À noter : le blogue fictif d’Annabelle existe pour vrai, à danslatetedanna.com.

Dans la tête d’Anna.com, tome 1

Catherine Francoeur

Éditions de la Bagnole

Dès 9 ans

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.