Injections et bistouris

LES NOMBREUX VISAGES DE LA CHIRURGIE ESTHÉTIQUE

Injections, traitements non invasifs, chirurgie du corps et du visage : plus accessible et plus populaire que jamais, la médecine esthétique est à la portée des personnes en quête de bien-être. Sur les ondes de Canal Vie, la nouvelle série documentaire Injections et bistouris lève le voile sur l’univers de la chirurgie esthétique de façon décomplexée, sans tabous ni jugement.

Chirurgie esthétique :

lever les tabous

Le nouveau docu-série de Canal Vie, présenté dès le 17 janvier, suit six médecins spécialisés en chirurgie esthétique qui ouvrent aux téléspectateurs les portes de leur cabinet et de leur salle d’opération. À travers le cheminement de leurs patients, on comprend que les raisons pour passer sous le bistouri ou recevoir des injections sont aussi variées que personnelles.

Pour la Dre Geneviève Blackburn, l’une des médecins au cœur de la série Injections et bistouris, les motivations psychologiques sont tout aussi importantes que les améliorations physiques recherchées par les patients.

« On aurait tort de croire que les personnes qui ont recours à la chirurgie esthétique le font parce qu’elles ne s’acceptent pas ou qu’elles refusent de vieillir. Il faut voir le grand impact que peuvent avoir des interventions parfois minimes sur leur estime, sur leurs relations interpersonnelles. Après, elles se sentent heureuses, soulagées. »

– Dre Geneviève Blackburn

Au fil des épisodes de la série documentaire, ce sont 48 personnes qui dévoilent les motivations, les désirs, les craintes et les questionnements qui les habitent jusqu’au moment de l’intervention. Voici quatre de ces protagonistes qui ont accepté de dire ce qui les a poussés vers la chirurgie esthétique.

Marie-Pier

Gagner en confiance

Plus souriante, moins timide, plus confiante, plus active : depuis son augmentation mammaire, Marie-Pier St-Louis se sent résolument mieux dans sa peau. Même son entourage le remarque : la maman et préposée aux enfants en situation de handicap rayonne. Celle qui a toujours refusé de porter un bikini et des vêtements ajustés renoue maintenant avec sa féminité. « Je trouve enfin que j’ai un corps de femme et j’en suis extrêmement fière, dit-elle. Je me trouve belle. »

Dominique

Vieillir en beauté

À 63 ans, l’auteure et ex-mannequin Dominique Bertrand aime se rappeler que vieillir est un privilège. C’est avec gratitude et sérénité qu’elle accueille les signes de vieillissement qui apparaissent sur son visage. Ce qui ne l’empêche pas de se permettre des interventions de rajeunissement, « pour autant que ce soit fait avec doigté et parcimonie », précise-t-elle.

« Pas question que l’on ajoute à mon visage des traits qui n’y ont jamais existé. Les interventions esthétiques pratiquées sur mon visage visent à le rafraîchir, et non à le dénaturer. »

– Dominique Bertrand, auteure et ex-mannequin

Carl

Se sentir soi-même

La salle d’opération n’est pas étrangère à Carl Gravel. Dans les dernières années, le jeune homme a multiplié les interventions chirurgicales. Excès de vanité ? Non. Pour l’homme trans, le bistouri a plutôt été un moyen d’exister en harmonie avec son genre ressenti. « Vivre en étant qui je suis au fond de mon cœur depuis que je suis née. » Carl a entre autres choisi de redéfinir sa mâchoire. « J’aurais pu continuer avec mes traits faciaux un peu plus féminins et me trouver très masculin tout de même », dit-il. Ces changements physionomiques ont aidé Carl à cheminer psychologiquement dans sa démarche d’affirmation de genre.

« Maintenant que mon corps et mon visage ressemblent plus à ce que j’ai toujours voulu avoir, je ne fais que vivre une vie normale, finalement. Comme n’importe qui. »

– Carl Gravel

Frédérique

Sublimer sa beauté naturelle

Pour Frédérique Le Grand, le mot d’ordre est « équilibre ». Pour elle-même ou pour sa clientèle, la propriétaire d’une clinique de soins de beauté non invasifs prône une démarche globale où se conjuguent beauté au naturel, bien-être intérieur et acceptation de soi. « [Je conseille toujours de] faire d’abord le maximum avec des approches naturelles en prenant le temps de réfléchir à ses propres motivations. Il arrive aussi que les interventions chirurgicales soient réellement bénéfiques pour l’estime. » C’est ce que Frédérique décrit comme la « zone grise » dans laquelle, comme patiente et comme experte de l’esthétique, elle navigue. Celle qui a aussi connu l’univers du mannequinat reconnaît pleinement l’importance d’être bien accompagnée lorsqu’on a recours à la chirurgie et de travailler d’abord sur sa beauté… intérieure !

SOYEZ À L’ÉCOUTE

Les lundis à 19 h 30

Dès le 17 janvier à Canal Vie

Le premier épisode sera accessible à tous dès le 18 janvier sur noovo.ca

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.