France

« Les délinquants en prison, les étrangers dans l'avion »

Le ton est donné : la figure de proue de l'extrême droite Marine Le Pen met le cap sur la présidentielle. À gauche, Anne Hidalgo se lance dans la course.

Paris — La campagne présidentielle française a connu une accélération dimanche avec la candidature de la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, et le choix de la leader d’extrême droite Marine Le Pen de céder la direction de son parti pour se consacrer à l’élection.

Marine Le Pen, déjà finaliste de la présidentielle de 2017, est très bien placée dans les sondages pour se qualifier au second tour en 2022. Mme Hidalgo, dont c’est la première candidature, est loin derrière dans les intentions de vote.

Si Mme Le Pen risque de faire face à l’éventuelle candidature du sulfureux éditorialiste Eric Zemmour, Mme Hidalgo se lance dans un paysage politique encombré par de nombreuses candidatures, de l’extrême gauche aux socialistes en passant par les écologistes.

Mme Le Pen, 53 ans, a transmis à son numéro deux Jordan Bardella la direction du Rassemblement national (RN) et détaillé son programme dans un discours à Fréjus, tandis que Mme Hidalgo, 62 ans, a confirmé qu’elle était candidate lors d’une allocution à Rouen.

À sept mois du premier tour, la première a déployé son slogan de campagne, les « libertés », pour aborder certains de ses thèmes de prédilection.

Elle a ainsi promis un référendum sur l’immigration dès son élection et la plus grande fermeté dans la lutte contre la criminalité, promettant de mettre « les délinquants français en prison, les étrangers dans l’avion », ou encore de restaurer l’autorité publique dans les « narcocités ou les zones talibanisées ».

Référendum et proportionnelle

Mme Le Pen a par ailleurs promis l’instauration du référendum d’initiative citoyenne, ou de la proportionnelle pour les élections.

Sur le volet international, elle dit que la France quitterait le commandement intégré de l’OTAN, promoteur, selon elle, de « la logique belliqueuse et anachronique des anciens blocs de la guerre froide », et a critiqué au passage le président islamiste turc Recep Tayyip Erdogan.

« La France décidera librement des guerres ou des interventions militaires qu’elle accepte de mener en vertu de son intérêt national. [...] Plus aucun Français n’ira mourir dans des guerres qui ne sont pas les nôtres. »

– Marine Le Pen

Concernant l’Europe, elle a promis de « redonner le pouvoir aux nations ».

« Nous reconnaîtrons le droit à chaque État de faire valoir son intérêt national », a-t-elle affirmé, voulant « mettre fin à la dictature technocratique folle » dont elle accuse les institutions européennes.

Hidalgo veut offrir un avenir aux enfants

Mme Hidalgo a, elle, mis fin au faux suspens sur sa candidature et déclaré être « candidate pour offrir un avenir à nos enfants, à tous nos enfants ».

Vantant son « expérience » de maire de la principale ville française et sa politique de lutte contre la pollution automobile, Mme Hidalgo a insisté sur la dimension écologique de sa campagne.

« Nous devons réussir la transition écologique », a-t-elle lancé, promettant un « plan sur cinq ans pour décarboner notre économie », mais aussi des négociations pour augmenter les salaires, plus de décentralisation ou le droit à mourir, entre autres.

Mme Hidalgo, qui a dit qu’elle allait « élaborer dans la discussion » son projet, n’a pas donné de détails sur son programme international, disant vouloir « une France plus forte, plus sûre dont la voix singulière doit à nouveau porter en Europe et dans le monde ».

Les deux femmes ont aussi attaqué Emmanuel Macron, accusé d’arrogance. Ce dernier, probable candidat pour un second mandat, a reçu dimanche le soutien de son ancien premier ministre Édouard Philippe, figure populaire de la droite.

Mme Hidalgo a dit vouloir « mettre fin au mépris » tandis que pour Mme Le Pen, il « n’y a rien de plus odieux qu’un gouvernement méprisant », en référence aux manifestations qui ont émaillé la présidence Macron, depuis les gilets jaunes à celles contre le passeport sanitaire.

Les deux candidates déclarées ont aussi parlé de la condition des femmes. Mme Hidalgo a promis qu’elles obtiendront « enfin l’égalité pleine et entière, des salaires comme des carrières ».

Mme Le Pen a, elle, promis notamment de punir plus sévèrement le harcèlement de rue ou de lutter pour permettre aux femmes de s’émanciper : « Nous rétablirons la liberté des femmes et des jeunes filles de circuler sans être importunées ou menacées […] à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, dans n’importe quel quartier ».

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.