L’infidélité financière

Mon amour, j'ai dépensé notre argent

Êtes-vous de ceux qui se permettent de cacher, de temps en temps, une petite dépense (ou une grande) à leur partenaire ? Ces infidélités financières, une fois éventées, peuvent être sans gravité, mais parfois aussi, mener à la séparation. État des lieux.

« Chéri, je nous offre des vacances ! J’ai réservé tôt et obtenu 50 % de rabais sur le prix des chambres d’hôtel ! »

Si en fait vous avez payé le plein tarif, mais préférez le cacher à votre partenaire amoureux parce qu’il ne serait pas d’accord, vous venez de commettre une petite cachotterie qui s’apparente à une infidélité financière. Certains de ces mensonges sont sans conséquences graves, d’autres trahisons autour des finances peuvent néanmoins être destructrices pour un couple.

Pourquoi les questions financières sont-elles si sensibles pour certains couples ?

Ça n’est pas l’argent, mais ce qu’il représente qui est en cause, nuance le psychologue François St Père, auteur du livre L’infidélité – Un traumatisme surmontable.

« La représentation symbolique de l’argent touche des valeurs comme la transparence, la confiance, le sentiment de protection, de bienveillance. C’est plus ça, en général, qui génère des émotions fortes. Lorsque ces valeurs-là, par le biais de l’argent et des comportements liés à l’argent, sont remises en cause. »

Les écarts de conduite en matière de cachette financière ne sont pas tous égaux. Le fait de faire passer une nouvelle dépense pour une vieille ou celui de prétendre avoir acheté quelque chose en solde alors que ç’a été acheté au prix courant ont été jugés des transgressions moins graves dans une étude menée par l’Université Missouri Southern, en 2021. Une vérité trafiquée passerait donc un peu mieux dans le couple que quelque chose qui est complètement caché.

Après avoir analysé les aveux de 203 participants, les chercheurs concluent que les fautes les plus graves sont :

• Cacher une faillite

• Perdre de l’argent au jeu sans le dire

• Mentir pour couvrir des dettes

• Avoir un compte secret

• Puiser dans le compte d’épargne sans le dire

• Dépenser pour du matériel pornographique en secret

• Cacher des comptes de carte de crédit

• Obtenir une augmentation de salaire ou un boni et le cacher

Une de ces actions serait assez sérieuse pour provoquer une séparation, concluent les chercheurs : la faillite secrète.

Au départ, le groupe de chercheurs voulait mesurer l’impact de certaines infidélités financières, du point de vue de celui ou celle qui les subissait. Ils admettent d’ailleurs dans leur travail que la littérature crédible sur le sujet est rare. Ce manque de données s’explique par le fait que les infidélités sont (bien sûr) souvent cachées et que peu de gens ont envie d’en parler publiquement lorsqu’elles ne le sont plus.

Des sondages s’intéressent à ce sujet, mais les réponses varient grandement selon que la question est très précise ou non.

Si on demande aux gens s’ils ont déjà caché une dépense à leur partenaire, le taux de réponses positives sera beaucoup plus élevé que si on s’intéresse particulièrement, par exemple, à des investissements secrets, plus rares.

Soyons rassurés : les petits mensonges ne mènent pas nécessairement aux grands, estime le psychologue François St Père.

« Personne n’est complètement honnête, tout le temps. On voudrait bien, mais peu importe les valeurs qu’on a, personne ne les respecte en tout temps. C’est impossible. »

— François St Père, psychologue

Parfois, on ment pour respecter une convention sociale, d’autres fois pour ne pas générer des émotions négatives chez les autres.

Le choc

Pour leur étude L’infidélité financière dans la relation de couple, les chercheurs américains ont recruté des participants qui étaient tous dans une relation à long terme et habitaient avec leur partenaire.

Une conclusion intéressante : les conjoints en couple depuis plus longtemps sont davantage susceptibles d’avoir des réactions très négatives face à ces infidélités budgétaires que si la relation est plus récente.

Cette conclusion n’est pas surprenante, estime François St Père.

« Plus tu t’investis, plus tu t’attends non seulement à ce que la relation soit satisfaisante, mais aussi à ce que ton partenaire soit loyal et fidèle, dit-il. Quand tu t’investis, la propension à avoir mal est beaucoup plus importante s’il y a une séparation que si ça fait quatre, cinq ou six mois que tu es en couple. »

Ce qui explique que les conjoints qui sont heureux dans leur relation amoureuse vont être plus nombreux à envisager de quitter leur partenaire s’ils découvrent une infidélité financière, selon la même étude.

« C’est comme le reste de la relation, dit François St Père. C’est plus normal qu’il y ait des comportements qui sont plus ou moins optimaux, dont l’infidélité financière, quand ça ne va pas si bien que ça. »

Quand le couple va bien, le choc est donc plus grand lorsqu’un conjoint découvre un aspect de la relation qu’il ne soupçonnait pas. « Un peu comme les gens qui découvrent que leur partenaire a été infidèle lorsqu’eux étaient très satisfaits dans la relation. C’est beaucoup plus troublant que si la relation s’essouffle depuis des années », analyse le psychologue, dont le plus récent livre, Amoureux et heureux malgré nos différences, s’intéresse justement à la conciliation au sein du couple.

Est-ce que celui ou celle qui ment à propos de ses finances mesure pleinement l’impact que cela peut avoir pour son ou sa partenaire qui le découvre ?

« Non », tranche François St Père, convaincu.

« Si les gens prenaient le temps et le soin de s’arrêter pour évaluer les conséquences potentielles sur leur partenaire de tels mensonges, probablement qu’il y aurait beaucoup moins d’actes d’infidélité financière. »

« Quand ils se font prendre et sont témoins de la peine, du désarroi, du découragement, de la colère, de la déception de leur partenaire, là seulement ils réalisent la gravité de leur geste. »

— François St Père, psychologue

D’autant, explique le psychologue, que l’infidélité financière peut aussi inclure de petits gestes jugés sans conséquence, comme celui de mentir sur le prix d’un achat.

Toutefois, il faut être prudent : découvrir un petit mensonge peut semer le doute sur l’ensemble de la relation et sur l’intégrité de la personne avec qui on partage sa vie.

« C’est là où ça heurte les valeurs fondamentales que sont la transparence, l’impression de protection, la loyauté, dit François St Père. Ça dépend aussi du montant. Quelqu’un qui fait 800 000 $ par année et qui a prêté 500 $ à son ami, c’est peut-être un grain de sable sur la plage. »

Et si, précisément, un conjoint décide de cacher délibérément un si petit montant, n’est-ce pas encore plus suspect ?

« L’argumentaire des gens est : ce n’était pas significatif, alors je n’ai pas pensé t’en parler… »

Finalement, les gens mariés sont plus susceptibles d’avoir menti à leur conjoint à propos de leurs finances que ceux qui sont en relation de fait, conclut l’étude L’infidélité financière dans la relation de couple. Les chercheurs américains estiment que c’est peut-être simplement parce qu’ils ont davantage de comptes conjoints et gèrent plus souvent les dépenses du ménage en commun que les conjoints de fait, qui ont chacun ses comptes et ses dépenses plus confidentielles.

Il y a essentiellement trois façons de gérer ses finances en couple, précise François St Père : la mise en commun de toutes les ressources, le partage au prorata des revenus et le partage en parts égales. Dans tous les cas, mieux vaut définir le modèle de partage au début de la relation.

Qu’est-ce que l’infidélité financière ?

L’infidélité financière est le fait de cacher volontairement une action liée à l’argent en sachant que son partenaire la désapprouverait, définit-on dans l’étude L’amour, les mensonges et l’argent : l’infidélité financière dans la relation romantique, publiée en 2019 dans le Journal of Consumer Research. Il faut les deux composants : le geste et la cachette. Si vous avez un compte secret qui amasse les fonds nécessaires à un voyage surprise avec votre conjoint et vos enfants, il n’y a aucune mauvaise intention. On ne pourra pas considérer cette cachette comme un acte d’infidélité.

Des pistes de solution

La communication est la clé

« Les gens sous-estiment les bénéfices qu’il y a à discuter d’argent avec leur partenaire. Ils croient que ce seront des discussions difficiles et préfèrent les éviter », explique Hristina Nikolova, professeure de marketing à la Carroll School of Management de Boston College, cosignataire de l’étude L’amour, les mensonges et l’argent : l’infidélité financière dans la relation romantique.

Hristina Nikolova et ses collègues se sont intéressés à ce sujet parce que des sondages confirment que c’est un phénomène répandu, mais que peu de chercheurs ont creusé la question.

Selon elle, si vous êtes pris dans une relation où il y a de la tricherie autour du budget, il faut en parler.

« C’est une occasion pour ceux qui font de la thérapie de couple, dit-elle. Il faut amener ce sujet, l’infidélité financière, puisque ça a un effet sur le bien-être du couple en général. »

Un truc : parler des finances d’un point de vue commun. « Parlons des buts communs plutôt que des comportements individuels », dit Hristina Nikolova.

Drapeaux rouges

Publiée en 2019, l’enquête L’amour, les mensonges et l’argent : l’infidélité financière dans la relation romantique voulait arriver à mieux cerner les raisons et prédispositions qui mènent à la tricherie budgétaire entre conjoints.

Afin de déterminer la « gravité » des gestes, les chercheurs ont créé une échelle de l’infidélité financière qui veut mesurer les probabilités que l’on commette ce type de mensonges, lorsqu’on est en couple.

On admet par exemple que la mauvaise qualité d’une relation va inciter des gens à mentir davantage. De même, les gens qui manquent de confiance en eux seraient plus susceptibles de cacher des choses à leur partenaire. Finalement, les chances que l’on cache un achat (ou un comportement) sont plus élevées lorsque l’on sait que son partenaire le désapprouvera.

Apprendre de ses erreurs

Les gens estiment qu’ils sont plus transparents dans leur relation actuelle que dans la précédente.

« Nous voulions montrer, avec cette étude, que l’infidélité financière n’est pas statique », dit Hristina Nikolova, qui se spécialise dans les prises de décision au sein du couple.

Une personne peut avoir un comportement dans une relation et agir complètement différemment dans une autre. « Le comportement est très influencé par la relation », dit la chercheuse, qui croit que cela montre que nous apprenons de nos relations passées et tentons de faire mieux, avec le temps.

32 %

Une personne en couple sur trois a menti à son partenaire à propos de questions financières, en général. La proportion est beaucoup plus élevée chez les plus jeunes, puisque 61 % des membres de la génération Z et 48 % des millénariaux américains ont déjà eu des secrets financiers en couple.

Source : CreditCards.com, sondage, 2022

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.