Cameron Hillis : « Je veux redonner autant que possible »

Lorsqu’il est question d’adversité, Cameron Hillis sait certainement se mettre dans la peau de ceux qui y font face.

Après une excitante saison 2017-2018 dans la LHO au terme de laquelle il s’est classé au troisième rang du Storm de Guelph avec ses 59 points, Hillis a été restreint à seulement 33 matchs à sa deuxième campagne, en raison de blessures.

Les temps se sont faits durs pour le choix de troisième tour (66e au total) des Canadiens en 2018, mais l’épreuve a permis à Hillis de réfléchir à la chance qu’il avait de jouer au hockey à un niveau aussi haut, tout en gardant un œil sur la LNH.

« Ça m’a amené à apprécier un peu plus le jeu, raconte Hillis. Ça m’a ouvert les yeux et je me suis demandé : « Que puis-je faire pour redonner au hockey et aider les autres à pratiquer ce sport que j’aime tant ? »

Pour l’attaquant de 20 ans, la réponse se trouvait dans la création de sa propre fondation, la Hillis Found8tion, qui a joint ses efforts à ceux de la Fondation Bon départ de Canadian Tire afin « d’offrir au plus d’enfants possible une chance d’essayer des sports, de tomber en amour avec une activité, de se faire des amitiés durables et d’apprendre tout ce que le sport a à offrir. »

Travaillant de près avec le coordonnateur des relations communautaires du Storm, Steph Coratti, la Hillis Found8tion a été lancée tard en mars, après l’arrêt du hockey à travers les arénas du monde entier en raison de la COVID-19.

Cela n’aura cependant pas été suffisant pour freiner Hillis dans les premiers battements d’ailes de son initiative, convaincu que la pandémie rendait le besoin d’aider d’autant plus crucial.

« Beaucoup de gens éprouvent des difficultés en ce moment, que ce soit au niveau de la santé mentale ou de la perte d’un emploi… Je crois que tout le monde éprouve des difficultés, en ce moment », souligne le centre de 5 pi 10 po et 171 lb, dont la fondation se trouve à mi-chemin entre ses débuts et son montant cible de 8000 $. « Ça donnera un deuxième souffle à certaines personnes et plusieurs de nos initiatives permettront aux gens de sortir faire de l’exercice. On vient aussi de dévoiler nos produits dérivés, il y a quelques semaines. Ça fait une chose à laquelle les gens peuvent avoir hâte. »

Il ne s’agit pas de la première incursion d’Hillis dans l’univers des œuvres de charité, loin de là. Le joueur natif d’Oshawa, en Ontario, a retroussé ses manches pour un paquet d’initiatives – d’organismes pour la santé mentale aux visites d’écoles, en passant par les collectes de fonds pour contrer les incendies de forêt en Australie – ce qui lui a valu le Prix humanitaire Mike Kelly du Storm pour la saison 2019-2020.

Hillis donne le mérite à ses mentors du Storm pour son penchant vers la philanthropie.

« Le hockey est très important pour moi, c’est pourquoi je veux redonner autant que possible. À ma première année à Guelph, Garrett McFadden a amorcé le Mouvement McFadden. Il m’a beaucoup aidé, à ma première année », se rappelle Hillis, qui a été nommé capitaine du Storm pour la campagne 2019-2020. « Je suis juste ses traces et j’essaie d’avoir un impact à l’extérieur de la patinoire, à travers quelque chose qui me tient à cœur. »

Que le spectacle commence

Le revirement de situation l’a empêché de conclure sa carrière junior de la façon dont il l’aurait probablement souhaité, à cause de la pandémie, mais Hillis a terminé la saison passée au septième rang de la LHO avec 59 mentions d’aide, alors que ses 83 points le classaient en 12e position dans la ligue à ce chapitre.

Les prouesses de Hillis sur la feuille de pointage lui ont obtenu un contrat d’entrée avec les Canadiens, en mai dernier, et il a mis à profit son temps loin de l’aréna pour préparer ses débuts chez les pros.

« Ç’a été une très longue saison morte, mais je crois que c’est ce dont j’avais besoin. Je sais que ç’a été difficile, de ne pas commencer la saison au moment où on l’avait planifié, mais je me suis servi de ce temps pour vraiment améliorer ma force et mon physique », dit Hillis, qui a terminé parmi les trois meilleurs joueurs de l’Association de l’Ouest dans trois catégories différentes du sondage des entraîneurs de la LHO, en 2019-2020. « J’espère pouvoir recommencer bientôt, mais je crois que la longue saison morte a été une bénédiction camouflée, pour moi. »

En considérant les récents ajouts à l’attaque des Canadiens, Hillis ne percera peut-être pas la formation immédiatement, mais il cherchera néanmoins à reproduire ce qu’a fait son ancien coéquipier du Guelph, alors qu’il s’approche de son but. Après tout, Nick Suzuki et lui faisaient tous deux partie du Storm lorsqu’il a remporté la coupe Memorial et le championnat de la LHO en 2018-2019, et Hillis était ravi de voir son ami briller lors de l’après-saison 2020 de la LNH.

« Je lui ai parlé l’autre jour. C’était plutôt impressionnant de voir ce qu’il a fait pendant les séries de l’année dernière. Il était dans le Junior il y a deux ans. L’an passé, il a fait le grand saut et ça semblait presque facile, dit Hillis, élogieux. C’est impressionnant à voir, et c’est inspirant, aussi. »

Un texte de Dan Braverman, traduit par Florence Labelle

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.