Accès à l’internet

1/3

Un tiers de la population mondiale n’a pas accès à l’internet et les nouvelles connexions ont ralenti, selon l’ONU. Même si 5,3 milliards de personnes dans le monde l’utilisent, la tendance laisse à penser que sans une nouvelle impulsion, les chances de connecter la population mondiale d’ici 2030 sont de plus en plus maigres. Si, cette année, 2,7 milliards de personnes n’ont toujours pas d’accès, elles étaient encore 3 milliards en 2021 et 3,6 milliards en 2019, juste avant la pandémie de COVID-19. — Agence France-Presse

Ralentissement des mises en chantier d’habitations

La cadence annuelle des mises en chantier d’habitations a ralenti en août par rapport à celle du mois de juillet, a indiqué la Société canadienne d’hypothèques et de logement. Le nombre mensuel désaisonnalisé annualisé de mises en chantier d’habitations s’est établi à 267 443 unités en août, ce qui représentait une baisse de 3 % par rapport aux 275 158 unités du mois précédent, a précisé l’agence fédérale du logement. La tendance annuelle des mises en chantier dans les centres urbains a diminué de 3 % à 246 771 unités en août, tandis que celle des logements collectifs a reculé de 4 % à 187 602 unités. Les mises en chantier de maisons individuelles dans les centres urbains se sont chiffrées à 59 169 unités, enregistrant une hausse de 1 %. La moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d’habitations s’est établie à 267 309 unités en août, en hausse par rapport à celle de 264 467 unités du mois de juillet.

— La Presse Canadienne

Un train à hydrogène parcourt 1175 km avec un seul plein

Un train à hydrogène d’Alstom a battu un record de distance en parcourant 1175 km avec un seul plein à travers l’Allemagne, un brevet d’endurance emblématique dans la recherche de solutions de rechange au diesel. Le train, en service commercial depuis fin août, a parcouru cette distance sans ravitaillement entre Bremervörde et Munich. Le train mélange de l’hydrogène embarqué à bord et de l’oxygène présent dans l’air ambiant, grâce à une pile à combustible qui produit l’électricité nécessaire à la traction de la rame. Il ne rejette que de la vapeur d’eau. Conçu spécialement pour une utilisation sur des lignes non électrifiées, il circule à une vitesse de 80 à 120 km/h, et peut atteindre les 140 km/h. Alstom avait annoncé lors de sa présentation une autonomie allant jusqu’à 1000 km, comme un train diesel équivalent.

— Agence France-Presse

Canada

Les ventes des grossistes ont reculé en juillet

Les ventes des grossistes canadiens ont diminué de 0,6 % en juillet pour s’établir à 80,2 milliards, essentiellement en raison d’une baisse dans le sous-secteur des articles personnels et ménagers, selon Statistique Canada. Les ventes ont diminué dans cinq des sept sous-secteurs, représentant 63 % des ventes en gros, a précisé l’agence fédérale. Les ventes d’articles personnels et ménagers ont reculé de 2,6 % à 10,8 milliards en juillet, alors que celles de l’industrie des textiles, des vêtements et des chaussures ont diminué de 13,2 %. Le sous-secteur des matériaux et des fournitures de construction a vu ses ventes reculer de 1,7 % à 12,8 milliards, les ventes de bois d’œuvre, de menuiseries préfabriquées, d’articles de quincaillerie et d’autres fournitures de construction s’étant repliées de 2,8 %. Entre-temps, les ventes de machines, de matériel et de fourniture ont grimpé de 1,6 % à 17,0 milliards.

— La Presse Canadienne

Inflation : Londres présentera un minibudget

Le nouveau chancelier de l’Échiquier britannique, Kwasi Kwarteng, présentera un « minibudget » vendredi prochain pour préciser les promesses de la nouvelle première ministre Liz Truss devant la sévère crise du coût de la vie. La première ministre britannique a dévoilé la semaine dernière un gel des prix de l’énergie de deux ans pour les particuliers et de six mois pour les entreprises et institutions publiques, afin de les aider à faire face à la flambée de l’inflation. Face aux craintes de récession pesant sur l’économie britannique, le gouvernement compte aussi doper la croissance par des baisses d’impôt tous azimuts, qui pèseront elles aussi sur le budget du gouvernement. Ce cocktail d’aides directes massives et de baisses d’impôt financées par l’emprunt fait craindre aux marchés un dérapage des finances publiques britanniques, alors que la dette du pays s’est déjà envolée en raison des colossales subventions pendant la pandémie et qu’elle atteint plus de 95 % du PIB.

— Agence France-Presse

Inflation

Les restaurants montent les prix et réduisent les menus

Toronto — Les restaurants canadiens augmentent leurs prix, rapetissent leurs menus et réduisent leurs heures d’ouverture afin de survivre à l’inflation et aux pénuries de main-d’œuvre, indique un nouveau rapport.

L’industrie continue de connaître des difficultés sur le plan financier, souligne le rapport de Restaurants Canada, la moitié des restaurants du pays fonctionnant à perte ou atteignant tout juste le seuil de rentabilité.

Selon le rapport, intitulé Foodservice Facts, le trafic piétonnier vers les restaurants reste inférieur aux niveaux d’avant la pandémie, les ventes réelles ajustées en fonction de l’inflation étant inférieures de 11 % aux résultats de 2019.

L’embauche dans le secteur de la restauration est à la traîne par rapport à la reprise globale de l’emploi au pays, avec une main-d’œuvre qui comptait, en date du mois de mai, 171 300 travailleurs de moins qu’avant la pandémie.

Les postes d’arrière-boutique, comme ceux de cuisinier et d’autres emplois de cuisine, ont été les plus difficiles à pourvoir, la plupart des restaurants fonctionnant à 80 % de leur capacité normale en raison de la pénurie de main-d’œuvre, a précisé le rapport.

Jusqu’à 15 % de hausse

Les prix des menus dans les restaurants à service complet devraient augmenter de 7,8 % d’ici la fin de 2022, par rapport à l’année précédente, et environ un tiers des établissements s’attendent à ce que les prix augmentent de 15 %.

Les prix des menus des restaurants de restauration rapide devraient augmenter de 7,1 % d’ici la fin de l’année.

Pourtant, les hausses de prix ne sont qu’une des façons dont les restaurants réagissent à l’inflation, selon le rapport.

Certains établissements diminuent également le nombre de plats au menu, réduisent les portions, changent de fournisseurs et absorbent les augmentations de coûts, selon le rapport.

« La solution à portée de main pour faire face à la hausse des coûts alimentaires est simplement de réduire la taille des portions », affirme Philman George, chef d’entreprise d’Aliments High Liner, dans le rapport.

« Le cercle vicieux se trouve dans l’effet cumulatif des pénuries de main-d’œuvre, a-t-il affirmé. Cela donne au client non seulement moins de nourriture pour son argent, mais aussi une diminution potentielle des niveaux de service auxquels il était habitué avant la pandémie. »

Au lieu de cela, M. George estime que les restaurants qui connaîtront du succès sont ceux qui s’attaqueront à la hausse des coûts alimentaires avec une « approche à plusieurs volets », y compris l’approvisionnement créatif en ingrédients à moindre coût, et la simplification et la réduction des menus pour réduire le gaspillage alimentaire.

— La Presse Canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.