Chronique

William se faufile devant Lunou !

Lunou Zucchini a été ma préférée de Star Académie 2021. Il faut cependant admettre que son collègue William Cloutier a été le meilleur, dimanche soir, lors de la grande finale de Star Ac à TVA, où il a remporté une cagnotte de 125 000 $.

Les deux finalistes âgés de 25 ans ont puisé dans le répertoire de Céline Dion pour tenter d’arracher la couronne. Lunou a opté pour Vole, de l’album D’eux, une pièce qui ne l’a pas bien servie. William s’est attaqué à Et je t’aime encore du disque 1 fille et 4 types et a été impressionnant.

Selon la directrice Lara Fabian, le vote populaire a été dense et très serré. Ç’aurait été intéressant de connaître le pourcentage obtenu par les deux concurrents.

William Cloutier, originaire de Victoriaville, a quasiment grandi devant les caméras de la télévision. Il a participé à La cour des grands à TVA, à la troisième saison de Mixmania sur Vrak, en plus de faire des chroniques à la défunte émission Fan Club, toujours à Vrak.

Cette aisance sur un plateau de télé paraissait dans les émissions de Star Académie. William savait exactement où regarder et comment se déplacer devant une caméra. À la limite, cette conscience de l’image de William lui a enlevé le côté spontané et authentique d’une Lunou, par exemple. Reste que William n’a pas volé son titre de grand champion. C’est déjà un pro, avec un trémolo dans la voix bien actif.

La dernière et seule femme à gagner Star Académie demeure donc Stéphanie Lapointe en 2004. Tous les autres vainqueurs ont été des hommes : Wilfred Le Bouthillier (2003), Marc-André Fortin (2005), Maxime Landry (2009) et Jean-Marc Couture (2012).

C’est évident que Lunou Zucchini, de Saint-Denis-sur-Richelieu, poursuivra sa carrière en musique. Elle a tellement été attachante et super bonne, il faut le dire. Théorie : le fait qu’elle soit la fille de Luce Dufault a peut-être joué un mauvais tour à Lunou. Pourquoi catapulter au sommet une jeune chanteuse dont la maman très connue a déjà les deux pieds dans le showbiz québécois ?

À l’opposé, l’histoire familiale de William, dont la naissance de son deuxième fils, n’a pas nui à son élection, c’est évident. Cela dit, ils étaient beaux à voir, Lunou et William, dans le numéro nostalgique qu’ils ont concocté ensemble.

Il faut également se reparler de Lara Fabian. La relation entre le public québécois et Lara n’a pas toujours été évidente. La chanteuse canado-belge, qui a vécu dans l’ombre de sa rivale Céline Dion, a d’ailleurs quitté le Québec pendant plusieurs années, en peine d’amour de ses fans.

Avec Star Académie, la connexion du cœur entre Lara Fabian et les Québécois a été rétablie, bien plus qu’à La voix. Dans les épisodes de la quotidienne, Lara a été bienveillante, drôle, généreuse, pertinente et charmante. C’était craquant de la voir parler de ses « petits cœurs ».

C’est la directrice Lara Fabian qui a le plus brillé au sein du corps professoral, sans rien enlever au talent de ses collègues Ariane Moffatt et Gregory Charles. Vite, que Lara signe son contrat pour l’an prochain !

Pour avoir suivi toutes les éditions de Star Académie depuis 2003, je me suis ennuyé des numéros de variétés à grand déploiement orchestrés par le réalisateur Jean Lamoureux à l’époque de Julie Snyder. En excluant les présences de Mika, nous n’avons rien vu d’aussi époustouflant cet hiver.

Le gala du dimanche a mis plusieurs semaines à se placer, contrairement à la quotidienne, qui a été impeccable dès le départ.

La prestation des Trois Accords, avec des ballerines encagoulées et des arbres dansants, a été amusante et éclatée, malgré un son criard, disons-le. Ça faisait du bien de revoir Patrice Michaud dans son élément naturel : la musique. Très beau survol de ses plus belles chansons.

À sa première expérience en animation, Patrice Michaud n’a pas été mauvais. Diriger un paquebot comme Star Ac, c’est un mandat colossal, et il ne l’a pas bousillé. On sentait toutefois son manque d’expérience quand les situations dérapaient ou quand elles devenaient émotives. D’ailleurs, chapeau à Patrice Michaud qui a fait preuve d’une belle autodérision pendant le bien-cuit de Pierre-Yves Roy-Desmarais. Gregory Charles a également été très bon joueur (au secours, le numéro des demandes spéciales, seigneur).

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.