Gestion de l’accueil et de l’hôtellerie

Un premier baccalauréat appliqué pour préparer les leaders de demain

Éprouvée par la pandémie, l’industrie touristique prépare déjà la relance de ses activités. Dans ce secteur, le retour à la normalité tant attendu devrait concorder avec l’arrivée sur le marché du travail des premiers finissants du baccalauréat appliqué en gestion de l’accueil et de l’hôtellerie, un tout nouveau programme offert par l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ). Pour Liza Frulla, directrice générale de l’établissement, le moment est bien choisi pour la relève de se lancer dans l’aventure.

Fidèle à sa tradition d’excellence en matière de formation, l’ITHQ anticipe les besoins de demain et lance le tout premier baccalauréat spécialisé en gestion de l’accueil au Québec. Centré sur la pratique et l’application des apprentissages dans un contexte d’emploi réel, ce programme universitaire bilingue promet de former la relève de gestionnaires qualifiés dont aura besoin l’industrie pour assurer sa relance dans les prochaines années. Le baccalauréat, en cours d’évaluation et sous réserve d’obtention des autorisations finales, devrait accueillir sa première cohorte à l’automne 2021.

L’accueil : des horizons variés

Faisant une percée encore timide au Québec, le secteur de l’accueil – mieux connu en anglais sous l’appellation hospitality – est pourtant vaste. Les futurs diplômés du baccalauréat appliqué en gestion de l’accueil et de l’hôtellerie acquerront les compétences pour être recrutés dans les domaines de l’hébergement, du loisir, du luxe, du voyage, des transports, de l’événementiel et dans toutes les industries qui reposent sur le caractère exceptionnel de leur expérience client.

C’est pourquoi le programme de l’ITHQ mise avant tout sur les habiletés relationnelles et le leadership dont devront faire preuve les futurs gestionnaires de l’industrie.

« Comme dans tout programme de gestion, les étudiants développeront des compétences en administration et en gestion des services d’accueil, mais surtout un savoir-être qui, lui, ne s’acquiert qu’avec le type d’accompagnement personnalisé et appliqué que l’on offre à l’ITHQ. »

— Liza Frulla, directrice générale de l’ITHQ

La dimension humaine, les comportements et attitudes, la connaissance de la clientèle auront donc dans le cursus pédagogique autant d’importance que le calcul de rentabilité d’un hôtel ou la gestion des relations de travail.

Un diplôme… et un CV en poche

Ce savoir-être, il ne s’apprend pas dans les livres, mais bien sur le terrain. C’est dans cet esprit que l’ITHQ, depuis plus de 50 ans, offre à ses étudiants de plonger dans l’action, guidés par des professeurs de renom. Le baccalauréat appliqué en gestion de l’accueil et de l’hôtellerie n’y fait pas exception. Avec sa formule en alternance travail-études, la formation universitaire compte 10 mois de stages en entreprise en plus des cours réalisés dans les locaux pratiques de l’ITHQ.

« Non seulement nos finissants sortent de l’ITHQ avec un baccalauréat, mais ils terminent aussi leur formation avec un CV, souligne la directrice générale. Le bagage d’expérience professionnelle qu’ils accumulent avant même d’intégrer le marché du travail leur donne un avantage de taille quand vient le temps de se trouver un emploi dans l’industrie, et même dans des domaines connexes. » Grâce à ses nombreux partenaires institutionnels réputés, l’ITHQ peut d’ailleurs se vanter d’offrir à ses cohortes la chance de réaliser des stages dans des établissements de haut calibre.

Participer au nouvel essor de l’industrie

Déjà affectée par une criante pénurie de main-d’œuvre avant la pandémie, l’industrie touristique estime qu’elle aura plus de 50 000 emplois à combler au Québec dans les années à venir. Environ 10 % de ceux-ci seront des postes de gestionnaires. Pour se réinventer, les secteurs de l’accueil, du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration auront besoin de jeunes professionnels créatifs, visionnaires et qualifiés. « Les diplômés de cette première cohorte auront la chance de jouer un rôle clé et de devenir des piliers de la relance d’un secteur d’activités qui nous manque tant à l’heure actuelle », conclut Liza Frulla.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.