Vols de rapatriement d’Espagne

« Ils n’ont fait aucun contrôle sanitaire »

Alors qu’une véritable course contre la montre est engagée pour ramener le plus grand nombre de Canadiens au bercail, des voyageurs revenus d’Espagne témoignent du peu de mesures de contrôle mises en place par le transporteur Air Transat pour s’assurer qu’aucun passager possiblement atteint de la COVID-19 ne monte à bord de ses appareils.

Le 16 mars dernier, lors de son point de presse quotidien, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a annoncé que les compagnies aériennes devaient désormais interdire à toute personne présentant des symptômes grippaux de monter à bord des avions en direction du Canada.

Une semaine plus tard, soit le 22 mars, Nicole Simard, 82 ans, et Pierre Simard, 92 ans, voyageaient à bord du vol de rapatriement TS-785 d’Air Transat à partir de Malaga, en Espagne, l’un des pays où le virus connaît la plus forte progression depuis quelques jours. Jeudi, on y a enregistré 7457 nouveaux cas et 656 morts dans les 24 dernières heures.

« C’est assez surprenant ! Ils n’ont fait aucun contrôle sanitaire, tout le monde embarquait librement dans l’avion, ils ne prenaient pas notre température, ils ne nous demandaient pas si l’on toussait, etc. », affirme Nicole Simard.

« L’avion était plein à craquer. Une femme toussait beaucoup, beaucoup dans l’avion. »

— Nicole Simard

Selon Transports Canada, depuis le 19 mars, à minuit, les transporteurs aériens sont tenus de faire une vérification de l’état de santé de chaque passager qui rentre au Canada par voie aérienne.

Au moment de l’embarquement ou de l’enregistrement, ils doivent poser trois questions : si le passager a de la toux et de la fièvre, si le passager a de la fièvre et des difficultés à respirer ou si le passager s’est vu refuser l’embarquement dans un aéronef au cours des 14 derniers jours pour des raisons médicales liées à la COVID-19.

« Les transporteurs aériens doivent également procéder à un examen visuel pour rechercher des signes et des symptômes qui pourraient indiquer que le passager est malade », a précisé dans un courriel Frédérica Dupuis, gestionnaire intérimaire, Relations aux médias et surveillance des médias, à Transports Canada.

Peu de mesures à l’arrivée

Louis Gagnon, économiste, qui habite la Montérégie, était à bord du même vol que les Simard. Il estime que l’encadrement sanitaire aurait dû être plus rigoureux, aussi bien au départ à Malaga qu’à l’arrivée à Dorval. « En arrivant à l’aéroport, il y avait une préposée qui nous montrait une pancarte où était écrit : Avez-vous ou avez-vous eu de la fièvre, des difficultés respiratoires ou de la toux ?” » La fièvre est l’un des symptômes les plus fréquents de la COVID-19. 

« Je m’attendais à ce qu’il y ait des gens pour prendre la température, mais non. »

— Louis Gagnon

Avant l’embarquement, passé les contrôles, les gens étaient laissés à eux-mêmes, raconte-t-il, et la distanciation sociale n’était pas respectée par tout le monde. « À l’embarquement, il y avait du personnel qui rappelait aux gens de s’espacer, mais ils ne le faisaient pas de façon coercitive, et bien du monde ne respectait pas la distance. Une fois dans l’avion, qui était plein, on s’est retrouvés cordés épaule à épaule. »

« Durant le vol, il y a un homme qui a eu un malaise et qui est tombé par terre », ajoute-t-il. « Sa femme, à côté de lui, s’était sentie mal avant aussi. Je ne sais pas ce qu’ils avaient. Les hôtesses, qui ont été absolument formidables tout au long du voyage, d’ailleurs, s’en sont bien occupé, elles ont trouvé un médecin à bord, qui est venu les examiner. »

Nous avons demandé à Transports Canada pourquoi Ottawa n’exigeait pas que les compagnies aériennes prennent la température des passagers avant de prendre l’avion. Le Ministère a dit ne pas être en mesure de répondre à cette question, mercredi, car il devait d’abord consulter l’Agence de la santé publique du Canada.

Air Transat dit suivre « à la lettre » l’ordonnance d’Ottawa

Dans un courriel envoyé le 23 mars, Air Transat a indiqué que depuis le début de la pandémie, ses clients ne peuvent plus faire leur enregistrement en ligne ou aux bornes des aéroports.

« Ils doivent systématiquement se présenter au comptoir d’enregistrement, pour que nos agents puissent vérifier qu’ils répondent bien aux conditions établies par les autorités gouvernementales. Pour ce faire, trois questions sont systématiquement posées aux passagers lorsqu’ils arrivent au comptoir d’enregistrement : est-ce que vous faites de la fièvre et avez de la toux ? Est-ce que vous faites de la fièvre et avez des difficultés respiratoires ? Avez-vous été refusé lors des 14 derniers jours à bord d’un autre vol pour des raisons liées au COVID-19 ? » a écrit Marie-Christine Pouliot, conseillère, relations publiques marketing, à Air Transat.

« Je tiens à vous assurer que nous suivons à la lettre l’ordonnance provisoire émise par le gouvernement fédéral », a-t-elle ajouté.

Pas de questions

Le journaliste retraité de La Presse Paul Roux est rentré à Montréal mardi de Madrid à bord du vol TS-395 d’Air Transat. Il affirme qu’aucune de ces trois questions ne lui a été posée, ni à l’enregistrement ni à l’embarquement. « Il n’y a eu aucune question, aucune vérification des symptômes », dit-il. « J’ai eu l’occasion de parler un peu avec d’autres voyageurs, et ceux à qui j’en ai parlé, personne ne s’est fait poser ces questions-là. »

Par chance, personne n’a présenté de symptômes durant le vol. « Les gens que j’ai vus, j’ai l’impression qu’ils étaient plutôt en forme. J’ai ressenti de l’anxiété plus que d’autre chose ! »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.