Bob Iger peut-il aider Disney à nouveau ?

Rappelé à la tête de Disney, Bob Iger va devoir relever des défis de taille pour améliorer la situation financière du groupe. Si certains voient en lui l’homme providentiel, le patron compte aussi des détracteurs.

M. Iger a signé un contrat de deux ans, à l’issue duquel il devrait être à nouveau remplacé. Lors de son premier mandat, de 2005 à 2020, il avait laissé l’image d’un patron actif, capable de mener à bien les acquisitions de studios de renom (Pixar, Marvel, Lucasfilm) et de la plupart des actifs de 21st Century Fox.

Il avait aussi fait grimper la valeur boursière du royaume de Mickey.

« Cette décision audacieuse peut sembler être la bonne », commente Paolo Pescatore, consultant pour PP Foresight, au sujet du retour surprise de M. Iger, 71 ans.

« Toutefois, l’entreprise se trouve dans une autre phase de sa croissance, ajoute l’analyste. Cela prendra du temps, et un succès immédiat n’est pas garanti. »

« Secousses »

L’un des principaux chantiers auxquels M. Iger devra s’atteler concerne les activités de diffusion en continu, sur lesquelles Disney a beaucoup misé ces dernières années mais qui traversent une passe difficile.

Lors de la publication des résultats trimestriels du groupe début novembre, l’action de Disney avait dévissé à Wall Street, notamment en raison des pertes opérationnelles liées aux plateformes de vidéo à la demande (Disney+, ESPN+, Hulu).

« Il faut s’attendre à davantage de secousses et à de nouvelles pertes dans le secteur de la diffusion en continu, car il n’y a pas de solution miracle vers la rentabilité », prévient M. Pescatore. 

« C’est inquiétant étant donné qu’une période de récession approche à grands pas et que les utilisateurs seront obligés de faire des arbitrages difficiles entre la nécessité de continuer à payer ou l’inscription à l’un des nombreux autres services » de diffusion en continu, poursuit-il.

Point positif : la plateforme Disney+, qui a été lancée à la fin du premier mandat de M. Iger, continue de gagner des abonnés et comptait 164 millions de clients fin septembre.

Mais pour Jonathan Kees, de Daiwa Capital Markets America, les problèmes actuels de Disney résultent aussi des choix effectués par M. Iger.

« Il a poussé à la création de Disney+ qui est devenue une entreprise commerciale coûteuse », rappelle l’analyste. 

Quant au rachat des actifs de 21st Century Fox, il a « à lui seul alourdi le bilan de Disney d’une dette énorme, ce qui n’est pas apprécié par les investisseurs sur le marché boursier actuel ».

« Héritage »

M. Iger devra faire face à la pression d’investisseurs militants en attente de résultats rapides.

Le fonds Third Point, qui a augmenté sa participation au capital de Disney l’été dernier, fait partie des acteurs les plus expressifs en la matière.

Dan Loeb, son patron fondateur, a récemment exprimé sa volonté que les activités du média sportif ESPN soient séparées du reste du groupe Disney avant de revenir quelque peu sur sa position. M. Iger a, lui, toujours refusé une telle scission.

Pour répondre aux interpellations de M. Loeb, Disney a nommé en septembre Carolyn Everson, figure respectée du secteur des médias, à son conseil d’administration. En échange, Third Point s’est notamment engagé à ne pas monter à plus de 2 % du capital du groupe.

Selon le Wall Street Journal, le retour de M. Iger est également décrié par le fonds militant Trian, qui a acquis pour plus de 800 millions de dollars d’actions de Disney après la dégringolade boursière ayant suivi la publication des résultats trimestriels.

Malgré l’aura que M. Iger continue d’avoir au sein du groupe, sa mission pourrait donc s’avérer périlleuse.

« En fin de compte, c’est son héritage qui est en jeu », résume M. Pescatore.

Un autre qui est déçu par cette nomination inattendue est Reed Hastings, patron de Netflix. Mais ses arguments sont différents de ceux des investisseurs militants.

« J’aurais aimé qu’Iger soit candidat à la présidence des États-Unis, a-t-il confié sur Twitter. Il est formidable. » 

Revue boursière

Le retour de la COVID-19 en Chine fait chuter les Bourses

Le marché de New York a terminé en repli lundi, mal orienté par la flambée des cas de coronavirus en Chine, sur un marché déjà anémique à l’orée d’une semaine raccourcie par un jour férié aux États-Unis. À Toronto, le principal indice a à peine glissé alors que les actions du secteur technologique ont chuté. — D’après La Presse Canadienne et l’Agence France-Presse

Vente de Simon & Schuster à Penguin Random House

Fusion annulée entre deux géants

Le groupe américain de médias Paramount Global a renoncé à vendre sa maison d’édition Simon & Schuster à sa rivale Penguin Random House, quelques semaines après une décision de justice bloquant l’opération au nom des lois sur la concurrence. Penguin doit payer à Paramount une indemnité de rupture de 200 millions de dollars, a précisé le groupe dans un document remis lundi à l’autorité américaine des marchés financiers (la SEC). L’opération, portant sur une somme de 2,2 milliards de dollars, avait été annoncée en novembre 2020 et aurait réuni deux des cinq plus importants éditeurs américains. Le ministère américain de la Justice s’était toutefois opposé à cette fusion, évoquant le risque que le nouveau groupe baisse le nombre de livres édités et diminue les avances versées aux auteurs. — Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.