Agropur, BCE, pétrole et profits « scandaleux »

D’autres nouvelles économiques de la dernière journée

Entente de principe acceptée et reprise des activités chez Agropur

Les salariés de l’usine Agropur de Granby ont accepté mercredi l’entente de principe qui a été conclue dimanche entre leur employeur et leur syndicat. Les quelque 250 membres du Syndicat des salariés de la fromagerie avaient déclenché une grève le 29 juin dernier. Ce conflit de travail a eu de graves conséquences alors que des centaines de milliers de litres de lait avaient dû être jetés, faute de pouvoir l’utiliser à temps ou de trouver d’autres débouchés. Cette situation a été régularisée par la suite. Les membres ont accepté l’entente de principe à 73 %. Les parties avaient convenu de reconduire la quasi-totalité de la convention collective. L’enjeu principal du conflit portait sur la volonté de l’employeur de modifier les horaires de travail, selon la Centrale des syndicats démocratiques (CSD). Agropur aurait souhaité faire passer les quarts de travail de 8 à 12 heures et faire commencer les journées de travail à des heures différentes selon le jour de la semaine. « Pour nous, il était essentiel de protéger nos acquis et l’intégrité de la convention collective qui est mature de 45 ans, surtout en ce qui concerne les horaires de travail. La conciliation travail-famille est un droit que nous devions protéger », résume Bernard Cournoyer, conseiller syndical à la CSD.

– La Presse Canadienne

Le fondateur de BCE, Jean de Grandpré, est mort

Jean de Grandpré, ancien chef de la direction de Bell Canada et fondateur de BCE, est mort le week-end dernier à l’âge de 100 ans. M. de Grandpré a joué un rôle dans la transformation de l’industrie des télécommunications au Canada. M. de Grandpré s’est joint à l’équipe de Bell à titre de chef du contentieux en 1966, puis a gravi les échelons de la haute direction de l’entreprise jusqu’à devenir chef de la direction et président du conseil en 1976, jouant un rôle important dans la création de BCE (Bell Canada Entreprises) en 1983. Il a dirigé Bell au cours d’une période marquée par les transformations comme le lancement des services de téléphonie mobile, les débuts technologiques de la fibre optique et l’essor de l’utilisation des ordinateurs personnels. M. de Grandpré était également Compagnon de l’Ordre du Canada, chancelier émérite de l’Université McGill, membre à vie de l’Association du Barreau canadien et membre du Barreau du Québec.

– La Presse

L’OPEP+ ouvre à peine les vannes de pétrole

Les pays de l’OPEP+ ont décidé mercredi de ralentir le rythme des hausses de production, résistant aux appels du président américain Joe Biden à ouvrir davantage les vannes de pétrole pour tenter d’enrayer la flambée des cours. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), emmenée par Riyad, et ses alliés, conduits par Moscou, ont convenu d’une augmentation quasi dérisoire pour le mois de septembre : à savoir « 100 000 barils par jour », comparativement aux quelque 432 000 puis 648 000 barils supplémentaires fixés les mois précédents, a annoncé l’alliance à l’issue d’une réunion ministérielle. Edward Moya, analyste d’Oanda, a ironisé sur « la plus petite hausse de l’histoire de l’OPEP, qui n’aidera pas à surmonter la crise énergétique actuelle ». « Une misère » également selon Han Tan d’Exinity, notant que l’augmentation était si faible qu’elle a poussé les cours du brut en terrain positif pendant quelques heures. La décision du groupe reflète « la nécessité de jongler entre des impératifs contraires », résume Matthew Holland, analyste géopolitique pour l’institut de recherche Energy Aspects : ne pas pomper trop pour « soutenir les prix » face aux inquiétudes macroéconomiques, mais aussi « prendre acte de l’inflation des prix de l’énergie et de l’appel des États-Unis à une production plus élevée ».

– Agence France-Presse

La restitution d’une turbine à la Russie « impossible » à cause des sanctions

La restitution à la Russie d’une turbine Siemens présentée comme essentielle au fonctionnement du gazoduc Nord Stream 1, qui alimente l’Europe, est « impossible » à cause des sanctions contre Moscou, a affirmé mercredi le géant gazier russe Gazprom. « Les régimes de sanctions au Canada, dans l’Union européenne et au Royaume-Uni, ainsi que les incohérences de la situation actuelle concernant les obligations contractuelles de Siemens, rendent impossible la livraison », a déclaré dans un communiqué Gazprom. Ces déclarations risquent de renforcer l’inquiétude des pays européens, qui soupçonnent Moscou de chercher un prétexte pour retarder le retour de cette turbine et réduire encore ses livraisons de gaz, dans le contexte des tensions autour de l’Ukraine. Le chancelier allemand Olaf Scholz a d’ailleurs accusé mercredi la Russie d’être responsable du blocage de la livraison de la turbine. Gazprom affirme que cet équipement, qui a été renvoyé en Allemagne après avoir été réparé au Canada, est essentiel pour garantir le bon fonctionnement du gazoduc Nord Stream 1.

– Agence France-Presse

Profits « scandaleux » dans les énergies fossiles, dénonce l’ONU

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a dénoncé mercredi la « cupidité » des grandes entreprises pétrolières et gazières qui réalisent des profits « scandaleux » sur « le dos des plus pauvres » grâce à la crise provoquée par la guerre en Ukraine, appelant les gouvernements à les taxer. « La vérité est que nous voyons ces profits excessifs, scandaleux des industries pétrolières et gazières à un moment où nous perdons tous de l’argent », a lancé António Guterres lors d’une conférence de presse à l’occasion de la publication du troisième rapport de l’ONU sur les conséquences mondiales de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. « Il est immoral que les entreprises pétrolières et gazières fassent des profits record grâce à cette crise énergétique, sur le dos des populations et des communautés les plus pauvres, avec un coût massif pour le climat. »

– Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.