Stéphane Laporte

Mon clin d’oeil

Le Canadien est toujours un Club Price.

Réplique

Cantons-de-l’Est ou Estrie ? Un faux débat

En réponse au texte du maire de Saint-Camille, Philippe Pagé, « Cantons-de-l’Est ou Estrie ? »*, publié le 15 juillet

J’aimerais répondre au maire de Saint-Camille à la suite de son exposé dans La Presse du 15 juillet dernier concernant le faux débat portant sur l’appellation Estrie c. les Cantons-de-l’Est. Cet exposé, qui pèche selon moi par une méconnaissance crasse de l’histoire, sinon des gens d’ici, véhicule également une fausseté à déplorer.

Le maire de Saint-Camille parle des membres de la Table des MRC de l’Estrie qui auraient demandé À L’UNANIMITÉ à la ministre des Affaires municipales de changer le nom d’Estrie en celui de Cantons-de-l’Est.

Vous êtes une personne mal renseignée, cher Monsieur, car la MRC du Val-Saint-François a spécifiquement fait état récemment, et ce, à l’unanimité des maires, de sa dissociation de ce mouvement qui nous ramènerait 75 ans en arrière en reprenant l’anglicisme Cantons-de-l’Est pour définir notre magnifique région dont le caractère francophone n’est même plus à discuter.

Si vous aviez fait un peu de recherches, vous auriez appris que ce dossier avait été clos bien avant votre naissance, soit en 1946, alors que Mgr Maurice O’Bready, à l’époque secrétaire général de la Société historique des Cantons-de-l’Est, créa le toponyme « Esterie », qui devint vite « Estrie », pour désigner cette région administrative du Québec jusqu’alors dénommée Cantons-de-l’Est (Eastern Townships), un autre anglicisme… de trop !

Cette dénomination fut adoptée rapidement par la population qui s’est toujours reconnue dans ce vocable. Et elle se reconnaîtra encore dans la consultation qui doit être menée prochainement à cet effet, consultation complètement stérile, cela dit.

Le maire de Saint-Camille parle de « bénéfices culturels, sociaux et économiques à tirer de notre nom  ». Lesquels, dites-moi ?

Et il en rajoute, précisant que la rétromodification du nom de notre région en Cantons-de-l’Est générera, et je le cite, « des retombées structurantes pour nos villes, villages, citoyens, entreprises, étudiants, etc. ». Allô ?

En finale de cette envolée, M. Pagé prétend que « ce changement de nom favorisera davantage l’inclusion sociale et géographique ».

C’est à pleurer !

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.