France

100

Nombre de communes sans eau potable aujourd’hui, alors que le pays traverse une sécheresse « historique », selon le ministre français de la Transition écologique, Christophe Béchu. Au total, en France métropolitaine, 93 départements sur 96 font l’objet de restrictions d’eau à différents degrés et 62, soit les deux tiers du pays, sont « en crise ». (AFP)

Afrique

L’espérance de vie bondit de dix ans

Un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publié jeudi indique que l’espérance de vie en bonne santé a augmenté en moyenne de 10 ans en Afrique entre 2000 et 2019. Une amélioration très appréciable pour ce continent où l’espérance de vie est passée de 46 ans à 56 ans au cours de cette période. Pour la Dre Matshidiso Moeti, directrice générale de l’OMS en Afrique, divers facteurs expliquent ce changement : amélioration de la prestation des services, progrès en santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile, lutte améliorée contre les maladies infectieuses, contre le VIH, la tuberculose et le paludisme et une couverture à la hausse des soins de santé essentiels. Mais attention, dit le rapport, cette avancée est précaire et pourrait être menacée par la pandémie de COVID-19. Des plans de rattrapage doivent être élaborés et lancés dans ce domaine, indique-t-on.

— André Duchesne, La Presse avec ONU Info

Irak

Nouvelle démonstration de force de Moqtada Sadr à Bagdad

Des dizaines de milliers de partisans de Moqtada Sadr ont tenu la traditionnelle prière du vendredi dans la Zone verte ultrasécurisée à Bagdad, nouvelle démonstration de force de l’influent politicien en passe d’obtenir de ses rivaux des législatives anticipées, sous certaines conditions. Après la prière, quelques centaines de manifestants sont retournés aux abords du parlement qu’ils occupent depuis le 30 juillet dans la Zone verte, le luxueux quartier bouclé au cœur de la capitale abritant institutions étatiques et ambassades. Ils ont trouvé le bâtiment vide et les portes fermées, mais les contestataires, installés dans des tentes, poursuivent leur campement dans les jardins de l’institution, comme l’avait demandé le courant sadriste. Le sit-in a été organisé pour protester contre une candidature au poste de premier ministre présentée par les adversaires de M. Sadr, les puissantes factions chiites pro-Iran du Cadre de coordination. Capitalisant sur sa capacité à mobiliser les foules, Moqtada Sadr a appelé à la dissolution du Parlement et des élections législatives anticipées, moins d’un an après le scrutin qu’il avait remporté haut la main.

— Agence France-Presse

Brésil

La déforestation toujours au plus haut dans l’Amazonie

La déforestation en Amazonie brésilienne a diminué de 1,5 % le mois dernier par rapport à juillet 2021, mais reste proche des niveaux record, suscitant de nouvelles mises en garde sur la destruction galopante de la plus grande forêt tropicale du monde. La surveillance par satellite a comptabilisé 1476 kilomètres carrés de couverture forestière détruite, selon les chiffres publiés vendredi par le programme de surveillance DETER de l’agence spatiale nationale. Ce chiffre est légèrement inférieur aux 1498 kilomètres carrés détectés en juillet l’an passé, mais demeure le cinquième pire mois depuis le début du programme en 2015. Les quatre autres pires mois enregistrés sont juillet 2019, 2020 et 2021 et août 2019, tous avec plus de 1400 kilomètres carrés de forêt coupée, et tous sous la présidence de Jair Bolsonaro. Depuis son entrée en fonction en janvier 2019, la déforestation annuelle moyenne en Amazonie brésilienne a augmenté de 75 % par rapport à la décennie précédente, malgré les avertissements croissants sur la santé de la forêt tropicale, un « puits de carbone » massif considéré comme une ressource vitale dans la course pour contenir le changement climatique.

— Agence France-Presse

Afghanistan

Huit morts dans un attentat à Kaboul revendiqué par l’EI

Huit personnes ont été tuées et 18 autres blessées vendredi dans un attentat à la bombe dans un quartier chiite de Kaboul, la capitale de l’Afghanistan, selon un nouveau bilan de la police afghane. L’attaque a été revendiquée en début de soirée dans un communiqué par le groupe djihadiste État islamique (EI), qui a déjà frappé à plusieurs reprises la communauté chiite afghane. La bombe avait été placée « dans une charrette à bras remplie de légumes », dans une rue commerçante très fréquentée d’un quartier chiite situé dans l’ouest de Kaboul, a déclaré à l’AFP le porte-parole de la police de Kaboul, Khalid Zadran. « Les équipes de sécurité tentent de retrouver les auteurs » de l’attaque, a ajouté Khalid Zadran, en précisant que certaines personnes blessées se trouvent « dans un état critique ». « L’Émirat islamique d’Afghanistan condamne fermement cet acte lâche et qui est l’œuvre de ceux qui sont des ennemis de l’islam et du pays », a déclaré dans un tweet le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid.

— Agence France-Presse

Nigeria

Forcés de tout acheter en petite quantité

Cinq grammes de dentifrice ou dix centilitres d’huile de cuisson : étranglés par le coût de la vie, les Nigérians achètent désormais leurs produits de première nécessité en petite quantité, emballés dans de minuscules sachets plastiques, à consommer dans la journée.

Les grandes marques à l’origine de cette « sachétisation de l’économie » y voient là une« innovation », permettant un accès à la consommation pour tous les Nigérians, dont la majorité survivent au jour le jour. Pour d’autres, c’est une aberration économique et écologique.

Dans les rues de Lagos, la dynamique capitale économique du pays le plus peuplé d’Afrique, les sachets font désormais partie du décor : ils colorient ses rues, bariolant les milliers de boutiques de bois et de tôle que l’on retrouve partout.

« Tout acheter en petite quantité »

Assis sur un tabouret, Ibrahim Atahire tient depuis 30 ans l’une de ces petites épiceries dans une voie animée d’Obalende, un quartier populaire. L’homme de 55 ans à la barbe grisonnante l’assure : « Chez moi, tu peux tout acheter en petite quantité. »

Et c’est vrai. Sur son stand, tout est vendu en sachets : du café ou du lait en poudre pour une tasse seulement, quelques grammes de céréales pour un bol, du dentifrice pour un brossage de dents, des rasoirs emballés et vendus individuellement, de la lessive en poudre pour un unique lavage.

Même la crème antimoustique pour soulager les piqûres est vendue dans un emballage plastique plus petit qu’une paume de main.

Pour chaque repas

Pour le déjeuner, l’huile de cuisson s’achète aussi en sachets, tout comme les épices, la sauce tomate. Un sachet, pour chaque ingrédient et pour chaque repas.

« Depuis des années, je propose des sachets à la vente, mais récemment les gens n’ont plus les moyens d’acheter en quantité normale, donc je ne vends plus que ça », explique le vendeur.

Dans une rue parallèle, Sanni Aïcha, porte-monnaie à la main, fait le tour des échoppes à la recherche du sachet d’huile de cuisson le moins cher. Cette mère de deux enfants, vendeuse de cacahuètes, et dont le mari est un policier à la retraite, confie « ne plus s’en sortir ».

La première économie du continent a été frappée de plein fouet par la pandémie de coronavirus qui a fait grimper les prix en 2021 de 17 %, et particulièrement ceux des produits alimentaires, faisant tomber dans la pauvreté six millions de Nigérians supplémentaires.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.