Le square Phillips nouveau

Le temps où vous ne faisiez que passer devant le square Phillips est révolu. Le lieu subira bientôt une transformation extrême qui fera que vous aurez envie de vous y arrêter. Enrichie d’une nouvelle géométrie, d’allées invitantes, d’une végétation luxuriante et d’un mobilier accueillant, cette place publique va devenir le poumon du centre-ville.

Au cours d’un entretien récent que j’ai eu avec Glenn Castanheira, nouveau directeur général de Montréal centre-ville, il a été question des travaux de rajeunissement du square Phillips.

« Ça sera l’une des plus belles places publiques en Amérique du Nord », m’a-t-il dit avec beaucoup d’enthousiasme.

Cela a évidemment piqué ma curiosité et, en deux temps, trois mouvements, j’ai communiqué avec l’équipe de Provencher_Roy, la firme d’architectes chargée de cette opération. Après avoir pris connaissance des plans et des maquettes, j’en suis arrivé à la conclusion que cette place publique âgée de 175 ans connaîtrait littéralement une nouvelle vie.

Formidablement bien située, mais étouffée par un trop grand nombre d’obstacles et d’éléments qui se sont ajoutés au fil du temps, cette place deviendra sans aucun doute un lieu de rassemblement, sinon de rendez-vous, très prisé.

L’idée de rénover le square Phillips a vu le jour sous l’administration Coderre. Un premier concept proposé par Provencher_Roy avait été approuvé par l’équipe en place. Mais au moment de son arrivée, en 2017, l’administration Plante a voulu revoir certains aspects du projet et a insisté pour que le caractère patrimonial du lieu conserve son état d’origine et soit davantage mis en valeur.

Précisons que c’est à cet endroit que l’on retrouve le monument à Édouard VII, surnommé le « roi pacificateur », œuvre du grand sculpteur Louis-Philippe Hébert.

Ces nouvelles exigences sont venues avec des restrictions budgétaires avec lesquelles Provencher_Roy, également responsable du nouveau design de la rue Sainte-Catherine, a dû composer. L’équipe d’architectes est donc retournée à sa table à dessin et a soumis un nouveau concept.

Quand on regarde le résultat, on se rend immédiatement compte que les concepteurs procurent de l’oxygène à cette place qui est entourée de bâtiments d’époques diverses.

« Vous avez raison, on fait respirer cette place, explique Sonia Gagné. En fait, nous reprenons un peu le langage d’un plan qui avait été élaboré en 1941. »

Sonia Gagné fait référence à la création d’un axe nord-sud qui va maintenant relier les deux monuments à la reine Victoria, le premier situé à l’angle de l’avenue Union et du boulevard De Maisonneuve Ouest, le second au square Victoria. Cette « promenade victorienne » va traverser le square Phillips et la place du Frère-André.

« Avec la promenade qui sera créée sur McGill, le square Phillips se retrouve au cœur de ce parcours », dit Sonia Gagné.

Érigé de 1842 à 1844, le square Phillips doit son nom à Thomas Phillips, qui a fait don de ce lot à la Ville de Montréal. Sa création a incité d’importantes enseignes commerciales comme Morgan et Birks à venir s’installer dans ce secteur et à en faire le nouveau cœur de la ville.

Un peu comme on l’a fait avec la place d’Armes, on modernise le square Phillips sans le dénaturer. La superficie du lieu, qui est de 2300 mètres carrés, sera agrandie d’environ 35 %. Des allées larges et nombreuses vont permettre de pénétrer dans le square, au centre duquel trône le monument d’Hébert.

Ce monument fut ajouté au square Phillips en 1914, quatre ans après la mort du souverain. Sur le site du Bureau d’art public de la Ville de Montréal, on dit que ce monument est « l’ultime œuvre monumentale d’Hébert et marque l’apothéose du genre ».

Il est clair que nous allons redécouvrir la grande beauté de cette réalisation qui, au début du XXsiècle, jouissait d’une meilleure visibilité. « C’est notre objectif, dit Sonia Gagné. On a dû épurer, car il y avait beaucoup d’éléments qui nous empêchaient d’apprécier cette place. On a aussi voulu créer un lien avec la rue Sainte-Catherine. On veut que les passants aient envie d’entrer dans le square. »

En plus de l’ajout de mobilier urbain (bancs et bacs à fleurs), on augmentera le nombre d’espèces végétales d’environ 60 %.

Le choix des arbres, des arbustes et des plantes a fait l’objet d’une attention particulière. En effet, on a choisi des espèces qui témoignent de l’époque victorienne.

« On a littéralement créé une oasis romantique au cœur du centre-ville », ajoute Sonia Gagné.

Il ne fait aucun doute que cette place va favoriser la création de terrasses. Les restaurateurs de la rue du Square-Phillips et de l’avenue Union auront un formidable écrin devant leur commerce.

Les travaux ont été amorcés il y a quelques semaines. Ils devraient se poursuivre durant toute l’année. L’aménagement paysager se fera au printemps 2022.

Souhaitons maintenant que le calendrier de ce projet ne soit pas chamboulé comme celui du square Viger.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.