Le Canadien

La tête haute, malgré le classement

Si vous aviez à miser une somme d’argent sur un concours d’échappées, qui de Michael Pezzetta ou de Jonathan Drouin choisiriez-vous pour faire fructifier vos avoirs ?

Si vous avez répondu Pezzetta, vous avez l’œil d’un dépisteur. L’homme à la tignasse princière a eu le dessus sur son coéquipier au terme de l’entraînement de lundi matin, provoquant la frénésie chez ses coéquipiers et plongeant le Québécois dans la honte.

Pour celles et ceux qui l’auraient ratée, le Canadien a publié la scène sur ses réseaux sociaux.

Un observateur cynique pourrait arguer que le Canadien, en ayant connu l’un des pires débuts de saison de sa longue et glorieuse histoire, ne peut que s’améliorer. Et un autre, encore plus acide, pourrait s’offusquer que l’heure soit à la rigolade plutôt qu’à l’autoflagellation.

Le premier n’aurait pas complètement tort. Et le second n’aurait pas vraiment raison.

Car si les joueurs se sont soumis à un concours amical, ce n’est qu’après avoir sué sang et eau pendant 45 minutes d’un entraînement à haute intensité.

Jeu de transition, travail à cinq contre cinq en zone adverse, batailles à un contre un, récupération de rondelles… Le personnel d’entraîneurs avait préparé un programme costaud après un dimanche de congé.

« On veut s’assurer de bâtir sur ce qu’on a fait samedi. On ne veut pas faire de pas en arrière », a expliqué l’entraîneur-chef, Dominique Ducharme.

Contre les Predators de Nashville, samedi, le Tricolore a signé une victoire convaincante de 6-3 – encore que la remontée des visiteurs en troisième période ait trahi la fragilité d’une équipe dont la confiance n’est pas à son maximum.

« La saison n’est pas finie après 20 matchs, a rappelé Christian Dvorak. Il faut amorcer une séquence victorieuse et y aller un jour à la fois. »

Allen, Edmundson

Les tenants du verre à moitié vide diront que c’est bien beau, mais qu’il se fait déjà tard pour amorcer une remontée depuis les bas-fonds du classement général. Les défenseurs du verre à moitié plein rétorqueront que de bonnes nouvelles arrivent enfin. Sur ce coup, tout le monde a raison.

Le Canadien n’a toujours pas gagné deux matchs de suite cette saison. Alors pour en aligner 3, 4, 5, voire 15, il faudra s’y mettre. Par contre, des éléments permettent effectivement d’espérer des jours un peu moins sombres.

D’abord, Jake Allen a pris part à l’entraînement complet de son équipe, lundi. Le gardien, qui a subi une commotion cérébrale il y a un peu plus d’une semaine à Detroit, saura ce mardi s’il a le feu vert pour disputer un match. Le renvoi de Cayden Primeau à Laval laisse croire qu’on s’attend à de bonnes nouvelles pour Allen, qui, malgré des performances inégales cette saison, demeure la meilleure option du Canadien devant le filet en attendant le retour de Carey Price.

Quelques-uns des autres nombreux blessés s’approchent d’un retour. Cédric Paquette pourrait jouer dès mercredi, a souligné Ducharme. Joel Edmundson, lui, devra attendre encore un peu, mais il sera du voyage de trois matchs de l’équipe. Son entraîneur a parlé d’un possible premier match la semaine prochaine dans son cas.

Le défenseur, dont la blessure (toujours non divulguée à ce jour) l’a privé du camp d’entraînement ainsi que des 20 premiers matchs de la saison, a pris part à un premier entraînement complet lundi. Comme Paquette, il portait un chandail réservé aux joueurs qui ne peuvent subir de contacts. Il a toutefois travaillé avec énergie et intensité.

Son retour aura un « effet stabilisateur » au sein de la défense du Canadien, estime Ducharme. Le temps de glace et les assignations seront ainsi distribués différemment.

« C’est un gars d’expérience, qui joue un match simple, mais efficace, a rappelé Ducharme. Il est dur à affronter, il transporte bien la rondelle sans être spectaculaire, il défend bien, il aide en désavantage numérique… Tout ça aura un impact sur le groupe. »

L’entraîneur-chef a par ailleurs réitéré que son équipe avait montré des signes encourageants au cours des deux dernières semaines, si l’on fait abstraction de l’horrible performance de jeudi dernier contre les Penguins de Pittsburgh.

Le Canadien a en effet récolté des points dans trois matchs de suite – deux défaites en prolongation et une victoire –, avant de subir deux défaites relativement serrées. Le match contre les Penguins a suivi, puis la victoire de samedi contre les Predators.

« On se rapprochait », a résumé Ducharme.

Est-ce à dire que les conditions sont réunies pour, enfin, mettre des points en banque ?

« Oui, mais c’est juste ce qu’on va faire au cours des prochains matchs qui va le dire. »

Groupe soudé

Ce que les réjouissances de la fin de l’entraînement ont en outre révélé, c’est à quel point les joueurs du Canadien continuent de constituer un groupe soudé qui, malgré les défaites, n’a pas cédé au fatalisme.

« On veut tous renverser la tendance », a assuré Dvorak, qui parle en connaissance de cause. L’ancien des Coyotes de l’Arizona a raté les séries éliminatoires quatre fois au cours des cinq saisons qu’il a passées dans le désert.

« Ce n’est jamais une bonne chose de se morfondre et d’arriver à la patinoire la tête basse, a-t-il poursuivi. Il faut garder la tête haute, et le groupe, serré. »

« Les gens peuvent penser ce qu’ils veulent, mais tout le monde est proche dans ce vestiaire », a abondé Chris Wideman.

Au fait, quelle sera la conséquence que subira Drouin après avoir perdu le concours d’échappées ? « On a un petit quelque chose pour lui, a promis Wideman, espiègle. Vous allez voir ça mardi. »

L’entraînement est prévu à 10 h 30. La réponse ne devrait pas se faire désirer trop longtemps.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.