Migrants

+ 68 %

Augmentation des tentatives de traversée clandestine de la Manche par des migrants voulant rejoindre l'Angleterre à partir de la France pour les 6 premiers mois de 2022, comparés à 2021, répartie en 777 évènements de traversée et tentatives de traversée, souvent en bateaux pneumatiques, impliquant 20 132 candidats (AFP)

Inde

Au moins 26 morts de plus en raison de la mousson

Au moins 26 nouvelles personnes ont trouvé la mort en Inde dans des inondations provoquées par la mousson ou après avoir été frappées par la foudre, alors que des millions d’habitants sont touchés dans le pays et dans le Bangladesh voisin, ont annoncé lundi les autorités. Le week-end dernier, les autorités avaient déjà annoncé la mort d’au moins 59 personnes. Les inondations menacent régulièrement l’Inde et le Bangladesh. Selon les experts, les changements climatiques accroissent leur fréquence, leur gravité et leur soudaineté dans ces deux pays qui totalisent 1,6 milliard d’habitants. Dans l’État de Bihar, en Inde, quelque 5140 villages sont submergés et plus de 100 000 habitants se sont réfugiés dans des abris d’urgence. Ce même État avait connu en avril de fortes inondations qui avaient fait 44 victimes. Après quelques semaines de répit, le niveau de l’eau est remonté en juin, au début de la saison de la mousson. — Agence France-Presse

Israël

Bennett veut dissoudre le Parlement

Un an à peine après son arrivée au pouvoir, la coalition menée par le premier ministre d’Israël, Naftali Bennett, a surpris l’ensemble du pays lundi soir en annonçant son intention de dissoudre le Parlement pour provoquer un cinquième scrutin en moins de quatre ans. « Mon ami le ministre des Affaires étrangères et moi-même avons décidé ensemble de dissoudre le Parlement et de nous entendre sur une date pour la tenue de nouvelles élections », a déclaré dans un discours diffusé sur toutes les chaînes israéliennes le premier ministre aux côtés de Yaïr Lapid. L’accord de coalition Bennett-Lapid prévoyait aussi une rotation entre les deux hommes à la tête du gouvernement et le remplacement de M. Bennett par M. Lapid en cas de dissolution du Parlement. Si le projet de loi visant à dissoudre le Parlement est bien adopté par les députés, Yaïr Lapid deviendra ainsi premier ministre d’Israël jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement. — Agence France-Presse

États-Unis

Deux fusillades font au moins deux morts et onze blessés

À New York, une fusillade qui a éclaté dans la nuit de dimanche à lundi a fait au moins un mort et huit blessés dans le quartier de Harlem, a annoncé la police. Les policiers avaient été appelés vers 0 h 40 pour des coups de feu dans un sentier, où ils ont trouvé cinq blessés. Quatre autres personnes aussi blessées par balles se sont présentées par elles-mêmes pour obtenir des soins. Le décès d’un jeune homme de 21 ans a été constaté. L’enquête se poursuivait lundi. À Washington, un garçon de 15 ans a été abattu par balle et trois adultes, dont un policier, ont été blessés, après qu’un évènement musical sans autorisation a dégénéré en chaos dans un district de Columbia dimanche soir. Les réseaux sociaux avaient promu un évènement musical gratuit connu sous le nom de Moechella et plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées vers 18 h, soit quelques heures avant que l’évènement dégénère, a déclaré le chef de la police métropolitaine, Robert J. Contee III.

— Associated Press

Conflits dans la Corne de l’Afrique

La Chine offre sa médiation

La Chine a offert lundi sa médiation pour le règlement des « différends » dans la Corne de l’Afrique, en ouverture d’une conférence avec les pays de cette région, actuellement en proie aux conflits, où elle a de nombreux intérêts, a constaté un journaliste de l’AFP. La première conférence Chine-Corne de l’Afrique sur la sécurité, la gouvernance et le développement réunit jusqu’à ce mardi à Addis Abeba la Chine, représentée par son envoyé spécial pour la Corne de l’Afrique, Xue Bing, l’Éthiopie, Djibouti, le Kenya, la Somalie, le Soudan, le Soudan du Sud et l’Ouganda, représentés par un ministre ou un ambassadeur. L’Érythrée, invitée, n’était pas présente. « Je suis prêt à fournir une médiation aux règlements pacifiques des différends, sur la base de la volonté des pays de cette région », a déclaré Xue Bing. La Chine possède notamment à Djibouti un port et son unique base militaire en Afrique propre à sécuriser ses énormes intérêts économiques (transports, industrie, énergie…) dans la région. — Agence France-Presse

Le Liban menace d’expulser les réfugiés syriens

Le premier ministre libanais a affirmé lundi que son pays, plongé dans une crise économique sans précédent, allait expulser les réfugiés syriens de son territoire si la communauté internationale ne l’aidait pas à les rapatrier. Le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde. « Onze ans après le début de la crise syrienne, le Liban n’est plus en mesure de porter un tel fardeau », a averti Najib Mikati, en référence à la guerre en Syrie voisine qui a éclaté en 2011. « J’appelle la communauté internationale à coopérer avec le Liban pour rapatrier les déplacés syriens. Faute de quoi, le Liban prendra une décision qui n’est pas souhaitable pour les pays occidentaux, à savoir l’expulsion des Syriens du Liban », a-t-il averti, assurant que cela se ferait « de façon légale ». M. Mikati s’exprimait lors de la cérémonie de lancement du « Plan de réponse à la crise au Liban 2022-2023 », soutenu par les Nations unies, qui vise à fournir une aide humanitaire à 1,5 million de Libanais, au même nombre de réfugiés syriens et à plus de 200 000 réfugiés palestiniens. — Agence France-Presse

Mali

Plus de 130 civils tués par des djihadistes ce week-end

Le gouvernement a fait état lundi de 132 morts qu’il a imputés à la Katiba Macina du prédicateur peul Amadou Kouffa, affiliée à Al-Qaïda. Le chef de la junte au pouvoir depuis août 2020, le colonel Assimi Goïta, a décrété trois jours de deuil national. Nouhoum Togo, un élu de Bankass, principale localité du secteur, a fait état d’un nombre de victimes encore plus élevé. Il a indiqué que la zone avait été le théâtre il y a deux semaines d’opérations de l’armée qui avaient donné lieu à des accrochages avec les djihadistes. Ces derniers seraient revenus à plusieurs dizaines à moto, vendredi, selon lui, pour se venger contre les populations. « Ils sont arrivés et ont dit aux gens :  “vous n’êtes pas des musulmans” en langue peul, alors ils ont emmené les hommes, une centaine de personnes sont parties avec eux. À deux kilomètres de là, ils ont abattu les gens systématiquement », a-t-il affirmé. Depuis l’apparition en 2015 de la Katiba Macina dans le centre du Mali, la région est livrée aux exactions djihadistes, aux agissements des milices proclamées d’autodéfense et aux représailles intercommunautaires.

— Agence France-Presse

Irak

L’expulsion avortée d’un migrant kurde de l’Angleterre vers le Rwanda

« Par force » : Barham Hama Ali, un Kurde d’Irak, a raconté à l’AFP le départ avorté de l’avion qui devait, avec six autres migrants irréguliers et sur décision du gouvernement britannique, le transférer de l’Angleterre vers le Rwanda le 14 juin.

Barham Hama Ali a 25 ans et vient de Sayyed Sadiq, dans la région autonome du Kurdistan irakien. Comme des milliers de migrants kurdes, syriens ou afghans, il a pris le chemin du Royaume-Uni au printemps.

« La situation économique est mauvaise et le chômage endémique » au Kurdistan d’Irak, raconte M. Ali dans un entretien téléphonique en kurde avec l’AFP depuis un centre de rétention proche de Londres.

Son espoir aussi : fuir « les attaques des forces étrangères », turques, qui visent, selon Ankara, les combattants kurdes turcs du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le nord de l’Irak. Des civils sont parfois tués dans ces raids aériens.

Après être passé par la Turquie, il arrive en France, puis se rend au Royaume-Uni « en prenant beaucoup de risques ». « J’ai dépensé environ 15 000 $ [un peu plus de 19 000 $ CAN] pour mon voyage », dit-il.

Mais une fois arrivé, le 23 mai, les autorités britanniques l’emmènent « dans un camp ». « J’y suis resté deux jours, après quoi ils nous ont […] demandé de désigner un avocat pour parler de notre situation et de la question de l’asile avec lui », assure Barham Hama Ali.

Il dit avoir ensuite été transféré au centre de rétention des migrants de Colnbrook, près de l’aéroport londonien de Heathrow.

Le 3 juin, Barham Hama Ali dit avoir reçu « un billet pour le Rwanda ». Sans le vouloir, il faisait partie du premier contingent de migrants irréguliers que le gouvernement britannique de Boris Johnson comptait expulser vers ce pays d’Afrique de l’Est.

Expulsions bloquées

Arrive le 14 juin et l’avion est prêt à mettre le cap sur le Rwanda depuis une base militaire anglaise.

« Nous étions sept migrants, chacun de nous était escorté par quatre gardes. Ils nous ont mis dans l’avion par force, assure M. Ali. Nous étions choqués. »

« À part moi, il y avait un autre Kurde de Souleimaniyeh, deux Kurdes d’Iran, un Iranien, un Vietnamien et un Albanais », se remémore-t-il.

Or, une fois dans l’avion, « le voyage a été annulé et on nous a ramenés au camp », de Colnbrook, où il se trouve encore aujourd’hui.

Car, alors que l’avion spécialement affrété était prêt à décoller, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a bloqué les expulsions, laissant l’appareil cloué au sol.

Une semaine après sa mésaventure, Barham Hama Ali ignore quel va être son sort et « exige de rester en Grande-Bretagne ».

« Nous avons demandé l’asile au Royaume-Uni parce que nos vies n’étaient pas sûres, et maintenant, ils veulent nous transférer vers un pays déchiré par la guerre », se lamente-t-il.

« J’ai peur qu’ils finissent par décider de nous emmener au Rwanda. Cela signifie la mort pour nous », soupire-t-il.

La CEDH a estimé que la justice britannique devait examiner dans le détail la légalité du dispositif, ce qui est prévu en juillet, avant d’expulser des migrants.

Malgré la décision de la CEDH, le gouvernement britannique s’est dit déterminé à poursuivre la stratégie.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.