Nouvelle plateforme culinaire pour Radio-Canada

Le diffuseur public a lancé mardi sa nouvelle plateforme numérique, Mordu, qui se veut un carrefour de tous ses contenus liés à l’alimentation et, au passage, une célébration de son patrimoine culinaire.

Sur la page d’accueil, des extraits de l’émission L’épicerie côtoient des listes d’adresses gourmandes et une rubrique sur l’actualité culinaire. « Le but est de simplifier la vie des gens, en concentrant tous nos contenus gourmands à la même place », explique Maxime St-Pierre, directeur général des médias numériques à Radio-Canada.

La plateforme répertorie plus de 3000 recettes, des émissions de cuisine, des dossiers thématiques et des webséries exclusives. De la pionnière Jehane Benoît à Geneviève O’Gleman, en passant par sœur Angèle et Ricardo, Mordu retrace aussi l’histoire culinaire de Radio-Canada depuis les années 1950.

« L’alimentation a toujours fait partie de notre ADN. Nous avons un héritage culinaire très fort, mais on s’est rendu compte qu’on avait du contenu à gauche et à droite. On est donc allés chercher le meilleur de ce qu’on avait pour créer un seul rendez-vous. »

— Maxime St-Pierre, directeur général des médias numériques à Radio-Canada

Pour le professeur en marketing alimentaire à l’Université Concordia Jordan LeBel, cette nouvelle plateforme entre pile dans les cordes du diffuseur public.

« Radio-Canada a une mission de préservation, de documentation et de transmission du patrimoine culturel. Les connaissances culinaires en font partie. Il est important qu’on conserve notre savoir, nos façons de cuisiner. Ça fait partie de notre imaginaire collectif », explique-t-il.

Radio-Canada n’est d’ailleurs pas le premier diffuseur public à lancer sa plateforme culinaire. La BBC, au Royaume-Uni, et la radio publique américaine NPR développent aussi ce type de contenu.

« Le culinaire, ce n’est pas que les restaurants, ce n’est pas que les supermarchés, ça englobe tellement de choses. Les traditions, l’histoire, la politique, l’économie… c’est un sujet inépuisable ! Les diffuseurs publics ont tout à gagner à se lancer dans cette branche », poursuit l’expert.

Selon lui, Radio-Canada remplit aussi sa mission d’éducation en faisant appel à des partenaires pour alimenter sa plateforme, dont l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) et la Tablée des chefs.

Un défi difficile, mais pas impossible

Au premier coup d’œil, la plateforme Mordu est colorée, ludique. C’est la stratégie choisie par Maxime St-Pierre et son équipe pour se démarquer parmi l’offre de plus en plus compétitive : « On mise sur un visuel haut en couleur, avec une grande diversité. On espère aller rejoindre aussi les jeunes avec un ton plus humoristique. »

Pour Jordan LeBel, le défi est difficile, mais pas impossible : « Il y a tellement de concepts, tellement de genres autour de l’alimentation. On a l’impression que tout a déjà été fait ! Mais je pense qu’il y a encore une croissance possible et des parts de marché à aller chercher », réfléchit-il à voix haute.

« Dans l’histoire, les gens se tournent vers le réconfort et le divertissement quand les temps sont difficiles. Cuisiner est bon pour l’âme, surtout en temps de pandémie. » Un exemple ? La folie du pain maison de Ricardo, au printemps dernier. « On est tannés des mauvaises nouvelles. Continuellement, on a la preuve que les gens ont faim et soif pour ce genre de contenu. »

La plateforme de Radio-Canada propose déjà six nouvelles webséries, qui accueilleront notamment le chef Rémy Couture, de la pâtisserie Crémy, la youtubeuse Rosalie Lessard et l’humoriste Jérémie Larouche.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.