Biden rêve de « guérir les cancers une bonne fois pour toutes »

Le président des États-Unis, Joe Biden, pour qui ce sujet a une douloureuse dimension personnelle, a dit lundi son rêve de « guérir les cancers une bonne fois pour toutes », 60 ans exactement après un discours historique de John Fitzgerald Kennedy sur la conquête de la Lune.

« En Amérique, nous pensons que tout est possible », a-t-il dit dans un discours à la librairie consacrée au président assassiné, à Boston, après une introduction de la fille de ce dernier, Caroline Kennedy.

S’inspirant du discours prononcé par « JFK » il y a 60 ans jour pour jour, dans lequel il avait promis d’envoyer un homme sur la Lune, Joe Biden a dit vouloir « organiser et mesurer le meilleur de notre énergie et de nos talents pour mettre fin au cancer tel que nous le connaissons et même pour guérir les cancers une bonne fois pour toutes. »

« Le cancer […] se moque de savoir si vous êtes républicain ou démocrate. Battre le cancer est quelque chose que nous pouvons faire ensemble », a-t-il martelé.

« [JFK avait] créé un objectif national, susceptible de rassembler le peuple américain, et une cause commune. Et il a réussi. »

— Joe Biden

Le président américain veut d’ailleurs réduire la mortalité liée au cancer de 50 % en 25 ans. Il s’agit, a-t-il dit, de « faire en sorte que de plus en plus, le cancer ne soit pas une condamnation à mort mais une maladie chronique avec laquelle les gens peuvent vivre. »

Cette offensive de l’exécutif américain a plusieurs facettes. Elle porte par exemple autant sur le coût parfois exorbitant des traitements que sur la détection et le traitement des cancers, avec l’exploration de tests sanguins et de nouvelles thérapies.

« Quand ils reçoivent leur diagnostic, la première chose à laquelle beaucoup de gens pensent, c’est ‘‘Comment je vais payer les soins ? Est-ce qu’il faut vendre la maison ? Arrêter de payer les mensualités pour la voiture ? Est-ce que nous pourrons payer les études des enfants ?’’ », a dit le président américain.  

La Maison-Blanche a rappelé avoir limité à 2000 $ par an le montant que doivent payer de leur poche de nombreux citoyens américains, bénéficiaires du programme Medicare, le système d’assurance santé américain auquel ont notamment accès les plus de 65 ans.  

Or, souligne-t-elle, il arrive jusqu’ici que certains patients doivent débourser des milliers de dollars chaque année pour traiter un cancer de la prostate ou du sein.

Dépistage sanguin

L’autre grande ambition du gouvernement américain porte sur le dépistage et le développement de nouveaux traitements.

Les États-Unis ont lancé un test à grande échelle – d’abord auprès de 24 000 personnes, avec l’objectif de l’étendre à 225 000 personnes – pour identifier des tests qui seraient capables de détecter un ou plusieurs cancers seulement à partir d’une prise de sang. Joe Biden a aussi évoqué la possibilité de développer des vaccins et de trouver des traitements moins lourds.

« Imaginez, plutôt qu’une chimiothérapie éprouvante, une simple prise de sang, ou alors un cachet acheté à la pharmacie du coin plutôt que des traitements invasifs et de longs séjours à l’hôpital. »

— Joe Biden

JFK avait clamé, le 12 septembre 1962 : « Nous choisissons d’aller sur la Lune », en fixant pour objectif d’y faire marcher des hommes avant la fin de la décennie.

L’objectif avait été tenu, puisque le 21 juillet 1969, Neil Armstrong a posé le pied sur la Lune.

La lutte contre le cancer est un objectif politique mais aussi un combat intime pour le président américain, dont le fils aîné, Beau Biden, a été emporté par un cancer du cerveau en 2015, à l’âge de 46 ans.

Les États-Unis mènent par ailleurs un programme de retour vers la Lune, Artemis. La première étape consiste à tester sans équipage une nouvelle fusée géante de la NASA. La NASA a tenté deux fois de faire décoller l’engin, avant de renoncer pour des raisons techniques.  

La méga-fusée subit désormais des réparations, et une nouvelle tentative pourrait avoir lieu le 23 ou le 27 septembre.

Documents saisis chez Trump

Le département de la Justice accepte un expert de Trump

Le département américain de la Justice a annoncé lundi accepter la possible nomination de l’un des juges proposés par Donald Trump pour passer en revue les documents saisis le 8 août au domicile de l’ancien président. Cette nomination, que le département tentait d’éviter, survient une semaine après qu’une juge fédérale, Aileen Cannon, a ordonné qu’un expert indépendant soit nommé. Vendredi, l’équipe juridique de l’ex-président américain et le département de la Justice avaient chacun soumis à la juge Cannon les noms de deux candidats pour le poste. Le département a fini par accepter la candidature du juge proposé par l’équipe Trump, Raymond Dearie, du district est de New York, en plus de ses propres candidats. C’est maintenant à la juge Cannon de dire si elle choisit Raymond Dearie, 78 ans, pour cette affaire. La décision de la juge Cannon de nommer un expert indépendant interdit temporairement aux enquêteurs fédéraux d’utiliser les documents saisis dans le cadre de leur enquête pénale. Parmi les textes collectés lors de l’opération policière figurent 18 documents classés « top secret », plus de 50 « secrets » et 31 « confidentiels ». — Agence France-Presse

Oregon

Un incendie de forêt non maîtrisé prend de l’ampleur

Un immense incendie de forêt non maîtrisé se propageait lundi dans l’Oregon, forçant l’évacuation de centaines de résidants, ont rapporté les autorités locales. Près de 35 000 hectares ont été détruits par cet incendie, baptisé « Cedar Creek Fire », qui a quadruplé de volume en quatre jours et s’étend sur deux comtés du centre de l’Oregon, à l’est de la ville d’Eugene, selon le Groupe national de coordination des incendies de forêt (NWCG). Plus de 2000 habitations et 400 bâtiments commerciaux sont menacés par les flammes. Des centaines d’habitants ont déjà reçu l’ordre d’évacuer et les autorités ont prévenu des milliers d’autres de se préparer à les suivre. Une fumée dense a enveloppé la région, altérant la qualité de l’air, selon le NWCG. Le « Cedar Creek Fire » a progressé à cause des conditions météorologiques de la semaine dernière combinant des vents venus de l’est, des températures élevées et une sécheresse. Huit hélicoptères et plus de 1000 pompiers tentaient lundi de contenir l’incendie, qui s’est déclaré le 1er août. Plus de 90 incendies sont actifs dans huit États de l’ouest des États-Unis.

— Agence France-Presse

15 000

Quelque 15 000 infirmières et infirmiers travaillant dans 16 hôpitaux du Minnesota et du Wisconsin, dans le nord des États-Unis, ont entrepris lundi une grève de trois jours afin de réclamer de meilleures conditions de travail. Il s’agit de la plus importante grève d’infirmières du secteur privé jamais organisée dans le pays, affirme l’Association des infirmières du Minnesota (MNA), qui organise le mouvement. Les hôpitaux ont prévu de continuer à assurer les soins, avec de possibles perturbations. Les deux parties négocient depuis plus de cinq mois sans parvenir à un accord. « À l’heure actuelle, dans le Minnesota, les infirmières sont surchargées de travail, les hôpitaux manquent de personnel et les patients sont surfacturés », déplore la MNA dans un communiqué. Le syndicat affirme vouloir chercher des solutions aux problèmes de manque de personnel alors que les responsables des hôpitaux veulent uniquement se concentrer sur les salaires. — Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.