Greg Norman, un empire à son image

En plus d’avoir été le golfeur le plus prolifique des années 1980 et 1990, l’Australien Greg Norman a été l’un des rares athlètes à comprendre rapidement le monde des commandites et à contrôler les effets d’une image de marque. Bref, un homme qui a su tracer son propre chemin. Portrait de l’empire du Grand requin blanc.

Débuts prometteurs

Dès son introduction dans le monde du golf, à l’âge de 15 ans, on aperçoit rapidement la fougue et la détermination du jeune Australien. Lors de sa toute première partie de 18 trous, Norman joue 108. Dix-huit mois plus tard, il joue la normale régulièrement. À première vue, il n’y a qu’une seule combinaison possible : talent naturel et volonté.

Par contre, de son propre aveu plusieurs années plus tard, il croit fermement qu’il s’agit plutôt de la peur d’échouer qui explique cette combativité qui l’habite depuis toujours. « J’étais têtu et je voulais prouver à tout le monde, incluant mon père, que j’avais raison, parce qu’il y avait énormément de doutes dans mon entourage », a-t-il confié lors d’une entrevue télévisée, en 2015.

Sept ans après avoir touché à un bâton de golf pour la première fois, il remporte une première victoire sur le Circuit Européen. Une carrière était lancée !

En 1981, Norman participe au Tournoi des Maîtres pour la toute première fois et occupe la tête du classement après la première journée. Sur place, les médias se demandaient ‘Mais qui est ce golfeur australien aux cheveux blonds et au style de jeu aussi agressif ?’

Le lendemain matin, l’un des titres dans les journaux était ‘Great White Shark to win the Masters’ (Le Grand requin blanc remportera le Masters). Voilà ! Le surnom lui était attribué.

Au cours des années 1980, Norman a cumulé plus d’une quarantaine de victoires professionnelles sur les différents circuits mondiaux, devenant ainsi une véritable icône planétaire. En 1987, sa passion pour le golf l’amène à démarrer son entreprise d’architecture de parcours de golf. On compte, aujourd’hui, 106 parcours qui portent la griffe, ou plutôt, la « dent » de l’Australien.

Miser sur soi

Le talent, le charisme et l’image de marque sont des impondérables pour bâtir un empire dans le monde du sport et Norman l’a rapidement compris. Sa carrière du côté des affaires a réellement pris forme lorsqu’il a décidé de ne pas renouveler son entente avec l’agence mondiale IMG, qui le représentait à l’époque.

« Avec mes performances sur les parcours, j’ai rapidement réalisé que j’aidais à bonifier l’image de marque des autres, et non la mienne. C’est tout à fait normal, car un athlète reçoit de l’argent pour porter ou jouer avec certains produits et le tout est quantifié selon le nombre de secondes ou de minutes qu’il apparait à l’écran. Il s’agit uniquement d’un retour monétaire pour l’athlète et je n’étais pas en accord avec ça », a-t-il raconté lors d’une entrevue télévisée.

Le raisonnement était simple, mais ô combien novateur à l’époque : si vous êtes la personne qui amplifiez la notoriété d’un produit, vous voulez posséder ce produit ! Le tennisman français, René Lacoste, a été le précurseur de cette idéologie.

En 1992, Greg Norman s’associe donc avec la compagnie Reebok et lance sa propre ligne de vêtements. Également au début des années 1990, il décide d’investir près de deux millions de dollars dans la compagnie Cobra. Norman s’est assuré que son investissement soit entièrement dédié à la recherche et au développement des fers surdimensionnés de l’époque.

Cinq ans plus tard, Fortune Brands achète Cobra et le golfeur australien se voit remettre la somme de 40 millions de dollars. Voilà un excellent coup de pouce pour diversifier les avoirs du Grand requin blanc.

Une notoriété grâce à l’humilité

La diversification des avoirs de Greg Norman est l’une des nombreuses raisons qui expliquent ses succès financiers. Par contre, selon le principal intéressé, son image de marque n’aurait pas autant de valeur s’il n’avait pas aussi bien géré ses nombreuses défaites cruelles sur les parcours. « La victoire est gratifiante, mais la façon de se comporter lors d’une défaite en dit beaucoup sur la personne », a-t-il répété de nombreuses fois.

D’ailleurs, la grande majorité des amateurs se remémorent plus facilement les déboires de Norman sur les parcours plutôt que ses exploits. Sa défaite lors du Tournoi des Maîtres de 1996 est assurément l’exemple le plus populaire. Et que dire du coup d’approche miraculeux de Larry Mize en prolongation, en 1987, sur ce même parcours ? Greg Norman en avait été la malheureuse victime.

Est-ce que vous vous souvenez de Robert Gamez, en 1990, lorsqu’il a logé son deuxième coup directement au fond de la coupe sur le dernier trou lors de l’Invitation Arnold Palmer ? L’une des victimes principales était, bien entendu, Norman.

Les expériences crève-cœur sont nombreuses, mais elles n’ont pas empêché l’Australien de continuer à se battre férocement sur les parcours. Sa détermination lui a permis de trôner au sommet du classement mondial pendant un total de 331 semaines.

La première fois est survenue au mois de septembre 1986, et il a dû délaisser ce trône pour la toute dernière fois – et ne jamais y retourner – au mois de janvier 1998. L’arrivée d’un certain Tiger Woods assurait ainsi la relève au sommet de l’échiquier mondial.

Greg Norman est l’un des trois seuls golfeurs à avoir maintenu la position de numéro un au classement mondial pendant une année complète. Il a réalisé ce fait d’armes en 1996. Les deux autres golfeurs sont Nick Faldo et Woods.

Un plan de 200 ans

À une certaine époque, les entreprises GWS (Great White Shark) représentaient 12 entités allant de l’immobilier aux vignobles, en passant par les fonds d’investissement. Greg Norman et ses entreprises ont évolué et plusieurs changements sont survenus au cours des dernières années. En 2016, les entreprises Great White Shark sont renommées et se regroupent dorénavant sous la compagnie Greg Norman.

Par la même occasion, le principal intéressé redéfinit la notion de plan à long terme.

« J’ai tenu une réunion de planification stratégique et j’ai donné à mon équipe un plan de 12 ans et un plan de 200 ans. Ils m’ont tous regardé comme si j’étais devenu fou, mais je leur ai dit qu’il fallait avoir une vision à long terme. »

« C’est ce qui rend l’entreprise générationnelle. Je pense que mon entreprise n’a atteint que 20 % de son potentiel », a-t-il déclaré lors d’une entrevue pour le magazine Family Business.

La famille reconnaît que l’avenir de la compagnie dépend de la reconfiguration de la marque, si elle souhaite perdurer au-delà de la renommée de Greg Norman. « Nous avons de la chance d’avoir Greg pour représenter et diriger l’entreprise maintenant, mais dans 50 ans, il ne sera plus là. Nous devons donc commencer à planifier ça », a déclaré sa fille, Morgan.

Elle est convaincue qu’un plan à très long terme peut être élaboré. « Mon père veut voir son héritage à travers moi, mon frère, mes enfants et même les enfants de mes enfants. Il pense que cette entreprise sera là pour longtemps, donc cette vision doit être développée aujourd’hui, » a-t-elle renchéri.

Sa richesse

Greg Norman n’est pas doué seulement qu’au golf. Cet homme qui a su créer un réel empire autour de son image de golfeur est également un passionné, un vrai. Il sait profiter de la vie cossue que son sens inné des affaires lui a permis de bâtir. Ses nombreuses propriétés et loisirs de luxe en témoignent allègrement… et pourquoi pas!

Biographie

Date de naissance : 10 février 1955

Lieu de naissance : Mount Isa, Queensland, Australie

Victoires professionnelles : 91

Victoires sur le PGA TOUR : 20

Victoires majeures : 2

Introduction au Temple de la renommée : 2001

Capitaine de l’équipe Internationale, Coupe des présidents : 2009, 2011

Une valeur de 400 millions

La compagnie Greg Norman possède des actifs dans les vêtements, l’architecture de parcours de golf, le vin, l’immobilier, le design intérieur, les fonds d’investissement, les parcs aquatiques, les GPS dans les voiturettes, les lunettes de soleil, la restauration, le bœuf Wagyu, plusieurs fondations ainsi que d’autres investissements mineurs dans différents secteurs d’activités. Selon le site celebritynetworth.com, en 2020, Greg Norman a une valeur nette de 400 millions de dollars américains.

Les vins du Requin

L’entreprise Greg Norman Estates a été fondée en 1996 par pure passion et propose maintenant plus de dix variétés de cépages provenant de l’Australie, la Nouvelle-Zélande ainsi que de l’État de la Californie aux États-Unis.

Au début du mois de juillet dernier, la famille Norman a annoncé l’introduction de nouveaux vignerons, de nouvelles appellations pour ce qui est de la Californie ainsi que d’un nouvel emballage pour ce qui est de leurs produits.

« Mon objectif a toujours été d’offrir un produit avec plus de qualité et de style comparativement au prix demandé, et je crois que cette année nous venons encore d’augmenter le niveau d’un cran », a indiqué Norman en conférence de presse.

Quelques avions

Le golfeur australien a possédé plusieurs avions au cours de sa carrière, mais il dispose présentement de deux appareils : un Gulfstream GV, ainsi qu’un Cessna Citation X. Si vous êtes intéressé par ce dernier, vous devrez débourser 23 millions de dollars américains pour une version neuve. Par contre, des Gulfstream GV sont à vendre sur le marché des avions usagés pour environ 10 millions.

Pour ce qui est des frais d’utilisation, il en coûte en moyenne 5 000 $ par heure de vol. Donc si vous êtes une personne occupée, avec de nombreux déplacements, prévoyez un budget d’un million de dollars afin de pouvoir vous balader avec ce type de transporteur.

L’hélico !

Pour des déplacements rapides et efficaces, Greg Norman pilote lui-même un hélicoptère de la famille Bell 407. Dès son jeune âge, piloter était une passion pour lui et ça continue de l’être malgré son horaire chargé. Même s’il a à sa charge trois pilotes à temps plein pour ce qui est de ses avions, il se réserve le siège du conducteur quand vient le temps de se déplacer en hélicoptère.

Plusieurs versions du modèle 407 ont été conçues depuis sa création, en 1996, et la valeur d’un tel « jouet » avoisine les trois millions de dollars américains. Ce transporteur peut loger confortablement six passagers.

« Aussie Rules »

L’un des jouets qui a fait le plus couler d’encre est sans contredit son yacht privé. Baptisé Aussie Rules, on rapporte qu’il aurait vendu son bateau en 2004 pour la modique somme de 77 millions de dollars. Les dimensions de ce château flottant, ainsi que ce qu’il contient sont tout simplement renversantes.

Faisant plus de 85 mètres de long, le Aussie Rules transporte sept autres bateaux afin de répondre aux besoins « côtiers » de ses passagers. Amateurs de coraux, retenez votre souffle ! De l’équipement de plongée est à la disposition d’une trentaine de personnes, en plus d’une chambre de décompression advenant le cas d’une plongée plus profonde.

Ranch à vendre

Nommée Seven Lakes Ranch, cette propriété de Greg Norman depuis maintenant 20 ans est à vendre pour la coquette somme de 40 millions de dollars. On parle ici d’un domaine dans la ville de Meeker, au Colorado, qui s’étale sur près de 50 kilomètres carrés.

La résidence au style rustique fait plus de 13 000 pieds carrés et possède huit chambres, deux bars, une salle de danse, un cinéma, ainsi que plusieurs patios afin de profiter de la vue bucolique.

Nul besoin de vous mentionner que la pêche, la chasse et l’équitation sont des activités de prédilection pour l’entourage de la famille Norman. Mentionnons que l’Australien a généreusement abaissé le prix demandé, puisqu’en 2019, ce ranch hors du commun était affiché au coût de 50 millions de dollars.

Saviez- vous que…

Greg Norman a appris à jouer au golf grâce à sa mère ainsi qu’au livre intitulé « Golf My Way », de Jack Nicklaus. Un golfeur qu’il a toujours idolâtré.

Son parcours préféré est le parcours composé du Club de golf Royal Melbourne.

En 1986, Greg Norman a été le meneur après 54 trous, lors des quatre tournois majeurs. Malheureusement pour l’Australien, il n’a soulevé qu’un seul trophée et c’était lors de l’Omnium britannique.

En 1992, Norman a remporté l’Omnium canadien sur les allées du parcours Glen Abbey en Ontario. Deux trous supplémentaires se sont avérés nécessaires pour avoir le meilleur de l’Américain, Bruce Lietzke.

Greg Norman a été le tout premier golfeur à récolter 10 millions de dollars en bourse. Après l’arrivée d’un certain Tiger Woods à la fin des années 1990, les bourses ont connu un bond exponentiel. C’est pourquoi Norman siège maintenant à l’extérieur du top 125 au classement historique des boursiers sur le circuit de la PGA. Woods est toujours au sommet avec des gains de plus de 120 millions de dollars.

Marié à trois occasions

De 1981 à 2007 : Laura Andrassy (Enfants : Morgan Leigh et Gregory Jr.)

De 2008 à 2009 : Chris Evert

Depuis 2010 : Kirsten Kutner

Un texte de Jean-Sébastien Légaré jslegare@ovationmedias.com

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.