Immobilier Le tour du propriétaire

Le temps de repartir, après une escale à Montréal

Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d'exception, offerte sur le marché de la revente

Baptiste Cabrera et Florian Schmitt aiment l’aventure. Ils ont quitté Paris, il y a 11 ans, et ont choisi sur un coup de tête de s’installer à Montréal.

Ils ont d’abord habité au centre-ville, près de la Place des Arts. Lorsqu’ils ont cherché à acheter une propriété, environ un an après leur arrivée, ils ont été attirés par Griffintown, en pleine effervescence, près du canal de Lachine. Au fil des ans, ils ont habité successivement dans la première, puis dans la dernière phase du même complexe : les Bassins du Havre.

« À Paris, on habitait dans le quartier de la Bibliothèque François-Mitterrand, qui était en pleine reconstruction à l’époque, explique Baptiste Cabrera. Alors quand on a entendu parler de Griffintown, un ancien quartier industriel en développement, on est allés faire une balade et cela nous a beaucoup plu. »

Coup de cœur

En 2012, le quartier était encore embryonnaire. Plusieurs projets étaient en cours. Le couple a visité le condo témoin de la première phase des Bassins du Havre, en bordure du canal de Lachine, et a été conquis. Réalisé conjointement par Prével et Rachel-Julien, le complexe était construit en visant la certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design). Les deux nouveaux Montréalais ont acheté un appartement sur plan dans la première phase, sans même avoir visité les bureaux des ventes des autres projets des environs.

« On a eu un coup de cœur. Le fait de vivre autour de l’eau, d’être entouré de bassins, de pouvoir marcher au bord du canal et de prendre nos vélos pour parcourir des kilomètres, tout ça nous a interpellés. »

— Baptiste Cabrera, copropriétaire

« Le fait que la certification LEED soit visée nous touchait aussi beaucoup parce que l’environnement est important pour nous », ajoute-t-il.

Ils ont emménagé en 2013. Ils avaient une vue sur les bassins d’eau, aménagés au sol pour rappeler les bassins d’antan, et voyaient un peu le canal. Ils se sont mis à rêver à une plus belle vue et, surtout, à une cuisine plus spacieuse.

« En 2018, notre condo avait cinq ans, explique le copropriétaire. On avait le goût d’avoir du neuf et d’améliorer certains aspects de notre appartement. On a refait le tour des projets dans les alentours, puis on a décidé de rester dans les Bassins du Havre, dans la quatrième phase. On est là aujourd’hui et cela a été une expérience extraordinaire.

« Le quartier est proche du centre-ville, mais assez loin pour y être tranquille. Beaucoup de gens qui vivent dans les Bassins du Havre habitaient en banlieue et ont décidé de revenir à Montréal quand leurs enfants sont partis de la maison. C’est assez calme. C’est cela aussi qu’on a adoré et qui nous a fait rester, plutôt que d’emménager dans un des endroits où c’est le party tous les soirs. C’est aussi un endroit très accueillant pour les animaux. »

La vue avant tout

Lorsqu’ils ont vu le plan du condo qu’ils ont par la suite acheté, tout doute qui subsistait s’est dissipé. « On adore cuisiner, indique M. Cabrera. C’était vraiment le rêve. On aurait pu sélectionner un condo avec trois chambres, mais on est tombés amoureux de celui-ci, notamment parce que c’est une unité de coin. On a de la lumière toute la journée et une vue sur le centre-ville, qu’on sait qu’on va perdre dans quelques années avec les constructions, mais cela valait le coup. Puis de l’autre côté, la vue ne sera jamais cachée parce qu’il y a un parc à chiens. On voit le canal de notre balcon, donc c’est vraiment appréciable. »

Ils ont pris possession de leur condo, qui comporte un vaste îlot au cœur d’un espace très ouvert, en 2019, juste avant la pandémie. Ils n’ont pas regretté la troisième chambre. « Florian travaillait déjà de la maison, puisqu’il est à son compte, et moi aussi, j’ai travaillé de la maison, pendant toute la durée de la pandémie, et je continue aujourd’hui. Même si on n’a qu’un bureau fermé, on a bien assez d’espace pour travailler tranquille. »

Le goût de s’installer ailleurs et de vivre de nouvelles aventures s’est de nouveau emparé d’eux. « Il y a certains pays d’Europe qu’on aimerait bien découvrir, la Scandinavie notamment », révèle Baptiste Cabrera. Ils provoquent donc le destin en mettant leur condo en vente. Ils verront ensuite où la vie les mènera.

La propriété en bref

Prix demandé

849 900 $

Année de construction

2019

Superficie

1090 pi2 (101 m2)

Évaluation municipale

675 100 $

Impôt foncier

5376 $

Taxe scolaire

661,67 $

Charges mensuelles de copropriété

435,67 $

L’appartement en copropriété se trouve dans la quatrième phase du complexe Les Bassins du Havre, dans Griffintown, dont chacun des immeubles a obtenu la certification LEED. Le condo de deux chambres et deux salles de bains est situé au sixième étage. Il possède sa propre thermopompe pour le chauffage et la climatisation, et un échangeur d’air.

Courtier immobilier

Frandy Cherestal, RE/MAX L’espace

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.