Militants d’extrême droite

« Plus organisés, plus violents »

Des dizaines d’hommes masqués membres d’un groupe suprémaciste blanc ont été arrêtés la semaine dernière près d’une manifestation de la fierté LGBTQ+ à Coeur d’Alene, en Idaho. « Ces groupes sont davantage prêts à utiliser la violence », note une experte.

31 arrestations

Le 10 juin, 31 membres masqués d’un groupe d’extrême droite ont été arrêtés à Coeur d’Alene, en Idaho. Selon la police locale, les membres en provenance de 11 États avaient convergé vers un même hôtel et étaient en train de monter dans la caisse d’un camion U-Haul lorsqu’ils ont été aperçus par un citoyen qui a appelé le 911. « Sur la base de l’équipement que les individus avaient et des documents qui ont été saisis sur eux, il est évident à nos yeux qu’ils étaient venus pour faire une émeute dans le centre-ville », a déclaré le chef de la police de Coeur d’Alene, Lee White, lors d’une conférence de presse. L’émeute coïncidait avec le défilé de la fierté LGBTQ+ qui avait lieu ce jour-là dans la ville de 50 000 habitants.

Émeute évitée à la dernière minute

Les individus étaient membres de Patriot Front, groupe suprémaciste blanc impliqué dans l’émeute mortelle survenue en 2017 à Charlottesville, en Virginie. En entrevue avec La Presse, Amy Cooter, sociologue et spécialiste des milices américaines, note que ces arrestations survenues en plein jour ne sont pas étonnantes. « Des groupes comme Patriot Front, qui ont des éléments nationalistes blancs et néonazis, considèrent la fierté LGBTQ+ et d’autres groupes minoritaires comme des “menaces” pour les Américains blancs hétérosexuels, et leur objectif est d’utiliser la violence pour tenter de “corriger” la situation. »

Effort renouvelé

Mme Cooter note que les communautés LGBTQ+ sont depuis longtemps persécutées, ayant été visés notamment durant l’holocauste. « Donc, ce n’est pas nouveau, mais il y a un effort renouvelé pour viser ces groupes en utilisant les réseaux sociaux pour se coordonner. »

« Dans leurs discussions, les suprémacistes blancs utilisent la peur pour légitimer les réactions violentes à l’endroit des groupes marginalisés. »

— Amy Cooter, sociologue et spécialiste des milices américaines

« C’est conforme à ce que nous avions prévu depuis un bon moment : il y a eu d’autres arrestations de la sorte depuis un an et demi aux États-Unis, et je ne m’attends pas à ce que cela cesse dans un avenir rapproché », ajoute-t-elle.

Pourquoi l’Idaho ?

Pourquoi les militants ont-ils visé l’Idaho ? Plusieurs observateurs font un lien entre cet évènement et de nouvelles lois visant les enfants trans et limitant l’accès à l’avortement récemment votées dans l’État, a noté Mike Satz, directeur d’Idaho 97 Project, groupe qui milite contre l’extrémisme. « Les dirigeants de l’Idaho n’en font pas assez pour s’assurer qu’un groupe comme Patriot Front ne se sente pas le bienvenu ici. En fait, certains de nos dirigeants semblent encourager ces groupes par leurs déclarations, leur conduite et leurs associations. Nos dirigeants civils, politiques, commerciaux et religieux doivent condamner la haine que nous voyons se répandre dans notre État », a-t-il dit dans une déclaration.

Le Parti républicain du Texas adopte l’homophobie

La marginalisation des personnes des communautés LGBTQ+ et l’adoption d’autres positions d’extrême droite sont de plus en plus affichées au grand jour dans la sphère politique américaine. Cette semaine, le Parti républicain du Texas a adopté officiellement une plateforme dans laquelle l’homosexualité est qualifiée de « choix de vie anormal » et un rejet des protections offertes aux personnes trans ou homosexuelles. Selon l’organisation non gouvernementale Anti-Defamation League, les évènements d’intimidation et de harcèlement sont en forte hausse ce mois-ci, mois de la fierté LGBTQ+.

Conséquences minimes

Amy Cooter note que des accusations de délit mineur ont été déposées contre les 31 membres du groupe Patriot Front, ce qui ne fait rien pour décourager d’autres militants de tenter la même chose. « Peut-être que d’autres accusations seront déposées, mais si tout ce qu’on fait, c’est leur imposer une amende, ce n’est pas dissuasif, explique-t-elle. En ligne, de nombreux extrémistes font des blagues à ce sujet et disent qu’ils n’ont rien à perdre parce que les conséquences sont minimes, alors lancer ce genre d’action en vaut la peine. Et c’est vrai même dans les cas où l’objectif de violence n’est pas atteint, car ça leur donne de l’importance, de la visibilité, et les gens savent qu’ils existent. On voit que ces groupes sont bien mieux organisés et davantage prêts à utiliser la violence. »

Sondage

La confiance des Canadiens en Biden s’effrite

Un nouveau sondage laisse croire que les Canadiens sont de plus en plus optimistes à l’égard des États-Unis en tant que partenaire mondial fiable, mais que leur confiance en l’homme qui dirige actuellement le pays est en recul. Les résultats du sondage du Pew Research Center, publiés mercredi, indiquent que 61 % des répondants canadiens ont déclaré qu’ils faisaient confiance au président Joe Biden pour faire ce qu’il fallait sur la scène mondiale. Il s’agit d’une baisse de 16 points de pourcentage par rapport à 2021. Parallèlement, 84 % des Canadiens interrogés ont indiqué qu’ils considéraient les États-Unis comme un partenaire assez ou très fiable, une augmentation de 16 points par rapport à l’année précédente. Ceux qui considèrent les États-Unis comme « très fiables » passent de 11 % en 2021 à 21 % cette année. Ces résultats sont globalement conformes aux conclusions du centre Pew dans d’autres pays du monde et reflètent probablement un certain sentiment de soulagement après le départ de Donald Trump de la Maison-Blanche, a expliqué le directeur de la recherche sur les attitudes mondiales chez Pew, Richard Wike.

— La Presse Canadienne

Lutte contre le tabagisme

La FDA veut interdire les cigarettes électroniques de Juul Labs

L’agence américaine responsable de la santé (FDA) veut interdire la vente aux États-Unis des cigarettes électroniques de la marque Juul Labs, a affirmé mercredi le Wall Street Journal. Une décision ordonnant à la société de retirer ses produits du marché pourrait être annoncée dès mercredi, ajoute le quotidien économique, citant des sources proches du dossier. La société Juul a connu un succès phénoménal à la fin des années 2010 avec ses vapoteuses en forme de clés USB et ses recharges de nicotine aromatisées. L’entreprise a aussi été accusée d’avoir largement participé à la montée en flèche du vapotage chez les adolescents. Face aux pressions des autorités, Juul Labs a déjà suspendu en 2019 les ventes de recharges aromatisées, prisées des jeunes, et s’est engagée à revoir sa stratégie marketing. La FDA a été chargée de passer en revue les produits de vapotage afin de s’assurer que le bénéfice tiré par les adultes (notamment pour les aider à arrêter de fumer des cigarettes traditionnelles) était plus important que les risques posés pour les plus jeunes.

— Agence France-Presse

Le parc de Yellowstone rouvre après les inondations

Des centaines de voitures et de véhicules récréatifs faisaient la queue, mercredi, aux entrées du parc national de Yellowstone, qui rouvrait partiellement après des inondations qui ont redessiné ses rivières et canyons, emporté plusieurs routes et rendu inaccessibles certains de ses animaux les plus célèbres. Trois des cinq entrées du parc se sont ouvertes pour la première fois depuis le 13 juin, quand des rivières du Wyoming et du Montana gonflées par des pluies diluviennes et la fonte printanière du manteau neigeux avaient chassé quelque 10 000 visiteurs du site. Certaines des principales attractions du plus vieux parc national des États-Unis pourront de nouveau être visitées, notamment Old Faithful – le geyser légendaire qui crache des panaches d’eau brûlante avec une régularité presque métronomique une dizaine de fois par jour. Les ours, les loups et les bisons de la vallée sauvage de Lamar demeurent hors de portée. La portion nord du parc sera fermée au moins jusqu’au début du mois de juillet.

— Associated Press

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.