COVID-19

79 victimes de plus au Québec

La COVID-19 a fait 79 nouvelles victimes au Québec, portant le total des morts à 3562 en date du 17 mai.

Dans la province, le nombre de nouveaux cas était en hausse de 737, pour un total de 42 920 cas depuis le début de la pandémie. Ce nombre inclut toutefois les morts et les guérisons. On dénombre en fait 27 242 cas encore actifs au Québec.

Le nombre de nouvelles victimes semble donc continuer de se stabiliser : on en dénombrait 82 de plus samedi, et 50 de plus vendredi.

Trois personnes de plus ont dû être hospitalisées, selon les données diffusées dimanche, pour un total de 1766. Parmi ces personnes, 183 sont soignées aux soins intensifs, soit 4 de plus en 24 heures. En outre, quelque 3300 personnes étaient sous investigation.

La grande région métropolitaine demeure fortement touchée par la pandémie. On compte 21 715 cas à Montréal, 5325 en Montérégie, 4676 à Laval, 3359 dans Lanaudière et 2259 dans les Laurentides.

On signale par ailleurs 1738 cas en Mauricie–Centre-du-Québec, 1226 dans la Capitale-Nationale, 917 en Estrie, 395 en Outaouais, 311 au Saguenay–Lac-Saint-Jean et 174 en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Au Canada, en date du 17 mai, près de 1,3 million de tests avaient été administrés. Environ 6 % d’entre eux ont détecté la maladie.

Jusqu’à maintenant, on a recensé 77 002 cas confirmés ou probables dans l’ensemble du pays. La COVID-19 a provoqué la mort de 5782 Canadiens.

« sous contrôle » à Laval

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a voulu se montrer rassurant, dimanche, au sujet de la situation sanitaire à Laval, l’une des villes les plus durement touchées par la pandémie de COVID-19, après Montréal.

« Les éclosions dans la région de Laval ont été contrôlées. Malgré le fort taux de positivité et le fort taux de décès, qui se compare à la région de Montréal, on est quand même dans une situation sous contrôle », a déclaré le ministre en conférence de presse dans le stationnement du Centre jeunesse de Laval, sur le boulevard Cartier.

Selon les données brutes publiées samedi par l’Institut national de santé publique du Québec, Laval présente un taux de 1038 cas par 100 000 habitants, qui est légèrement supérieur à celui de l’île de Montréal. On y compte aussi 448 morts depuis le début de la crise.

Le ministre Carmant a notamment soutenu que la création de zones tampons avait permis de libérer des hôpitaux.

DPJ : « resserrer le filet social »

M. Carmant a aussi fait part de sa rencontre avec la directrice de la protection de la jeunesse de Laval, Sonia Mailloux, qui avait, selon lui, des nouvelles encourageantes.

M. Carmant a rappelé que les services de la DPJ avaient été réorganisés à l’arrivée de la pandémie de COVID-19, « pour resserrer le filet social » autour des enfants. La stratégie a porté ses fruits, a-t-il assuré.

« Au début de la pandémie, on avait fait une réorganisation des services. On avait délesté certains services de première ligne. On avait renforcé la protection de la jeunesse. On avait resserré notre filet social et je suis très heureux de dire qu’actuellement, il n’y a pas d’enfants en liste d’attente à la protection de la jeunesse à Laval et dans la grande majorité du Québec également. »

Le ministre a toutefois passé sous silence le fait que le nombre de signalements à la DPJ a considérablement baissé depuis que les gens sont confinés à la maison.

Par ailleurs, M. Carmant a expliqué avoir été plutôt absent de la scène publique dernièrement parce qu’il a été en confinement deux fois plutôt qu’une. D’abord, parce qu’il habite « dans une zone chaude de la ville de Montréal » où sa femme travaille dans un centre désigné, puis plus récemment après avoir travaillé lui-même en CHSLD.

— Avec La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.