québec

la deuxième vague a fait plus de 1000 morts

Le Québec a franchi vendredi la barre des 1000 morts depuis le début de la deuxième vague de COVID-19, 79 jours après son début. Ce triste seuil a de plus été atteint alors qu’une récente hausse des hospitalisations fait craindre un débordement dans certains hôpitaux hors du Grand Montréal.

Le bilan québécois dévoilé vendredi fait état de 1259 cas confirmés supplémentaires, ainsi que 30 morts. Si le nombre de cas rapportés dans cette deuxième vague est plus élevé qu’au printemps, le nombre de morts quotidiens demeure nettement moins élevé. En comparaison, le cap des 1000 décès avait été franchi en 31 jours durant la première vague, qui a fait tout près de 5800 victimes au total.

Autre différence, la vague printanière avait connu une croissance soutenue des décès pendant 44 jours avant d’atteindre son sommet, le 29 avril, avec 152 décès enregistrées en une journée. Puis, les morts avaient entrepris une lente diminution. Il avait fallu attendre 82 jours avant de connaître une première journée sans décès, soit le 20 juillet.

Plus de régions touchées

Alors que la première vague s’était concentrée dans la région de Montréal, la deuxième a déferlé sur pratiquement toute la province. Depuis le 1er septembre, c’est en Montérégie que l’on déplore le plus de décès, soit 210. Durement touchée, la Capitale-Nationale en a quant à elle rapporté 204. C’est davantage que durant la première vague dans cette région.

Épicentre de la première vague avec tout près de 3500 morts, Montréal a été moins touchée cet automne. L’île déplore 118 décès depuis la rentrée.

C’est à nouveau dans les CHSLD que l’on déplore le plus de décès depuis le début de la deuxième vague. En effet, au moins 408 personnes ayant succombé au nouveau coronavirus y résidaient, soit 43 %. Cela reste néanmoins nettement moins élevé que durant la première vague, quand un peu plus de 3900 résidants de ces établissements avaient succombé à la COVID-19.

Des hôpitaux à risque

La forte croissance des cas de COVID-19 dans plusieurs régions risque de mettre à mal le réseau de la santé. Québec prévoit désormais que la capacité de certains hôpitaux hors du Grand Montréal pourrait être dépassée d’ici un mois.

L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) a mis à jour vendredi ses projections sur l’état du réseau de la santé de la province. Alors que la situation semblait sous contrôle la semaine dernière, l’organisation sonne désormais l’alarme face à la hausse des cas de COVID-19.

Le Québec ayant enregistré près de 9000 nouveaux cas en une semaine, l’Institut évalue que 433 d’entre eux présentent un risque élevé d’hospitalisation, soit une hausse de 27 %. L’INESSS note une hausse de 14 % des cas chez les 80 ans et plus, un groupe particulièrement à risque. Une hausse de 9 % chez les gens présentant une forte comorbidité a aussi été observée.

« L’augmentation des hospitalisations projetées s’expliquerait notamment par les éclosions dans certains milieux de vie hébergeant des personnes âgées »

— L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux

Hors du Grand Montréal, « les données montrent que le risque de dépassement des capacités hospitalières dédiées de lits réguliers ne peut être exclu », en vient à prévenir l’INESSS. À l’inverse, dans la région métropolitaine, « nous ne prévoyons pas de dépassement des capacités hospitalières dédiées au cours du prochain mois ».

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, lance un appel au respect des mesures sanitaires. « Bien que la situation ait été assez stable au cours des dernières semaines, des risques de plus en plus élevés de dépassement des capacités hospitalières commencent à se profiler, tout particulièrement dans certaines régions hors de Montréal. Avec les Fêtes qui s’en viennent, il demeure crucial de se montrer encore plus disciplinés, et de tout faire pour protéger davantage les personnes les plus vulnérables. La situation demeure sous contrôle, mais notre marge de manœuvre s’amincit, et c’est pourquoi j’invite l’ensemble de la population à redoubler d’efforts pour les prochaines semaines. »

— Avec la collaboration de Thomas de Lorimier, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.