Bande dessinée

Ce que La Presse en pense

MIND MGMT, T3 : Savoirs opératifs

Matt Kindt

Monsieur Toussaint Louverture éditeur, 344 pages

4 étoiles

Une saga paranormale signée Matt Kindt

Avec Matt Kindt, il ne faut pas se fier aux apparences. Sous un dessin aux allures brouillonnes se cache un des bédéistes américains les plus redoutables du moment. À preuve : les trois pavés qui composent l’excellente saga d’espionnage MIND MGMT, enfin offerts en version française.

On y découvre la Mind Management, une organisation dissoute depuis des années qui regroupait des agents aux facultés psychiques capables de manipuler la mémoire des autres ou de prédire l’avenir. Entre eux, c’est la fracture : certains voudraient voir l’agence renaître, d’autres pas.

Ce psychothriller paranoïaque constitue un véritable tour de force narratif : au total des trois tomes, c’est 1000 pages addictives à souhait que propose Matt Kindt. Le lecteur devra s’accrocher : les rebondissements sont nombreux et les motivations de chacun semblent sans cesse fluctuer… Comme si ce n’était pas assez, le bédéiste aime brouiller les pistes et multiplier les mises en abyme, un peu à la manière du cinéaste Christopher Nolan. Et le tome 3 ne fait pas exception…

Une question nous hante une fois le livre refermé : savons-nous vraiment qui nous sommes ?

Oleg

Frederik Peeters

Atrabile, 184 pages

Trois étoiles et demie

Un bédéiste en panne d’inspiration

Après avoir conquis les lecteurs avec Pilules bleues, le Suisse Frederik Peeters renoue avec l’autobiographie. Enfin, presque, car il a choisi cette fois de se cacher (à peine) derrière un avatar : un auteur de BD d’âge mûr dont l’inspiration semble s’être tarie. Comme si « l’influx s’était perdu ». Comment se réinventer et éviter le piège de la redite, se demande Oleg… Et si la réponse était tout près ? Avec cet album tendre, Peeters offre une belle déclaration d’amour à son métier, mais surtout, à celles qui l’accompagnent : sa femme et sa fille. Les lecteurs assidus de Paul, le héros de Michel Rabagliati, seront ici en terre connue…

Ne m’oublie pas

Alix Garin

Le Lombard, 224 pages

Trois étoiles et demie

Sur la route avec mamie

« Par moments, j’ai l’impression que je perds la tête. » Clémence ne sait que trop bien que la mémoire de sa grand-mère, sa Mamycha, flanche de plus en plus. Dans la maison de retraite d’où la nonagénaire fugue à répétition, on a décidé de gaver la patiente récalcitrante de médicaments. Pour l’apaiser, disent-ils. Pour Clémence, c’est trop. Elle décide de kidnapper sa grand-mère et de l’emmener revoir une dernière fois la maison de son enfance, au bord de la mer. Pour les deux femmes, la route sera l’occasion de se retrouver, de revisiter le passé, mais aussi d’envisager l’avenir avec sérénité. Un premier album fort réussi de la bédéiste belge Alix Garin, dont le dessin lumineux et tout en douceurs sied bien à cette histoire touchante. Une lecture parfaite pour chasser la grisaille…

Rebecca & Lucie mènent l’enquête

Pascal Girard

La Pastèque, 52 pages

Deux étoiles et demie

Enquêter avec un bébé au dos

Rebecca en a plein les bras avec sa fille de 8 mois, Lucie. Et pourtant, lorsqu’un habitué du café du quartier, Eduardo Morales, disparaît, elle ne peut s’empêcher de s’interroger : et si cette disparition avait un lien avec la camionnette blanche qui était sous sa fenêtre l’autre nuit ? Le doute est installé et Lucie décide d’enquêter… Le bédéiste québécois Pascal Girard livre ici un sympathique album qui rend hommage au style policier bon enfant des romans d’antan. C’est aussi l’occasion d’arpenter avec Lucie et sa mère les rues du Mile End, qui semblent magnifiées par les aquarelles colorées du dessinateur. Une aventure légère comme une brise d’été.

Autres sorties

Les vieux fourneaux, T. 6 : L’oreille bouchée

À l’invitation de Mimille, notre savoureux trio de septuagénaires se retrouve en Guyane, là où « la nature est trop naturelle » (dixit Pierrot). Que ne ferait-on pas au nom de l’amitié ?

Lapano et Cauuet

Dargaud, 56 pages

Il faut flinguer Ramirez, Acte 2

L’étau se resserre autour de Jacques Ramirez, vendeur d’aspirateurs coincé malgré lui dans une aventure à la Tarantino, avec à ses trousses des méchants armés jusqu’aux dents…

Nicolas Pétrimaux

Glénat, 179 pages

Les nouvelles aventures de Lapinot, T. 5 : L’apocalypse joyeuse

Ce n’est pas parce qu’une météorite venue de Mars leur est tombée dessus que Lapinot et Richard vont changer : quête existentielle pour le premier, vannes douteuses pour le second…

Lewis Trondheim

L’Association, 48 pages

Thérapie de groupe, T. 2 : Ce qui se conçoit bien

Notre bédéiste, toujours en panne d’inspiration, convoque Boileau, Nietzsche, Baudelaire et Bosch. En vain. La crise reste profonde… mais l’humour n’est jamais loin.

Manu Larcenet

Dargaud, 56 pages

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.