Israël

Les gyms rouvrent aux détenteurs d’un « badge » pour les vaccinés

« C’est un plaisir de reprendre l’entraînement ! » Tenue de sport et muscles saillants, Tom John a foncé dimanche matin à sa salle de gym de Tel-Aviv, qui a rouvert ses portes aux personnes vaccinées contre la COVID-19.

L’État hébreu a rouvert dimanche les centres commerciaux et les commerces de rue pour l’ensemble de la population dans le cadre de son troisième déconfinement depuis le début de la pandémie.

« On espère que cette fois, c’est la bonne ! », a déclaré Mordehai Nazarian, 34 ans, qui a ouvert son magasin de chaussures Katalina, rue King George, à Tel-Aviv, après plusieurs mois de fermeture. « On attend que les gens arrivent, on ne demande qu’à les servir », a dit l’homme énergique, heureux de reprendre le travail.

Sur le trottoir d’en face, le grand magasin spécialisé dans la musique Haozen Hashlishit a aussi rouvert ses portes, pour le plus grand plaisir des amateurs de vinyles.

« Ça fait presque un an que je ne suis pas entré chez un disquaire, ça fait du bien, je ne recherche rien de particulier, c’est juste sympa de pouvoir chiner ici », a indiqué Itay Shimon, 32 ans, originaire de la ville proche de Ramat Gan.

Si des lieux sont ouverts à tous, d’autres sont réservés uniquement aux personnes munies d’un « badge vert », signifiant qu’elles ont reçu la seconde dose de vaccin depuis au moins une semaine ou qu’elles ont récupéré de la maladie.

Tom John s’est dûment enregistré avant de se présenter à sa salle de sport. Le trentenaire s’est connecté à l’application de sa salle et y a téléversé son « badge vert », l’attestation en ligne du ministère de la Santé prouvant dans son cas qu’il a bien reçu la seconde dose du vaccin Pfizer-BioNTech, a-t-il expliqué à l’AFP.

« On appuie ici pour télécharger l’attestation du badge vert, et après on peut rentrer quand on veut », a montré celui qui reprend l’entraînement en salle après des mois de pause.

« Tout le monde ici a un badge vert […], je me sens en sécurité, la salle de sport fait attention, ils nettoient les appareils, ce n’est pas plein comme d’habitude. Il y a peu de monde, mais je me sens bien et je suis content de reprendre », a-t-il dit en regardant la salle clairsemée.

Ora Davidovicz, 90 ans, trépignait d’impatience à l’entrée de la salle de sport située en plein cœur de la métropole israélienne.

« Ça fait presque un an que je ne suis pas allée à la piscine, je suis impatiente, je comptais les jours parce que j’adore nager », a-t-elle lancé.

« J’ai apporté une attestation comme quoi j’ai été vaccinée. […] Je n’ai plus qu’à enfiler mon maillot de bain et aller nager. »

Nétanyahou à la salle

Plus de 4,3 millions d’Israéliens (48 % de la population) ont reçu au moins une dose de vaccin, dont 2,9 millions (32 %) la seconde, dans le cadre d’un accord avec la société pharmaceutique Pfizer qui approvisionne rapidement le pays en échange de données médicales sur les effets de la vaccination.

Des données israéliennes publiées vendredi et samedi ont chiffré à 85 % l’efficacité de la première dose, de deux à quatre semaines après son inoculation, et montrent que le vaccin est efficace à plus de 95 % deux semaines après la seconde injection.

Jogging et t-shirt noirs, le premier ministre Benyamin Nétanyahou s’est rendu samedi soir dans une salle de sport de Petah Tikva, près de Tel-Aviv, invitant les millions d’Israéliens munis de la « carte verte » à se rendre dans les lieux ouverts pour les personnes vaccinées.

« Toute personne en possession de cette carte verte peut aller dans les salles de gym, les cinémas et prochainement les restaurants et les avions.  »

– Benyamin Nétanyahou, premier ministre israélien

En prenant en compte la durée d’inoculation de la seconde dose et les personnes ayant récupéré de la maladie, le ministère de la Santé chiffre à 3,2 millions le nombre d’Israéliens pouvant dès maintenant obtenir le laissez-passer, critiqué par une partie de la population qui y voit une forme de discrimination contre les non-vaccinés.

Après les salles de sport, les restaurants et les bars seront autorisés à rouvrir à partir du 7 mars, dans ce pays qui a atteint un pic de 10 000 cas par jour à la mi-janvier, mais qui est redescendu autour des 4000 nouveaux cas quotidiens.

Plus de 747 000 cas de COVID-19 ont officiellement été enregistrés en Israël, dont plus de 5500 morts, depuis le début de la pandémie.

Dans l’espoir, selon les autorités, de limiter la propagation de variants, le gouvernement a interdit fin janvier les vols internationaux depuis et vers Israël, sauf les cargos et quelques exceptions.

Les vols devaient reprendre lors du week-end, mais les autorités ont repoussé l’échéance au 6 mars.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.