Université McGill

Le campement propalestinien démantelé

Le dernier campement propalestinien au Québec n’est plus. Soixante-quinze jours après l’apparition des premières tentes, le campement de l’Université McGill a été démantelé mercredi par une firme de sécurité privée.

Ici, des bâches entassées au sol. Là, une chaise de camping renversée et une glacière abandonnée.

Il ne restait déjà plus grand-chose du campement propalestinien lorsqu’il s’est mis à pleuvoir des cordes en début d’après-midi, mercredi.

Les derniers manifestants avaient été escortés à l’extérieur peu avant, laissant la voie libre aux travailleurs embauchés par l’Université pour nettoyer le terrain.

C’est une firme de sécurité privée qui a reçu la tâche de démanteler le campement érigé il y a plus de dix semaines.

Dans un communiqué, le recteur de l’Université McGill, Deep Saini, a justifié son démantèlement par la « menace de plus en plus importante pour la santé et la sécurité » qu’il posait.

« Le démantèlement du campement marque une étape importante vers le retour à un climat sain sur le campus, un climat propice à l’enseignement, à l’apprentissage et à la recherche. »

— Deep Saini, recteur de l’Université McGill, dans un communiqué

L’Université semblait jusqu’alors avoir épuisé tous les moyens pour démanteler le campement. Encore la semaine dernière, elle avait demandé l’assistance de la police pour une énième fois, sans succès.

Les manifestants ont accusé mercredi l’administration d’avoir dépensé « des milliers de dollars » pour embaucher « leur propre service de sécurité pour agresser et expulser de force ses propres étudiants ».

« Ils ont fait tout ça au lieu de se désinvestir de fonds qui participent activement au génocide », a déclaré un représentant du campement en point de presse, mercredi après-midi.

Une rentrée « calme »

C’est donc dire que le dernier campement palestinien au Québec n’est plus.

Les campements restants au square Victoria et à l’Université Sherbrooke avaient été démantelés au cours des derniers jours.

En mêlée de presse, la ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry, s’est réjouie du dénouement de l’opération.

Elle a déclaré que la situation s’était envenimée au cours des dernières semaines, évoquant « des actes de vandalisme, des actes antisémites » qui, à son avis, « ont largement dépassé la liberté d’expression ».

Appelant à une rentrée « calme », elle a déploré la détérioration de l’atmosphère sur les campus, qui serait devenue « toxique ».

Haute surveillance policière

La pluie qui s’abattait sur Montréal n’a pas empêché plus d’une cinquantaine de personnes de manifester contre le démantèlement.

Sur place, plusieurs scandaient des slogans propalestiniens et entonnaient des chansons militantes.

Ghassan Boubez, médecin au CHUM rencontré sur place, s’est dit « fâché » que le camp ait été démantelé. « C’est d’une très grande tristesse », se désolait-il.

« Il y a une tuerie, un massacre. Qui va s’exprimer si les étudiants ne peuvent pas ? »

— Ghassan Boubez, médecin au CHUM

Zaina Karim se trouvait près du campement lorsque la trentaine de manifestants qui dormaient à l’intérieur ont été réveillés par des agents de sécurité.

« Il y en a qui ont refusé de partir, il y en a qui ont été escortés de force », a raconté l’étudiante d’origine palestinienne.

« Le mouvement ne finit pas avec les campements », a-t-elle plaidé, ajoutant que plus l’Université tente de « faire taire les étudiants, plus elle les motive à continuer ».

Les manifestants regrettent-ils d’avoir refusé la dernière offre de l’Université d’examiner ses placements dans des fabricants d’armes maintenant qu’ils ont perdu leur principal levier ?

« Il n’y avait rien de [concret] dans cette offre, alors non, ce n’est pas une perte », a rétorqué l’étudiante.

Plus d’une centaine d’agents du Service de police de la Ville de Montréal et de la Sûreté du Québec avaient été dépêchés sur place en cas de débordement.

Un jeune homme de 21 ans a été arrêté pour voie de fait sur un agent de sécurité. Somme toute, le démantèlement s’est déroulé dans le calme.

Un démantèlement « urgent »

L’administration de McGill avait embauché au préalable une firme chargée d’enquêter sur les activités se déroulant à l’intérieur du campement.

« Devant les constats de cette firme, l’Université a estimé qu’il était urgent de procéder au démantèlement », a indiqué le recteur, Deep Saini.

La présence de seringues et la vente de narcotiques sur les lieux étaient notamment citées. « C’est absolument ridicule », a répondu Zeyad Abisaab, coordonnateur de la section de Concordia de Solidarité pour les droits de l’homme palestiniens.

L’étudiant a reproché à l’Université de « vouloir faire mal paraître ses étudiants » en diffusant ces « mensonges. »

« McGill a utilisé des photos de seringues de l’extérieur […] et a prétendu qu’elles étaient à l’intérieur du camp », a soutenu un autre représentant du mouvement étudiant.

Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes a salué le fait que l’Université McGill prenne des mesures pour « donner la priorité à la sécurité et au bien-être de sa communauté universitaire, et pour mettre fin à la toxicité, à la glorification haineuse du terrorisme et au ciblage des étudiants juifs sur le campus ».

« Depuis des mois, nous dénonçons l’antisémitisme haineux et l’escalade des comportements au campement de McGill », a déploré l’organisation dans une déclaration commune avec la Fédération CJA.

Une longue saga

27 avril

Les premières tentes apparaissent sur le campus de l’Université McGill. Les manifestants réclament de l’administration qu’elle rompe ses liens financiers et professionnels avec Israël.

1er mai

Une juge de la Cour supérieure rejette une demande d’injonction interlocutoire déposée par deux étudiants visant à restreindre l’espace où peuvent protester les manifestants.

2 mai

Le premier ministre du Québec, François Legault, déclare que le campement est illégal et demande à la police de Montréal de le démanteler.

13 mai

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, affirme qu’elle ne veut pas d’affrontement avec la police. Elle plaide pour que le dialogue se poursuive avec les manifestants.

15 mai

La demande d’injonction interlocutoire déposée par l’Université McGill visant à démanteler le campement est à son tour rejetée par un juge de la Cour supérieure, selon qui l’urgence d’agir n’a pas été démontrée.

7 juin

Des manifestants propalestiniens se barricadent pendant près de deux heures dans le pavillon de l’administration James avant d’être arrêtés par la police.

11 juin

L’Université McGill s’engage à examiner ses placements dans des entreprises de fabrication d’armes si les manifestants propalestiniens acceptent de quitter son terrain. L’offre est rejetée.

17 juin

Le Service de police de la Ville de Montréal déclenche une enquête à la suite d’une publication faisant la promotion d’un programme d’été au campement avec des images de combattants armés de fusils d’assaut.

3 juillet

Le ministre de la Sécurité publique, François Bonnardel, dénonce l’inaction de la Ville de Montréal devant la multiplication des campements sur son territoire.

5 juillet

Une manifestation au cours de laquelle des manifestants protestent contre le démantèlement du campement du square Victoria dérape près de l’Université McGill.

10 juillet

Le campement de l’Université McGill est démantelé, 75 jours après l’apparition des premières tentes.

— Léa Carrier, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.