Harley-Davidson Sportster Nightster 2022

Une Harley-Davidson pour unir hier et demain

Santa Barbara, Californie — Une ligne connue et classique mariée à une mécanique et à un châssis tout ce qu’il y a de moderne. Chez Harley-Davidson, une telle proposition tombe dans le domaine de l’osé, mais c’est celle qui définit la nouvelle Sportster Nightster.

Une mécanique à jour dans une silhouette classique

Sous son costume inspiré des vétustes, mais charmantes Sportster 883/1200 d’ancienne génération, la toute nouvelle Sportster Nightster n’offre que du moderne. Du compact et puissant V-Twin de 975 cc refroidi par liquide jusqu’au châssis innovateur « sans cadre » en passant par des modes de conduite dont l’un retranche environ 30 % des 90 chevaux pour mieux accueillir les novices, le dernier modèle de la marque de Milwaukee a tout pour satisfaire l’amateur de customs modernes. En revanche, l’ergonomie calquée sur celle de la 883 Iron d’ancienne génération et la suspension arrière à court débattement maintiennent un lien – parfois avantageux et parfois désavantageux – avec les vieilles Sportster refroidies par air.

Un mélange agréable, bien qu’un peu déroutant

Pour les motocyclistes habitués – pour le meilleur et pour le pire – aux diverses Sportster de génération précédente, s’installer aux commandes de la nouveauté n’a initialement rien d’un choc, puisque tout se trouve à peu près à la même place. Toutefois, l’étonnante facilité avec laquelle on soulève la Nightster de sa béquille ainsi que le discret ronronnement du tout nouveau V-Twin Revolution Max 975T qui l’anime établissent clairement qu’il s’agit d’une monture entièrement repensée. Et si un quelconque doute persistait, un tour d’accélérateur l’éliminerait complètement, puisque jamais une Sportster refroidie par air n’a offert un tel niveau de performances.

Un comportement nettement amélioré

Si la Nightster se distingue en combinant une ligne classique à une puissante mécanique moderne, elle progresse également en matière de comportement. La surprenante sensation de légèreté qu’elle offre est due à un moteur beaucoup moins lourd et agréablement étroit, à l’absence d’un cadre traditionnel (il est remplacé par des structures avant et arrières directement fixées au moteur et qui servent d’ancrage aux suspensions) et au déplacement du réservoir d’essence vers le centre de gravité, sous la selle. Le résultat est une solidité et une précision impressionnantes en courbe – où l’on peut pencher plus qu’avant – ainsi qu’une stabilité sans faute. Le freinage bénéficie évidemment de l’allègement et s’avère toujours à la hauteur.

L’arrivée du Revolution Max 975T

Comme les Pan America et la Sportster S lancées l’an dernier, la Sportster Nightster délaisse une tradition sacrée chez Harley-Davidson en troquant le refroidissement par air et les régimes bas du V-Twin Evolution pour le refroidissement par liquide et les régimes élevés du bicylindre de nouvelle génération nommé Revolution Max. La Nighster se distingue toutefois en étant le premier modèle animé par la petite version de ce moteur. Cubant à 975 cc, il tourne aisément jusqu’à près de 10 000 tr/min, le double de l’Evolution. Il offre un couple généreux dès les premiers régimes et des accélérations impressionnantes pour la classe à laquelle appartient le modèle.

LA différence

Cette nouvelle mécanique constitue non seulement la plus grande différence avec les anciennes Sportster, mais elle représente aussi LA caractéristique qui risque de faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre pour les acheteurs. Il ne serait pas étonnant de voir les fidèles de la marque américaine bouder le nouveau moteur en raison de son caractère doux et raffiné n’ayant rien à voir avec le lourd secouement de l’ancien V-Twin. Harley-Davidson accepte d’ailleurs ouvertement cette réalité et fait le pari que le haut degré de raffinement du Revolution Max arrivera – finalement – à séduire une clientèle qui exprimait sans mâcher ses mots son absence d’intérêt pour les moteurs Harley traditionnels.

Une finition perfectible

On ne le remarque pas au premier regard, qui est plutôt attiré par les lignes élégantes et classiques de la Nightster, mais en observant celle-ci de plus près, plusieurs lacunes de finition deviennent apparentes. Par exemple, un peu partout, des câbles et des fils qui devraient être hors de vue pendent maladroitement. On note aussi un radiateur qui pourrait être bien mieux caché, comme le veut la tradition custom. Enfin, on voit un tas de petits couvercles en plastique qui font un peu bas de gamme. Or, malgré le statut de monture d’entrée de gamme de la Sportster, il est quand même question d’une moto de 16 500 $.

Conclusion

Le cas Nightster est complexe. D’un côté, outre une suspension arrière conçue pour les belles routes californiennes et non pour nos sentiers asphaltés, la nouveauté fonctionne remarquablement bien : moteur doux et souple, châssis solide et précis, impressionnante maniabilité, grande accessibilité. Mais d’un autre, beaucoup pleurent la mort des pulsations et des sons qui faisaient des anciennes Sportster une expérience si viscérale. Ce passage à la douceur et au raffinement a beau, selon Harley-Davidson, être nécessaire pour attirer une nouvelle clientèle, le fait est qu’il rend aussi la machine plus commune. Bref, elle est belle et elle roule bien, mais le « je-ne-sais-quoi » mécanique n’y est plus.

Fiche technique

Marque : Harley-Davidson

Modèle : Sportster Nightster

Prix : 16 499 $

Garantie : 2 ans/kilométrage illimité

Moteur : bicylindre en V de 975 cc refroidi par liquide

Transmission : à 6 rapports, entraînement final par courroie

Poids tous pleins faits : 218 kg

Frein avant : 1 disque avec étrier à 4 pistons et ABS

Frein arrière : 1 disque avec étrier à 1 piston et ABS

Pneu avant : 100/90-19

Pneu arrière : 150/80 B16

* Les frais de transport et d’hébergement ont été payés par Harley-Davidson.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.