Plein air

Kayaks portatifs pour grandes aventures

Avec la pandémie et la pénurie de main-d’œuvre, il peut être difficile de louer un kayak. Les saisons de location sont plus courtes et les heures plus limitées. Certains voudraient bien posséder leur propre embarcation, mais ce n’est pas toujours simple à caser dans un petit appartement.

Et pour ceux qui n’ont pas de voiture, il est impensable de transporter son kayak bien-aimé à vélo, en métro ou en autobus.

Vraiment ?

En fait, il existe des solutions qui s’offrent aux kayakistes en zone urbaine, comme les kayaks gonflables, les kayaks pliables et les petits radeaux ultralégers qu’on appelle packrafts.

Scott Fawcett, d’Arnprior, en Ontario, connaît bien les deux premiers types d’embarcations.

La petite entreprise que M. Fawcett a lancée il y a cinq ans, Ottawa Valley Air Paddle, vend différents modèles gonflables et pliables de nouvelle génération.

« De manière générale, c’est le même genre de personnes qui regardent du côté des kayaks gonflables et des kayaks pliables, explique M. Fawcett. La plupart du temps, ce sont des gens qui n’ont pas beaucoup d’espace pour ranger une embarcation et qui ne disposent pas d’une façon facile de la transporter. Nous voyons aussi des kayakistes expérimentés qui prennent de l’âge et qui ont de plus en plus de difficulté à placer un kayak sur le toit de leur voiture. »

Gonflable ou pliable

Les kayaks gonflables et les kayaks pliables ont leurs avantages et leurs inconvénients. Il faut évaluer ses besoins spécifiques pour faire un choix.

« Le principal avantage des kayaks gonflables, c’est le prix, affirme M. Fawcett. Ils sont un peu moins chers que les kayaks pliables et, potentiellement, un peu plus confortables. Ils intéressent donc davantage les gens qui recherchent avant tout un kayak récréatif, ou encore ceux qui craignent de chavirer. »

Les kayaks pliables sont relativement récents sur le marché. Contrairement aux traditionnels kayaks démontables de toile sur cadre, lourds et complexes à assembler, un kayak pliable ressemble à une grande feuille d’origami qu’on plie en quelques étapes simples. On trouve essentiellement deux grands acteurs dans cette catégorie, Oru (la marque qu’offre Ottawa Valley Air Paddle) et Tucktec, qui offrent sensiblement la même performance. Les kayaks Tucktec sont moins chers que ceux d’Oru, mais sont plus lourds.

« Les gens qui choisissent les kayaks pliables [plutôt que les kayaks gonflables] le font parce qu’ils ont une meilleure performance sur l’eau et qu’ils permettent d’abattre une plus grande distance. Ils fendent l’eau et suivent davantage leur ligne de navigation. Ils se comportent comme de véritables kayaks. »

— Scott Fawcett, d’Ottawa Valley Air Paddle

Les kayaks pliables sont un peu plus légers que les kayaks gonflables de qualité, comme le modèle Moki de Kokopelli. Ils prennent également un peu moins de temps à assembler, soit 3 minutes pour un kayak Oru contre 7 à 10 minutes pour un kayak gonflable.

M. Fawcett explique que dans le domaine du kayak gonflable, c’est la robustesse des matériaux et certains détails clés de construction qui différencient les modèles de qualité et les modèles peu coûteux. « Vous perdez ces caractéristiques, mais vous épargnez sur le prix. »

Les petits radeaux ultralégers sont très différents des kayaks gonflables. Ils sont très légers : 2,7 kg pour le Rogue-Lite de Kokopelli comparativement à 11,3 kg pour le Moki-Lite de la même entreprise. Et une fois pliés, ils ont la taille d’une (grosse) serviette de plage.

« C’est un produit différent, signale Scott Fawcett. Ils ne sont pas conçus pour naviguer en ligne droite, pour une tranquille sortie récréative. »

Ils se comportent beaucoup mieux en rivière, en eaux vives. Ils sont conçus pour transporter beaucoup de matériel, comme de l’équipement de camping ou même un vélo de montagne. Les aventuriers, qui partent pour une longue randonnée pédestre qui implique des passages sur des cours d’eau, l’apprécient particulièrement.

Suggestion de vidéo

Un beau terrain de jeu

Le superbe parcours de Gorge Road, en Nouvelle-Zélande, devait disparaître en 2021, mais la communauté a réussi à s’entendre avec la municipalité de Queenstown pour éviter sa fermeture.

Chiffre de la semaine

45

C’est le nombre d’espèces de sangsues qui vivent au Canada.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.