Portfolio Incubateurs

Un an sans écueils pour Flots

Un peu plus d’un an après son lancement, l’accélérateur Flots compte maintenant 20 entreprises à son portfolio. Et il compte continuer de tourner à toute vapeur durant l’année qui vient. Les objectifs ? Lancer deux nouveaux programmes et multiplier sa capacité d’accueil.

Flots a été lancé en juin 2021 à Rimouski. L’accélérateur est maintenant hébergé au sein de Novarium, un bâtiment-campus inauguré le mois dernier, qui vise à rassembler les acteurs de la grappe industrielle maritime et à leur permettre de partager des informations et des idées.

« On accompagne des projets provenant de partout au Québec, de la phase de prototypage à la commercialisation », explique Amélie Desrochers, directrice de l’innovation chez Novarium et « accélératrice en chef » chez Flots.

Il s’agit du premier et unique accélérateur entièrement consacré au secteur maritime au Québec.

« L’économie bleue est en émergence hyperrapide. Je dirais que c’est un domaine en croissance exponentielle qui se trouve là où étaient les technologies propres il y a 10 ans. Il y a donc beaucoup de projets à accompagner. »

— Amélie Desrochers, directrice de l’innovation chez Novarium et « accélératrice en chef » chez Flots

Flots a par exemple accompagné Devocean. Celle-ci développe des solutions technologiques innovantes de pêche sans cordage, une solution de rechange écoresponsable à l’équipement de pêche traditionnel.

« Ils ont passé deux étés avec des pêcheurs pour comprendre les besoins de l’industrie, explique Amélie Desrochers. Cela les a beaucoup aidés à développer leurs technologies. »

L’accélération a le vent dans les voiles

Pour l’instant, l’accélérateur offre deux programmes.

Le premier, nommé Startup101, se donne deux fois par année et dure 10 semaines. Offert en formule virtuelle, il vise à faire découvrir l’univers des jeunes pousses aux chercheurs et à leur donner envie de convertir leurs recherches en jeunes pousses technologiques.

Le second programme, nommé Flots Pro, est un programme d’accélération. Il inclut notamment du mentorat, des conseils sur la collecte de fonds, du maillage universitaire et de la validation de marché auprès de partenaires industriels.

« C’est notre programme principal. Il dure de 18 à 24 mois », dit Amélie Desrochers. Elle note que, puisque l’économie bleue touche à plusieurs secteurs, de l’agroalimentaire au transport en passant par la biotech, Flots fait souvent du co-accompagnement avec d’autres incubateurs.

« Si on a un projet en technologies propres, on va peut-être faire une co-incubation avec 2 Degrés, alors que si le projet requiert de développer une application mobile, on collaborera peut-être avec LE CAMP. »

Doubler la capacité

Flots accompagne actuellement une vingtaine d’entreprises à différents stades de maturité. Mais au cours de l’année qui vient, elle prévoit d’accueillir 10 nouvelles entreprises dans ses programmes d’accélération.

Flots prévoit également d’accepter au moins une dizaine de nouveaux projets d’incubation.

Amélie Desrochers note par ailleurs que son organisme lancera aussi deux nouveaux programmes durant l’année.

Le premier, nommé Canal, sera un programme d’innovation avec les ports du Québec et les grands armateurs. Il visera à accompagner l’industrie dans le virage vert. Le second, nommé Équipage, sera essentiellement un venture studio : un programme dont l’objectif sera de lancer plusieurs jeunes pousses à partir de procédés technologiques développés par des partenaires, comme des centres de recherche, qui sont prêts à la commercialisation.

« Ici, au Québec, on a des experts incontournables dans le secteur maritime, dit Amélie Desrochers. Il faut maintenant commercialiser ces beaux projets de recherche. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.