S’investir pour faire progresser l’entrepreneuriat au féminin

La pluralité des expériences, des savoirs et des points de vue constitue une richesse inestimable pour le paysage économique du Québec. C’est animée de cette conviction que la Caisse de dépôt et placement du Québec contribue à propulser les entreprises à propriété féminine.

Passer de l’idée à l’action

En vue de renouveler le « Québec inc. », une évidence s’imposait : l’écosystème entrepreneurial manque de modèles diversifiés. C’est notamment ce qu’ont révélé les récentes éditions de l’Indice entrepreneurial québécois, un outil qui mesure chaque année l’appétit des Québécois pour l’entrepreneuriat. En 2017, ce baromètre décelait un déficit important de modèles de réussite féminins.

De ce constat est née l’initiative Les Cheffes de file. Propulsé par la Caisse de dépôt et placement du Québec depuis 2018, cet espace de partage et de codéveloppement pousse les cheffes d’entreprise à saisir les leviers de croissance à leur portée. La communauté de pratique rassemble 76 entrepreneures qui dirigent des entreprises dont le chiffre d’affaires se situe entre 5 et 30 millions de dollars.

Les Cheffes de file en question viennent de 11 régions du Québec et d’industries de tous les horizons. Elles ont néanmoins comme dénominateur commun la volonté de faire croître leur entreprise.

Le réseau, véritable allié

Elisabeth Bélanger, présidente de Maison Orphée, et Mélissa Harvey, propriétaire de Zorah biocosmétiques, sont toutes deux des leaders qui ont trouvé dans ce cercle d’affaires un puissant moteur pour leur petite et moyenne entreprise (PME). Elles parlent avec éloge de la force du réseau d’entraide que forme Les Cheffes de file et du calibre des échanges qu’on y trouve.

« C’est un cercle de femmes entrepreneures qui partagent leur expérience et qui s’entraident face aux obstacles qu’elles rencontrent. En 15 ans en affaires, je n’avais jamais vu un tel réseau. Nous avons la chance d’assister à des formations de haut niveau. »

- Mélissa Harvey, propriétaire de Zorah biocosmétiques

Le mentorat et les ateliers donnés par des leaders de renom ont d’ailleurs fait une réelle différence pour maximiser le potentiel de Zorah biocosmétiques.

De son propre aveu, rien ne destinait Elisabeth Bélanger à devenir une femme d’affaires.

« Mais on le devient. Pour prendre la place qui nous revient et pour apprendre à se faire confiance, on a besoin de modèles inspirants, humains. » 

- Elisabeth Bélanger, présidente de Maison Orphée

Des dirigeantes de cette étoffe, elle en trouve parmi ses pairs et les conférencières d’expérience qu’elle côtoie grâce aux Cheffes de file.

L’entrepreneure est d’avis qu’il existe aujourd’hui une multitude de façons de se lancer en affaires et de s’inscrire dans le paysage économique du Québec. À chacune de trouver son modèle et de passer de l’idée à l’action.

Donner une vitrine aux femmes

Toujours dans l’optique d’accélérer la croissance des entreprises à propriété féminine, la Caisse soutient également le Réseau des femmes d’affaires du Québec (RFAQ) en participant à la création de la plateforme RFAQ+. Tout premier répertoire de la sorte, cet outil numérique donne une vitrine aux entreprises à propriété féminine de la province, entre autres en les rapprochant des responsables de l’approvisionnement au sein des grandes organisations. Accessible aux entreprises de toutes les tailles, la plateforme RFAQ+ permet aux entrepreneures de promouvoir leurs produits et leurs services tout en prenant part à l’effort collectif d’encourager l’achat local.

La Caisse de dépôt et placement du Québec a la ferme intention de continuer à s’investir dans la réussite des entrepreneures québécoises. L’organisation a par ailleurs remporté le prix Impact féminin Grande entreprise 2020 du RFAQ pour son rôle dans l’avancement de l’entrepreneuriat féminin. Comme de nombreux observateurs du milieu, ce grand investisseur est bien conscient que tout n’est pas gagné pour les femmes en affaires.

La promotion de la diversité sous toutes ses formes est un travail de longue haleine. L’ambition de la Caisse : faire de la pluralité une force motrice de l’économie québécoise.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.