À la rencontre de

MÉLISSA BÉDARD

Mélissa Bédard va droit au but. Sans détour et ponctuées d’exclamations, ses réponses fusent avec spontanéité. Bien qu’elle possède un vaste bagage professionnel, la chanteuse et actrice a l’impression d’avoir une carrière toute naissante entre les mains. Elle nous raconte.

Sur les médias sociaux, tu dressais récemment un bilan. Ton parcours professionnel ne semble pas avoir été un long fleuve tranquille depuis qu’on t’a découverte à Star Académie en 2012.

Vraiment pas ! L’impression que ça donne, quand on participe à une grosse émission comme celle-là, c’est qu’après, on va avoir tout cuit dans le bec. Ce n’est pas ça du tout, au contraire. Il faut travailler fort, continuer d’avancer et s’y consacrer à 100 %. Pour moi, ç’aura été des montagnes russes tout au long.

« C’est depuis M’entends-tu ? que j’ai senti le changement de cap dans ma carrière. On m’a reconnue comme actrice et, par le fait même, le milieu de la chanson m’a reconnue. Mais je ne pourrais vivre que de ma musique.  »

— Mélissa Bédard, chanteuse et actrice

Parlons justement de cette série dans laquelle tu incarnes Fabiola. Qu’est-ce qui t’a convaincue de jouer ce personnage, ton tout premier rôle dramatique ?

Je savais que je n’allais pas avoir à me forcer, mais simplement à jouer mon propre rôle. Cette histoire, c’est une bonne partie de ma vie. C’est tellement moi. Les événements qui s’y passent, la pauvreté, Fabiola qui s’occupe de sa nièce alors qu’à son âge, j’avais ma fille; je savais que je n’aurais pas à jouer.

Peux-tu nous dire sur quels territoires on nous emmènera avec la troisième et dernière saison de la série ?

Nous n’avons pas encore commencé à tourner, mais le territoire exploré sera la découverte encore plus en profondeur des trois filles. Je ne peux pas dévoiler grand-chose, mais je pense que le public sera touché.

Comment as-tu vécu cette transition du chant au jeu ? Comme une rupture ou comme un prolongement ?

C’est autre chose complètement. Moi, je vois ça comme le début de ma carrière à moi. Ma carrière solo. Avec le jeu, je n’étais plus Mélissa Bédard de Star Académie, mais simplement Mélissa Bédard. On m’ouvrait plein de portes; c’est comme ça que je l’ai ressenti.

Vers où aimerais-tu voir ta carrière se diriger ?

Je suis tellement une fille qui vit au jour le jour ! J’ai de la difficulté à me projeter dans le futur parce que j’aime vivre le moment présent. C’est sûr que j’aimerais jouer dans un film. Mais je suis à la bonne place présentement. Je voudrais juste que les choses restent stables; je serais bien.

Alors que le mouvement Black Lives Matter, qui dénonce le racisme et les inégalités raciales, fait encore rage aux États-Unis, comment vis-tu ces soulèvements ?

J’ai été affectée par tout ce qui s’est passé aux États-Unis et découragée de comprendre qu’ici, on pensait qu’il n’y en avait pas, de racisme. Mais les gens sont en train de se conscientiser.

« Depuis toujours, je prône la tolérance et je veux qu’on en parle dans les écoles. Moi, j’en parle à mes enfants. Qu’on soit Noir ou Blanc, peu importe, c’est juste la base d’inculquer à nos enfants, à nos ados et même aux adultes le respect de l’autre. Je suis contente qu’on en parle, mais il y a encore du chemin à faire. »

— Mélissa Bédard, chanteuse et actrice

As-tu le sentiment que cette vague de revendications est restée trop en surface ici ?

On fait avec ce qu’on a et tout le monde fait son chemin comme il le peut. On a entre autres du travail à faire pour voir plus de diversité à la télé. Ça commence par là : si on voit plus de gens auxquels s’identifier à la télévision, ça va nous aider à accepter l’autre dans notre vie. Mais je suis contente de voir les Québécois avancer dans la cause. Ça aidera plein de communautés à parler et à s’ouvrir.

Enfin, quand on est entouré de six enfants à la maison, est-ce envisageable de penser à soi ?

Certain ! On a des amis, des familles… J’habite à Québec et je travaille beaucoup à Montréal, alors, dans ces moments-là, j’en profite pleinement pour me reposer et penser à moi. Mais je ne garde jamais le téléphone bien loin…

UN MOT QUI ME DÉCRIT BIEN Spontanée

UNE FEMME INSPIRANTE Véronique Cloutier et une femme noire qui a une âme incroyable, Yama Laurent.

CE QUI ME FAIT VIBRER La musique, mes enfants

UNE CHANSON QUI M’ÉMEUT Puisqu’il faut vivre de Soprano

PENSER À MOI OU AUX AUTRES Aux autres

CE QUI M’ENRAGE Les trolls sur l’internet

JE ME SENS « BODY POSITIVE » QUAND Je suis enceinte. J’accoucherais encore et encore – j’en veux mille !

J’AI PEUR DE De tout, mais surtout de la mort. J’ai peur de tout ce qui pourrait me faire mourir.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.