alimentation

Les prix minimum et maximum du lait vendu en sac et en carton augmenteront en février 2023, ce qui pourrait mettre en jeu sa présence sur les tablettes

Le prix au détail du lait augmentera

Les consommateurs paieront 2 cents de plus pour leur litre de lait à 2 % de matière grasse à partir du 1er février 2023. La Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ) en a fait l’annonce jeudi en fin de journée, quelques jours après avoir tenu des audiences sur la question.

Actuellement, dans la région 1 – qui touche la plus grande partie du Québec –, le prix minimum au détail pour un carton contenant un litre de lait à 2 % de matière grasse est de 1,99 $, alors que son prix maximum est de 2,15 $.

En février, le prix plancher sera fixé à 2,00 $ et le prix plafond atteindra 2,17 $. Généralement, les détaillants paient leur lait au prix minimum déterminé par la Régie et le revendent au prix maximum. Rappelons que la Commission canadienne du lait a recommandé une hausse du coût du lait à la ferme de 2,2 % à partir de février 2023, ce qui laissait présager une augmentation de son prix au détail, déterminé au Québec par la RMAAQ. Les hausses autorisées par celle-ci varient selon les formats, mais correspondent en gros à 1 %.

Aux fins de comparaison, en février 2014, les consommateurs déboursaient au maximum 1,78 $ pour le même produit. Ce prix plafond a augmenté de 1 cent en 2015. Il est passé à 1,82 $ en 2016, à 1,85 $ en 2018 et à 1,93 $ en 2020. À noter que certaines années, la RMAAQ a annoncé deux hausses.

Une hausse de la marge réclamée

Avec cette nouvelle décision, la marge de profit des détaillants, qui était de 16 cents depuis 2018, passe à 17 cents. Lors des audiences tenues lundi, le directeur général de l’Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec (AMDEQ), Yves Servais, a affirmé que certains propriétaires pourraient finir par décider de ne plus vendre de lait de base si leur marge de profit sur ce produit continuait de fondre comme neige au soleil. L’AMDEQ réclamait une indexation de cette marge de 16 cents.

De son côté, l’Association des détaillants en alimentation du Québec (ADA) souhaitait que la marge passe de 16 à 18 cents.

« À court terme, la hausse de 0,01 $ est un rattrapage sur les dernières années où il ny a pas eu de hausse pour les détaillants, a indiqué Stéphane Lacasse, directeur des affaires publiques et gouvernementales de l’ADA. Cependant, à long terme, il faudra que les hausses annuelles soient également reflétées dans les écarts pour protéger nos marges bénéficiaires. »

Le prix maximum du lait à valeur ajoutée (carton muni d’un bouchon de plastique, lait biologique, lait sans lactose) n’est pas déterminé par la Régie. Il peut donc être plus intéressant pour certains détaillants de vendre ces produits et de leur donner davantage d’espace sur les rayons, au détriment du lait de base que l’on retrouve dans des cartons sans bouchon en plastique et en sac.

Place aux lecteurs

Le lait moins cher survivra-t-il ?

Avant de connaître la décision le prix du lait, vous avez été nombreux à réagir à notre manchette de jeudi à propos de la possibilité que des détaillants décident de ne plus vendre du lait le moins cher, faute d'une marge de profit suffisante. Voici un aperçu du courrier que nous avons reçu.

Une obligation

Mon opinion est que le lait de base, quel que soit son pourcentage de matières grasses, doit être disponible dans toutes les épiceries sans exception. Son prix de vente doit inclure un bénéfice constant en pourcentage pour le marchand dans une fourchette de plus ou moins 1 %. Si le marchand vend déjà le lait de base, il a l’obligation de continuer à le vendre en respectant la marge de profit fixée.

— Zdenko Superina

Le lait de base absent des tablettes

Nous avons constaté depuis longtemps que notre dépanneur du coin avait très peu de lait de base et jamais de contenant d’un litre de lait 1 %. On trouve toujours du lait dont le prix n’est pas réglementé dans tous les formats et les pourcentages. Le propriétaire peut invoquer que c’est parce qu’il ne le vend pas. À la lecture de votre article [de jeudi], on peut supposer une autre raison.

— Anny Harvey

Une « fausse » inflation ?

Drôle de moment pour les détaillants de demander une marge plus élevée sur le lait. L’inflation que nous subissons actuellement est en bonne partie causée par un désir de s’enrichir plus vite, tout en faisant passer ça sur le dos du dérèglement macroéconomique que la pandémie a causé. Je suspecte que pour une majorité de produits, le prix a augmenté plus que l’addition des augmentations sur les coûts fixes et variables des entreprises.

— Christian Azar, agronome retraité

Un produit d’appel incontournable

Le retrait du lait des frigos des dépanneurs me semble peu probable, car il est souvent la raison de l’arrêt au dépanneur d’un client qui achètera aussi d’autres produits avec une meilleure, voire une excellente profitabilité. C’est ce qu’on appelle communément un « loss leader » [produit d’appel].

— Richard Ferland, Ottawa

Et la gestion de l’offre dans tout ça ?

Si le lait coûte de plus en plus cher, il faut se tourner vers la Commission canadienne du lait, qui fixe en toute opacité les prix de production. À quand une enquête publique sur la sacro-sainte gestion de l’offre du cartel du lait ? Pourquoi les politiciens tardent-ils à agir, alors qu’ils se sont mouillés pour une enquête semblable sur les télécoms ? Est-ce à dire que réduire le prix des cellulaires est plus payant politiquement que de gérer le prix du lait, un produit pourtant essentiel à notre alimentation ?

— Charles Lavoie

Vive les boissons végétales !

Nous achetions des produits laitiers, mais depuis les dernières augmentations, nous avons cessé de le faire. Pas question pour nous de payer plus de 8 $ pour une livre de beurre ou 10 $ pour un sac de 400 grammes de fromage en grains. Quant au lait, nous sommes devenus adeptes de boissons végétales. Ils veulent vendre plus cher les produits laitiers ? Qu’ils les gardent.

— Jean Belleville

Les détaillants doivent demeurer libres

Au prix payé pour cet excellent fromage québécois, je suppose que le détaillant peut bénéficier d’une marge brute de profit d’au minimum 12 %. Le détaillant doit demeurer totalement libre de vendre ou non du lait, et ce, au prix qui lui permet de demeurer en affaires. Il n’a pas à subventionner un produit alimentaire. Si l’État veut garantir l’accès au lait pour les enfants, il n’a qu’à offrir des coupons rabais aux parents.

— Gaétan Roy

L’essentiel est cher

Le prix du lait est trop élevé si on considère que c’est un élément santé et de base. Je sympathise avec les jeunes familles dont le budget doit exploser même si elles n’achetent que l’essentiel.

— Lise Palardy

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.