Virage numérique, main-d’œuvre, transition verte et pétrole

Quelques nouvelles économiques du jour

Québec et Ottawa injectent 18 millions pour le virage numérique des PME

Québec et Ottawa accordent une subvention de 18 millions de dollars pour financer l’accompagnement de PME de commerce de détail dans leur virage numérique. Le programme sera piloté par l’Association québécoise de la technologie, regroupement d’entreprises en technologie, et l’École des entrepreneurs du Québec. Il est financé à parts égales par les deux ordres de gouvernement. Un total de 5000 entreprises de moins de 100 employés de partout au Québec bénéficieront d’un accompagnement personnalisé d’ici trois ans. L’initiative fait partie de l’offensive de transformation numérique pilotée par Québec et permettra de « combler le retard technologique et [d’]accroître la compétitivité et la productivité » des PME québécoises, a déclaré le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, mardi. Les entreprises seront entre autres accompagnées pour la mise sur pied de plateformes transactionnelles qui leur permettront de vendre leurs produits en ligne.

– Antoine Trussart, La Presse

La pénurie de main-d’œuvre freine toujours le développement économique

La pénurie de main-d’œuvre demeure un frein au développement économique du Québec, selon ce qu’ont observé les auteurs d’un rapport publié mardi par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). Ce rapport signale que 67 % des petites et moyennes entreprises (PME) québécoises sont aux prises avec une telle pénurie, au point où 26 % d’entre elles ont dû refuser des ventes ou des contrats et 17 % ont annulé ou reporté des projets d’affaires. Les secteurs manufacturier, de la construction et des services professionnels sont ceux qui sont les plus touchés par les pertes de ventes ou de contrats. François Vincent, vice-président Québec à la FCEI, est convaincu que ces occasions d’affaires non réalisées, annulées ou reportées sont des occasions économiques perdues qui auraient pu profiter à la relance économique du Québec. Le tableau de suivi de la santé des PME dressé le 9 mars dernier illustrait qu’en contexte de pandémie, 70 % des entreprises québécoises étaient complètement ouvertes, 48 % fonctionnaient avec un personnel égal ou supérieur à la normale et seulement 38 % généraient des revenus égaux ou supérieurs à la normale. François Vincent avertit que lorsque les PME reprendront leur rythme normal, l’enjeu de la pénurie de main-d’œuvre prendra de l’ampleur.

– La Presse Canadienne

Secteur pétrolier : 75 % des emplois menacés par la transition verte…

Les trois quarts des personnes qui travaillent dans le secteur du pétrole et du gaz naturel pourraient perdre leur emploi dans les trois prochaines décennies, alors que le Canada fera des progrès dans la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre, selon un rapport de la Banque TD. Ottawa s’est donné pour objectif d’atteindre la cible d’émission zéro nette d’ici 2050. Selon le rapport de la TD, l’engagement du gouvernement est essentiel pour éviter les pires conséquences des changements climatiques, mais les coupes se traduiront par des actions significatives. Environ 50 % à 75 % des personnes qui travaillent dans le secteur du pétrole et du gaz naturel, soit entre 312 000 et 450 000 personnes, pourraient voir leur emploi disparaître d’ici 2050, calcule la banque. La transition vers des énergies propres créera de nouveaux emplois, poursuit le rapport, mais il n’y a pas de garantie que les personnes touchées par les disparitions de postes seront celles qui profiteront de ces changements.

– La Presse Canadienne

… mais le secteur de l’énergie demeure optimiste

Ceux qui prédisaient la fin de l’industrie pétrolière il y a un an, alors qu’une guerre de prix mondiale et la pandémie faisaient rage, se sont trompés, a affirmé mardi le patron de l’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) en notant que le secteur renouait avec les niveaux de production et les prix d’avant l’arrivée de la COVID-19. S’exprimant lors de l’ouverture d’un symposium sur l’énergie, Tim McMillan a indiqué que les producteurs de pétrole et de gaz naturel avaient hâte de jouer un rôle clé dans la reprise économique de l’Amérique du Nord après la crise causée par la pandémie. La rencontre annuelle de deux jours destinée aux investisseurs est présentée de façon virtuelle pour la deuxième année consécutive. Le vice-président principal de la politique, de l’économie et des affaires réglementaires de l’American Petroleum Institute (API), Frank Macchiarola, a expliqué que son organisation avait adopté un cadre sur le changement climatique, un moyen pour elle de travailler avec l’administration Biden, en approuvant une politique de prix du carbone et en soulignant les mesures prises par le gouvernement et l’industrie pour encourager les nouvelles technologies et les mesures incitatives visant une réduction des émissions. « Les meilleurs jours de notre industrie sont encore devant nous. En fait, au cours de la dernière année, notre industrie s’est redressée et nous abordons l’avenir avec un optimisme prudent. » Le symposium comprendra des présentations de chefs de la direction de sociétés énergétiques, notamment Canadian Natural Resources, Cenovus Energy et Tourmaline Oil.

– La Presse Canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.